Bucks

[Débrief] GAME 2 : L’envol du Birdman

Hier soir, c’était un match beaucoup plus disputé qu’il n’y paraît. Défaits 98-86, les Bucks ont pourtant résisté pendant 3 quart temps. En effet, c’est seulement un run de Miami en début de dernier quart, infligeant un 12-0 en un peu plus de deux minutes, que le Heat a pu prendre le large et maintenir cet écart. 

Une belle défense des Bucks

Durant les 36 premières minutes du match, les deux équipes ont fait jeu égal. La défense collective des Bucks était beaucoup plus efficace qu’au game 1. En première mi-temps, Chris Bosh n’a ainsi pris que 3 tirs quand, lors du premier match, il en tentait 3 à 3 points dans le seul premier quart temps. Milwaukee n’encaissera que 68 points durant les 3 périodes. Et l’erreur du match 1 qui voyait Miami prendre le large au retour des vestiaires et imposer son basket n’a pas été reproduite. En effet, les Bucks ont retenu la leçon et remportent même le 3ème quart temps sous le score de 22 à 21.

Luc Mbah-A-Moute avait toujours la lourde tâche de défendre sur LeBron James. Et s’il est presque impossible de l’arrêter, il faut au moins réussir à le limiter. Mission que l’ailier Camerounais a très bien réussie. Avec 19 points (à 6/14), 8 rebonds, 6 passes, 1 interception et 4 balles perdues, le joueur du Heat est enfin apparu humain. Peu de shoots faciles, il est enfin condamné à descendre sous la barre des 50% de réussite tout en n’ayant pas pu prendre réellement le match à son compte.

La défense était avant tout collective. Tout le monde était à fond de ce côté là, Ilyasova et Sanders s’occupant de la raquette, Ellis et Jennings du backcourt de Miami, Mbah-a-Moute n’a pas lâché LBJ et enfin Dunleavy et Udoh étaient tout autant impliqués. Le Heat est ainsi limité à 44,9% de réussite aux tirs dont un faible 31,9% à derrière l’arc.

Monta Ellis et Brandon Jennings cadenassés

 A l’inverse du premier match ou les deux arrières fantasques de Milwaukee avait cumulé 48 points, hier soir la défense des Floridiens les a totalement inhibés. 15 points à 5/22 dont 0/10 à 3 points pour les deux tatoués. Ils ont donc compensé en créant pour les autres (10 assists). Et s’ils avaient été bien trop seul dimanche pour espérer quoi que ce soit, hier soir c’était tout le contraire. Bien épaulé par Elyasova (21 points) et Larry Sanders (14 points à 6/7) à l’intérieur, le banc aussi était à la fête, emmené par un très bon Dunleavy qui compile 16 points à 6/9, 6 rebonds, 5 passes ainsi que le combatif Marquis Daniels (8 points à 4/6).

En face, c’est un Dwyane Wade bondissant qui prenait les rênes de son équipe. Rapide, vif et toujours actif aux rebonds, on sent l’arrière du Heat en pleine forme, comme en témoigne son énorme claquette dunk sur la tête de Monta Ellis. Derrière lui et LeBron James, c’est tout le collectif de l’équipe qui s’est mis en valeur.

L’erreur de Jim Boylan, l’impact du Birdman

Le tournant du match arrive au quatrième quart temps. Le coach de Milwaukee envoie Ish Smith, Ekpe Udoh, Marquis Daniels, Mike Dunleavy et Brandon Jennings pour débuter. Alors que le score est de 68-65 en faveur des Floridiens, sous l’impulsion d’un 3 points de Norris Cole et d’un panier de Chris Andersen, le Heat va infliger un 12-0 leur permettant de mener 80-65 à peine deux minutes plus tard.  Milwaukee ne s’en remettra pas.

Chris Andersen avec son énergie débordante est l’un des principaux acteurs du très bon passage de Miami. Se battant sur tous les rebonds, des deux côtés du terrain, la dynamique est venue de lui. Il signe hier encore un très bon match, compilant 10 points et 6 rebonds en à peine 12 minutes. Clairement le facteur X de cette rencontre.

La stat

Grâce au gros apport défensif de Luc Mbah-A-Moute, la série de 22 matches consécutifs de Playoffs à plus de 20 points de LeBron James s’arrête là. Il s’agit du record de franchise pour Miami. En outre, avant hier, il avait scoré au moins 25 points lors de ses 16 dernières rencontres en Playoffs.

Conférence de presse

« En deux matches maintenant, nous avons comme l’impression qu’il leur suffit simplement de 4, 5, 6 minutes pour prendre le large. Nous devons donc trouver comment empêcher que cela n’arrive et rester dans le match. » Jim Boylan

« J’ai probablement poussé Ish dans un mauvais coup. Le blâmer ou rejeter la faute sur lui est injuste. » Jim Boylan

« Ils sont rentrés et c’était beaucoup plus physique que le premier match. Ils savaient ce qu’ils avaient à faire. Nous devions adapter nos schémas en fonction de leur jeu et c’est ce que nous avons fait. Nous sommes arrivés, avons fais nos ajustements et resserré notre défense. » Chris Andersen

Calendrier

Game 1: Milwaukee 87 @ 110 Miami le 21/04/13
Game 2: Milwaukee 86 @  98 Miami le 23/04/13
Game 3: Miami @ Milwaukee le 25/04/13
Game 4: Miami @ Milwaukee le 28/04/13
Game 5: Milwaukee @ Miami le 30/04/13 ( si nécessaire)
Game 6: Miami @ Milwaukee le 02/05/13 (si nécessaire)
Game 7: Milwaukee @ Miami le 04/05/13 (si nécessaire)

Videos

[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »0nJXYWLcI00&list=UUDvC9AXiKtCA4pBzKN8OnMQ&index=12″]

[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »dopn_XNSu_0&list=UUDvC9AXiKtCA4pBzKN8OnMQ&index=51″]

[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »qcceJOVjNLU&list=UUDvC9AXiKtCA4pBzKN8OnMQ&index=32″]

 

3 Commentaires

3 Comments

  1. @DoluRICARD

    24 avril 2013 à 13 h 20 min at 13 h 20 min

    [Débrief] GAME 2 : L’envol du Birdman:
    http://t.co/SeimpQKRe2

  2. @JoevinCeltics

    24 avril 2013 à 13 h 24 min at 13 h 24 min

    RT @DoluRICARD: [Débrief] GAME 2 : L’envol du Birdman:
    http://t.co/SeimpQKRe2

  3. @JoevinCeltics

    24 avril 2013 à 13 h 24 min at 13 h 24 min

    RT @DoluRICARD: [Débrief] GAME 2 : L’envol du Birdman:
    http://t.co/SeimpQKRe2

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top