One-on-One

Kyrie Irving, et si c’était sa dernière année en NBA ?

L’avenir de Kyrie Irving en NBA, un concept de plus en plus flou…

Source image : NBA League Pass

Dans la tourmente après avoir partagé sur les réseaux sociaux un documentaire contenant des propos antisémites, Kyrie Irving vient d’être suspendu pour cinq matchs par les Nets, qui n’ont pas apprécié le flou laissé par Uncle Drew sur ses croyances personnelles et l’absence de véritables excuses publiques envers la communauté juive. Une nouvelle polémique pour un personnage déjà controversé, polémique qui pourrait bien être celle de trop. Retour en détail sur cette affaire et les conséquences qu’elle peut avoir sur l’avenir de Kyrie en NBA. 

Dix jours. Il n’a fallu que dix jours cette saison avant qu’une nouvelle controverse ne vienne entourer Kyrie Irving.

Il y a tout juste une semaine, la star des Nets publiait sur son compte Twitter et Instagram un lien vers un documentaire intitulé « Hebrews to Negroes: Wake Up Black America », qui a fait réagir pour les propos antisémites qu’il contient. Le propriétaire des Nets Joe Tsai s’est notamment exprimé sur son compte Twitter pour dénoncer les actions de Kyrie, on a vu des fans de confession juive porter des T-shirts « Fight anti-Semitism » au premier rang du Barclays Center lors du match entre les Nets et les Pacers, et on a assisté à un échange verbal particulièrement houleux entre Kyrie et le journaliste d’ESPN Nick Friedell lorsque ce dernier a interrogé Irving sur la promotion de ce film.

Cette controverse aurait pu s’arrêter là si Kyrie Irving avait immédiatement clarifié sa position et supprimé le tweet en question. Cela n’a pas été le cas et elle a ainsi continué de grandir au cours de cette semaine. Au milieu des différents communiqués sortis par les Nets, la NBA ou encore l’association des joueurs (dont Kyrie est l’un des vice-présidents) pour dénoncer l’antisémitisme et toutes formes de discours haineux, Irving a pu continuer à jouer au basket sans apporter de véritables excuses publiques, ce qui a particulièrement agacé le big boss de la Grande Ligue Adam Silver. Certaines voies portantes de l’univers NBA, comme Charles Barkley par exemple, ont carrément traité Irving « d’idiot » tout en demandant à la Ligue de le suspendre, tandis que Reggie Miller s’est demandé pourquoi les autres joueurs ont été tellement silencieux sur ce dossier alors qu’ils avaient été les premiers à dénoncer le comportement de certains propriétaires dans de récentes affaires, comme celle impliquant Robert Sarver. Dans le même temps, on a aussi vu Kanye West – le très influent rappeur – apporter son soutien à Uncle Drew sur les réseaux sociaux à un moment où il est lui aussi en pleine tourmente pour antisémitisme. Bref cette polémique, associée à d’autres dossiers pas très reluisants en ce début de saison, a largement dépassé les frontières de Brooklyn et a pris le pas sur le jeu qu’on aime tant, et Kyrie n’a rien fait pour arranger les choses dans sa première conférence de presse hier depuis son embrouille avec Nick Friedell.

Pour les Nets, qui avaient préféré dans un premier temps éloigné Kyrie des médias pour éviter de « créer plus de problèmes », cette conférence de presse était l’occasion pour Irving de clore autant que possible ce malheureux chapitre en exprimant de vrais remords et en apportant enfin des excuses publiques. Au lieu de ça il est resté flou et donc peu convaincant. Une véritable « débâcle » aux yeux de l’Anti-Defamation League (organisation non gouvernementale américaine dédiée à la lutte contre l’antisémitisme) qui a refusé le don de 500 000 dollars qu’Uncle Drew avait prévu de faire, et un « échec troublant » aux yeux de la franchise de Brooklyn qui a ainsi choisi de suspendre Irving pour minimum les cinq prochains matchs (sans salaire) des Nets.

Ce n’est qu’après tous ces épisodes, et cette sanction de son employeur, que Kyrie Irving est allé sur son compte Instagram pour dire qu’il était « désolé d’avoir blessé les communautés juives » et qu’il « s’excusait ». Mieux vaut tard que jamais comme on dit, mais forcément la sincérité de ces excuses peut poser question.

____

« Oui, j’avais quelques options, mais pas beaucoup. »

Voici ce qu’a répondu Kyrie Irving lors du Media Day des Nets il y a quelques semaines, quand un journaliste lui a demandé s’il était proche de quitter Brooklyn lors de l’intersaison. Les Nets n’ont pas voulu lui offrir le contrat à long terme qu’il recherchait, et Uncle Drew n’a pas trouvé de sign-and-trade potentiel. Ce manque d’options, lié selon le principal intéressé à une « stigmatisation injustifiée » suite (entre autres) à sa décision de ne pas se faire vacciner contre le COVID, a finalement poussé Uncle Drew à prendre sa player option à 36,5 millions de dollars pour rester une année de plus à New York. Mais dans quelques mois, son contrat arrivera officiellement à son terme, faisant de lui un agent libre à l’été 2023. Et au vu de la dernière polémique en date, on peut se poser la question suivante :

Et si on était en train de vivre la dernière année de Kyrie Irving en NBA ?

