L'avis du Psy

L’Avis du Psy – Episode 12 : Gérard, l’idole de tout un pays

Devant la recrudescence des craquages et autres coups de speed des quelques énergumènes qui fleurissent notre belle NBA, cette dernière a décidé cette saison d’engager un psychologue spécialisé dans les cas désespérés. Tout au long de la saison, cette sommité du milieu psychiatrique vous propose chaque semaine l’état des lieux cérébral de nos plus grands foufous. Cette semaine, nouvelle première place pour Gégé et très gros arrivage de dépressifs en puissance. A vos mouchoirs…

 

Place Joueur Commentaire

1
(+1)

JR Smith Après Gérard et l’alcool, Gérard et Rihanna, Gérard et les orgies de shoot et Gérard et les lacets, il semble que ce dernier soit devenu ces derniers temps le sujet de discussion préféré des fans de potins NBA. Comme si cela ne suffisait pas, Gégé nous donne du grain à moudre en chouinant dans la presse le manque de reconnaissance dont il serait victime, nous refait le coup du lacet au Dancing et continue de bouder sur le banc. Comble de l’Histoire, le bougre entend son blaze scandé dans les salles NBA, les fans désirant sans doute être amortis du cout de la place en assistant à l’une de ses idioties. Au dessus du soleil, définitivement.

2
(nouveau patient)

Joel Anthony Prenez un mec le mardi, à l’entrainement avec Lebron, Dwayne Wade, Chris Bosh et Ray Allen, rentrant chez lui le soir contempler les 2 belles bagues de Champion NBA trônant sur sa cheminée en pierre, avec vue sur le soleil se couchant sur South Beach. Prenez ce même gars, le lendemain, a qui on demande de déménager pour Boston, -10 degrés de moyenne l’hiver, avec pour nouveaux compagnons de raquette Toto Faverani et Kris Humphries, avec bien sur l’interdiction formelle de gagner. Pas besoin de vous expliquer dans quel état on vient de récupérer le Canadien…

3
(nouveau patient)

Larry Sanders Suspendu lors du début de saison poussif des Cerfs du Wisconsin, Larry a réussi la performance de rendre son équipe encore plus mauvaise depuis son retour, c’est à dire complètement nulle. Et pour rajouter un peu de piquant à une Franchise qui n’en a pas du tout, quoi de mieux qu’une embrouille avec son pote Gary Neal pour une histoire d’oseille? Et comme ça ne suffit toujours pas, pourquoi ne pas se faire remarquer en collant un bourre-pif à Steven Adams avant de se faire dégager du terrain par les refs? La grande tige est dans un très mauvais état d’esprit et le psy s’est bien chargé de lui faire savoir qu’a la prochaine incartade, c’est le conseil de discipline qui s’offrirait à lui…

4
(nouveau patient)

Kevin Love Kevin Amour pourrait aligner 50 pions par match que ça n’y changerait rien. Son équipe est une équipe de loosers ultimes, adeptes du remplissage de couche lorsque le chronomètre en est à ses derniers tic-tac. Malgré les cartons alignés par la star de Minny (on ne parle pas là de sa défense…suspecte), rien n’y fait, les Wolves ne feront sans doute pas les Playoffs cette année encore, et Kev devrait selon toute vraisemblance aller voir ailleurs très prochainement. La faute à un gros manque d’ambition de sa Franchise et à une attitude de la part de ses coéquipiers que le Sieur Love ne peut plus supporter. Le psy lui a prescrit un joli calendrier pour qu’il puisse chaque jour pointer le temps qu’il lui reste à perdre (dans les 2 sens du terme) dans le Minnesota…

5
(nouveau patient)

Kyle Korver A voir le cinéma engendré par la série à longue distance (certes impressionnante) d’Ashton Kutcher, le psy prend les devants et prescrit d’emblée une boite d’antidépresseurs au beau gosse, à prendre dès que cette douce folie du shoot s’arrêtera, tant le garçon semble habité par ce seul objectif. Rappelant la ridicule série d’AC Green il y a quelques années (son Coach le faisait rentrer uniquement 1 minute chaque soir pour accroitre son record de longévité), les matches d’Atlanta perdront automatiquement 50% de saveur quand le couperet tombera, et la popularité de Korver risque également d’en prendre un coup. État psychologique à surveiller de près.

6
(rechute)

les fans des C’sBannières Celtics Comme le stipulait plus haut la consultation de Joel Anthony, les Celtics ont une fois de plus frappés un grand coup sur le marché des transferts, à savoir se débarrasser de Jordan Crawford, certes loin d’être Prix Nobel de Gamberge mais tributaire depuis 3 mois du peu de glamour qu’il restait chez les Greens, pour récupérer des cacahuètes, afin de se prouver à eux-mêmes  (car nous on l’a compris depuis un moment) qu’ils étaient bel et bien capables de tanker cette saison… La clinique passera 3 fois par jour dans les rues de Boston à partir de demain afin d’ouvrir une cellule psychologique géante à des fans peu habitués à connaitre le flou basketballistique que s’apprête à vivre la ville en 2014. Condoléances…

7
(nouveau patient)

Jimmy Butler Après être devenu l’année passée, par défaut dans un premier temps, l’un des leaders des Bulls, Jimmy Butler a cette saison passé un cap supplémentaire à Chicago. Compte tenu des blessures et trades en tout genre, le voici obligé de jouer les Marathon-Man chaque soir, passant entre 42 et 60 (!) minutes par match sur le parquet. La consultation de Jimmy s’est donc faite en présence d’un kinésithérapeute, d’un nutritionniste, d’un ostéopathe et d’un marabout afin que ce féroce compétiteur finisse la saison sans que l’un de ses membres ne lâche… Résultat non-garanti…

8
(-)

Dwight Howard Une nouvelle semaine en dessous des 50 aux LFS pour Dwight. Que dire de plus quand on sait qu’il a déjà loupé plus de lancers que 5 équipes en NBA?!! Malgré les cours intensifs et les brimades du psy, D-12 n’arrive pas à se mettre dans la tete qu’avec des stats pareilles, la clinique ne le laissera jamais tranquille… Un vrai gamin, beaucoup plus à l’aise pour faire des Harlem Shake et jouer avec les mascottes que pour marquer des paniers faciles. Un cas désespéré, même le psy ne sait plus comment s’en débarrasser…

9
(rechute)

Lance Stephenson Derrière le Trashtalking si cher à notre fondateur bien-aimé, l’entertainment dont il s’est fait le porte-parole dans la Ligue, Lancelot cache néanmoins un talent caché pour l’humour premier degré. Preuve en est la vidéo qu’il a posté cette semaine ou on le voit militer pour une place au ASG, le tout dans un scénario digne du meilleur de la scène comique Américaine. Même s’il reste l’un de nos acteurs préférés en NBA, Stephenson a eu droit à un rappel du psy, qui ne voudrait pas voir l’arrière des Pacers se décentrer de son objectif principal, à savoir ramener un titre dans l’Indiana. Petit avertissement. Avec fou rire mais avertissement quand même…

 

Voila Messieurs Mesdames vous venez de consulter le dernier rapport psychologique du service NBA. N’hésitez pas à réagir, à nous envoyer de nouveaux patients on en est friand chez Trashtalk… Rendez vous la semaine prochaine avec peut être des changements sur les bancs, des sursauts, des retours, des départs, en somme tout ce qui rythme la vie d’une belle clinique comme la nôtre…

Source : m.metro.us

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top