Celtics

[Debrief] Game 3 : Les Knicks tranquilles dans le Garden.

Les Celtics avaient complètement raté leurs deuxièmes mi-temps au Madison Square Garden lors des deux matchs précédents. La nuit dernière, dans leur antre, c’est en première mi-temps que les hommes du Doc ont totalement déjoué avec seulement 31 points inscrits ! Du coup, menant de 16 points à la pause, Melo et sa bande n’ont eu qu’à gérer tranquillement cette avance pour s’imposer 90 à 76…

Encore un match sous les 80 points pour Boston. Encore un match très décevant pour les fans mais aussi dur à regarder pour tous les amateurs de balle orange tant le spectacle ne fut pas à la hauteur de ce qu’on était en droit d’attendre de la part de Celtics au pied du mur. Sans forcer, New York mène donc 3-0 dans cette série qui était l’une des plus attendues de ce premier tour et qui est finalement la plus faible en terme de basket. Comme prévu, Avery Bradley défend bien mais son apport offensif est pauvre. Jason Terry a fait un peu mieux que sur les deux premiers matchs en apportant 14 points mais Paul Pierce et Jeff Green sont les deux seuls réels dangers offensifs. Pendant ce temps-là, Kevin Garnett se bat (17 rebonds) mais il n’est pas en réussite au shoot et, fait très rare, Doc Rivers semble à cours de solution. Bref, rien ne va plus du côté vert.

« Très tôt dans le match, je me suis dit que nous avions perdu notre état d’esprit » Doc Rivers en conférence de presse d’après-match.

Si les Celtics déjouent, il faut tout de même aussi en donner le crédit à Mike Woodson et ses hommes qui, eux, font le job. Dans ce troisième match, Carmelo Anthony a encore assuré au niveau scoring avec 26 points à 12/25 en 37 minutes. Raymond Felton (15 points, 10 passes) et JR Smith (15 points et une expulsion !) ont bien participé à la marque côté Big Apple. Mais ce qui impressionne le plus chez ces Knicks, c’est le calme, la détermination et la grande confiance que dégage ce collectif. Tyson Chandler est encore un juste ? Stoudemire et Camby squattent toujours l’infirmerie ? Oui mais ce n’est pas si grave quand on voit ce qu’est capable d’apporter Kenyon Martin dans la raquette en terme de rebonds, de contres, tout simplement d’énergie. Quelle bonne pioche de la part des Knicks !

Sur les lignes arrières, la nuit dernière, c’est Pablo Prigioni qui est sorti de sa boîte. Le «vieux» rookie a entamé le match en rentrant trois tirs primés sur ses trois premières tentatives. Par la suite, on l’a moins vu shooter mais on l’a vu se battre sur tous les ballons comme un mort de faim. Résultat : 5 interceptions pour l’Argentin qui, lui, a bien pris conscience des efforts à fournir pour gagner un match de playoffs. Et puis, Jason Kidd qui, du haut de ses 40 ans, ne peut plus courir dans tous les sens mais qui continue à faire de tout (6 passes, 6 rebonds hier), à guider ses coéquipiers victoire après victoire…

Dans ces conditions, il est impossible de résister pour ces Celtics qui ont shooté à 36% hier et à seulement 39% depuis le début de la série. Le coup de balai se rapproche dangereusement pour les protégés du Doc qui ne s’est jamais fait sweeper en playoffs depuis qu’il entraîne. Pour sauver son honneur, Boston va devoir se sortir les tripes et réaliser enfin que les playoffs ont commencé…

Le coup de coude de JR
[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »KAM5QDCWRuw »]

Résumé du match
[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »SQ7DC2IVj7I »]

1 Comment

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top