Los Angeles Clippers

Appétit féroce : Glen Davis y croit dur comme fer

Émoustillé tout comme devant une montagne de travers de porc grillés, Glen Davis laisse parler ses envies et ne recule devant rien. Fraîchement débarqué à Los Angeles pour agrémenter, de par son poids et de son adresse extérieure, la rotation de son ancien mentor aux Boston Celtics, ‘Doc’ Rivers, le numéro 0 des Clipps sent qu’une dynamique est en train de se mettre en place, allant jusqu’à fantasmer profondément à quoi pourrait ressembler la suite des événements pour sa nouvelle franchise, propulsée dans un avenir proche. Miam-miam.

Champion NBA avec le « Doc » en 2008, Davis demeure le seul joueur de l’effectif à pouvoir se targuer d’avoir décroché une bague. Dévoilant sans doute ici les arcanes de son expérience passée, « Big Baby » ne perçoit que de bonnes ondes quant au désir souverain de briller de ses coéquipiers, détenteurs du renouveau 2.0 du « Showtime » dans la Cité des Anges…

« Ce serait presque de l’ordre du surnaturel », explique Davis. « Nous commençons à y croire, pas seulement à y croire, mais à mettre cette croyance en pratique. Combinez les deux et vous obtenez une potion surpuissante de joueurs qui jouent juste et qui sont terriblement athlétiques. Quand vous mélangez ces deux choses avec un aussi grand coach que ‘Doc’ Rivers, le ciel est la limite. »

En une bouchée, une énième déclaration qui renforce l’idée que « l’appétit vient en mangeant. » Clameur régulier de ce proverbe, Glen Davis, par ces louanges riches en matière grasse, conforte alors la bonne forme de son équipe à l’heure actuelle, quatrième à l’Ouest avec une série de sept succès consécutifs agrafée à leur jacket de prétendant au tire suprême. Bien que leur efficacité et leur fond de jeu soient de plus en plus remarqués, comme a pu l’affirmer Charles Barkley récemment, Glen Davis et les Clippers continuent, sans vraiment trembler pour le moment, leur route vers les Playoffs, de belles ambitions et des fantasmes farfelus plein l’assiette.

Source texte : NBC Sports / Source image : fullyclips.com

2 Commentaires

2 Comments

  1. dieu

    10 mars 2014 à 19 h 35 min at 19 h 35 min

    Vraiment lassant les allusions sur la bouffe et davis . Tu as l'impression de lire un article sur un sumo de 250kg , regarde du foot us et tu le trouvera bien light …alors si pour quelques kg superflu vous parlez comme ça !

    • Leo_TrashTalk.fr

      10 mars 2014 à 21 h 07 min at 21 h 07 min

      Salut dieu, nous nous rencontrons enfin, moi qui croyais ne jamais pouvoir te parler un jour ! 😉

      Plus rationnellement, je peux comprendre que le champ lexical de la nourriture soit assez redondant au cœur de cet article sur "Big Baby" mais c'était simplement pour renforcer l'idée qu'il avait un faible pour tout ce qui sent bon et qui a du goût (l'opinion publique et lui-même ne s'en cachent pas, rigolent souvent sur ce point, d'où son surnom mentionné plus haut) mais non pour rabâcher platement qu'il était juste "gros". Un peu de dérision, même un peu grasse, ne peut que faire du bien à ce bon Davis dont la qualité de shoot extérieure et son physique pour la rotation des Clipps sont ici rappelés. Par ailleurs, je fais partie de cette minorité qui pensent que les hommes de Doc Rivers vont non seulement décimer la Conférence Ouest mais également le titre NBA, tout en martelant que notre cher Davis est une bonne acquisition pour la franchise, même limitée au nombre de minutes passées sur le terrain. 🙂 Donc, ne t'en fais pas, il fait entièrement partie de la famille, bien qu'il mange pour quatre et que ça nous fait des frais !

      Merci pour ton commentaire dieu et à bientôt sur TrashTalk 😉 Si tu n'aimes pas les travers de porc, je peux encore changer pour une bonne calzone ou quelques burgers sauce barbecue bien juteux ^^

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top