Dossiers NBA

Interview et photos : Carlos Boozer en tête à tête avec TrashTalk ce week-end !

Organisé par la NBA dans le cadre de sa campagne annuelle en Europe, le tournoi NBA 3X rassemblait ce week-end à Paris quelques talents de l’Ile de France, le tout dans une ambiance bon enfant et sous le soleil rayonnant de la capitale. C’est à cette occasion que nous avons pu discuter avec Carlos Boozer, bras droit de Derrick Rose et Joakim Noah chez les Bulls, comme un gros poisson dans l’eau du côté de la Seine.

es

Débarqué sur le coup des 11h ce Samedi avec une imposante paire de Gucci sur son nez et un combo short + tshirt à l’effigie des Bulls, le grand Carlos n’avait aucun mal à surplomber la petite foule parisienne qui ne comprenait pas vraiment ce que ce géant faisait au milieu de tous ces enfants. Ce n’est pas que le récent passage de Kevin Durant sur Paname ait été un grand succès, c’est surtout que la Place de la République vivait comme d’habitude son petit Samedi d’automne sans vraiment se soucier de la chance qu’elle avait, d’avoir Boozy aussi souriant et dispo pour nos micros. Du coup, en s’étant frayé un chemin afin de poser nos quelques questions en anglais (pas de vocabulaire façon Molière chez Carlos à part un petit ‘c’est bon’), la bête tatouée nous a accordé quelques minutes et a répondu avec franchise et patience.

TrashTalk : Salut Carlos, merci de prendre le temps de nous répondre aujourd’hui ! Alors, Paris, ça te plait ?

Carlos Boozer : Oh c’est super beau comme ville franchement, j’adore tout ce qu’on peut y visiter et le temps est magnifique. Je reviens du Portugal là pour le Basketball Without Borders, c’était superbe également.

TT : Rentrons dans le vif du sujet. Nous bossons pour un site qui fait du trashtalking, et on sait que tu n’a pas ta langue dans ta poche de ce côté-là. Si on te demande aujourd’hui quel joueur était le plus difficile à jouer au poste, qui tu donnerais en premier ?

CB : Waw. (Quelques secondes d’hésitations en souriant). Joueur le plus difficile à jouer au poste… Karl Malone était très dur quand j’étais plus jeune, et Shaq était impossible à défendre à l’époque. Je dirais ces deux-là en ce qui concerne le jeu au poste. Maintenant dans le périmètre, Dirk Nowitzki évidemment, et Kevin Garnett était incroyable à Minnesota.

es

TT : Et concernant les jeunes intérieurs justement qui débarquent en NBA comme Kevin Love ou Blake Griffin qui représentent la nouvelle génération, une préférence ?

CB : Pas encore, pas encore. Kevin Love a une superbe technique par contre, et Blake est évidemment un grand athlète, mais Kevin Love a beaucoup plus de technique que Griffin. Il leur faudra encore un peu de temps.

TT : Question inévitable concernant Derrick Rose, on voulait savoir quel est ton avis sur toute cette pression mise sur lui depuis tant de mois ?

CB : Je pense qu’il va réussir à s’ajuster à tout ça. On sait tous que c’est une superstar, mais je crois que ce qui est bien avec lui c’est qu’il reste toujours humble, il est toujours tourné vers l’équipe. Cela prendra un peu de temps mais il va s’ajuster aussi à nous : il a eu toute une année pour nous regarder jouer, nous regarder grandir sans lui, et d’autres joueurs se sont ajustés comme Jimmy Butler par exemple. Joakim (Noah), Luol (Deng) et moi avons vraiment pris de plus en plus de responsabilités, donc cela nous rendra encore meilleurs à son retour. Il va réussir à s’ajuster.

es

TT : On a vu qu’il y avait une petite rivalité naissante entre vous et le Heat : ça va être chaud le premier match de la saison chez eux, comment tu l’abordes toi cette rencontre ?

CB : C’est un seul match. On a une longue saison devant nous, ça sera très excitant parce que tout le monde l’attend et on a hâte de les jouer, mais ce n’est qu’un match et une saison NBA ça reste extrêmement long : 7, 8 voir même 9 mois si vous allez loin en PlayOffs, il faut viser sur le long terme. Mais on a tous hâte de jouer ce premier match ça c’est sûr.

TT : Pour conclure, est-ce que tu peux terminer ma phrase ? En Juin 2014, les Chicago bulls seront…

CB : Champions NBA, c’est ce qu’on veut, bien évidemment !

TT : Pour la photo, tu peux nous faire ta meilleure ‘and-one face’ en criant ?

CB : (Rires) Ah mec non ça je peux pas, c’est quand t’es dans le moment que tu le fais, ça se commande pas ! Mais je peux prendre la pose volontiers.

Participant aux jeux proposés pour les enfants et toujours aussi souriant sur les photos souvenirs données aux fans, Carlos était venu en compagnie de Devel King, son coach personnel qui s’occupe de lui depuis quelques années et gère l’aspect technique du jeu avec le membre des Bulls. L’occasion pour nous de lui poser quelques questions, puisque tout le monde se ruait sur la tour aux lunettes Gucci.

es

TrashTalk : Salut Devel, est-ce que ces gens savent au moins qui tu es ?

Devel King : Non je ne crois pas (rires) ! Mais c’est ça aussi l’avantage de bosser avec Carlos, il est très grand donc on le suit.

TT : Vu que tu es avec lui ici au quotidien, tu ne t’occupes que du basket avec lui ou tu as également ton mot à dire sur son régime alimentaire par exemple ?

DK : Non non, je ne m’occupe que du basket. Les workouts, c’est moi.

TT : Donc la plupart du temps vous restez au poste ou vous travaillez sur différents aspects ?

DK : On travaille sur tout. Sa conduite de balle, son tir, sa gestuelle, sa défense : on essaye de devenir meilleur chaque jour en gros !

Un grand merci donc à Adidas et NBA Europe d’avoir organisé l’évènement, aux partenaires et à Carlos bien évidemment qui a pris la peine de nous répondre tout en jouant le jeu !

Photos : N. Bourrié

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top