La question peut paraître extrême au premier abord. On parle de l’un des plus grands talents offensifs de la Ligue, et même all-time. On parle d’un joueur qui tourne encore en ce début de saison à 27 points, 5 rebonds et 5 passes de moyenne. On parle d’un magicien de la balle orange qui est capable de tout faire avec la gonfle dans les mains. Plus un joueur est talentueux, plus il possède de marge de manœuvre et de droits à l’erreur, et inversement. Meyers Leonard par exemple, simple role player qui tournait à seulement 5 points et 4 rebonds de moyenne, a perdu sa place en NBA deux semaines après avoir prononcé une insulte antisémite lors d’une partie de jeux vidéos diffusée en direct. Sauf qu’il arrive un moment où tout le talent du monde ne pèse plus assez lourd par rapport à la tonne de polémiques et de controverses qu’un joueur peut amener avec lui dans sa franchise. Ce moment est peut-être arrivé chez Kyrie Irving.

« J’ai parlé avec beaucoup de personnes à travers la ligue durant le week-end et ce que je ressens actuellement, c’est que Kyrie Irving est devenu « radioactif ». Même si vous demandez la contrepartie minimum en retour, il y a trop de baggage. Je ne sais pas ce qu’ils [les Nets, ndlr.] peuvent faire avec lui à part essayer de sauver la situation actuelle, qui semble irrécupérable. »

– Zach Lowe, journaliste NBA pour ESPN

« Radioactif ». Le terme est fort, mais symbolique de la perception de Kyrie Irving à travers la Ligue aujourd’hui.

Jouant seulement 103 matchs sur 226 au cours des trois dernières saisons à Brooklyn, Uncle Drew a plus fait parler de lui pour ses péripéties en dehors du terrain que pour ses exploits sur les parquets. Entre les blessures, les absences inopinées pour raisons personnelles, et bien évidemment son refus de se faire vacciner qui a complètement fait dérailler le championship project de Brooklyn, Irving est devenu le symbole de l’immense bordel que représente la franchise des Nets depuis plusieurs mois maintenant. Tout ça alors qu’il était arrivé chez les Nets en 2019 avec une réputation de platiste à reconstruire notamment en matière de leadership après l’échec cuisant à Boston. Cela faisait déjà beaucoup et c’est pour cela qu’on voulait voir Uncle Drew éviter tout drama cette saison pour qu’il se concentre à fond sur le basket dans sa dernière année de contrat. La suite vous la connaissez et aujourd’hui, si l’on en croit le journaliste de Newsday Steve Popper qui a pu échanger avec certains dirigeants de la Ligue, ils sont « plusieurs à ne pas vouloir toucher Kyrie Irving » dans un potentiel transfert et même plus tard quand il sera agent libre.

En apportant finalement ses excuses publiques, Kyrie Irving s’est sans doute donné la possibilité de rejouer avec les Nets cette saison. Et on verra comment ça va se passer, notamment quand il y aura un nouveau coach – potentiellement Ime Udoka – en place. Pas sûr pour autant qu’il s’est donné la possibilité de jouer en NBA après cette campagne 2022-23. À l’heure de ces lignes, après tout ce que les Nets ont dû supporter depuis 2019, on a du mal à imaginer Brooklyn prolonger Uncle Drew à la fin de la saison, à moins d’un énorme retournement de situation sur le plan sportif qui paraît plus de l’ordre du fantasme. Et si les Nets décident effectivement de couper les ponts avec Irving, on est bien curieux de voir qui voudrait bien le recruter.

  • Les Lakers pour tenter de maximiser les dernières années de LeBron James et rebondir après le fiasco entourant l’arrivée de Russell Westbrook ? Allez, peut-être parce que ce sont les Lakers, et encore faut voir hein.
  • Une autre franchise en recherche désespérée d’une star offensive ? Même pas sûr vu tout le drama qu’il apporte avec lui.

La prochaine franchise qui recrutera Kyrie Irving, si elle existe, devra en tout cas non seulement faire avec les polémiques mais aussi avec les répercussions néfastes sur l’image de l’organisation. Quand on voit que l’équipementier Nike, pourtant réputé pour continuer de soutenir ses athlètes au milieu des controverses, va très probablement lâcher Irving à la fin de son contrat avec la marque à la virgule (après la saison 2022-23), on se rend bien compte des « risques » en matière de relations publiques que comporte toute association avec Kyrie Irving.

Car oui, aujourd’hui, s’associer avec Kyrie Irving donne beaucoup plus l’impression d’être un risque qu’une opportunité.

Et c’est spécifiquement pour cela qu’on peut légitimement s’interroger sur son avenir.

L’énorme talent de Kyrie Irving lui a longtemps permis de conserver sa place chez les Nets et en NBA malgré les différentes polémiques auxquelles il a été mêlé. Peut-être que ce talent lui offrira une nouvelle opportunité à l’été 2023 quand il sera agent libre, mais son avenir dans la Grande Ligue n’a sans doute jamais été aussi flou qu’aujourd’hui. Et si jamais une franchise NBA décide effectivement de miser sur lui, ce ne sera sûrement pas à travers le contrat max que recherche Uncle Drew…

5 Commentaires

5 Comments

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top