Jazz

Le Jazz fait presque respecter la hiérarchie face aux Nuggets : victoire de 20 points, comme on s’y attendait presque, qui a parlé de tank dans l’Utah

On a beau avoir tout changé cet été à Utah, le Jazz est toujours une place forte de la Ligue. C’est en tout cas ce qu’on pourrait penser après la défaite cinglante infligée par les hommes de Will Hardy aux Denver Nuggets. 123-102, ça fait 21 points d’écarts et beaucoup de bien aux habitants de Salt Lake City.

La franchise Utah Jazz a fait peau neuve cet été. Exit Quin Snyder, coach emblématique des Mormons entre 2014 et 2022. Exit les stars, Donovan Mitchell et Rudy Gobert, parties respectivement à Cleveland et dans le Minnesota. Bonjour Will Hardy, un entraîneur jeune, très jeune, le plus jeune de la Ligue avant que Joe Mazzulla ne ramasse les casseroles d’Ime Udoka à Boston. Et bonjour le tanking donc, avec en point de mire la même cible que chez tout le monde, Victor Wembanyama.

On pouvait donc s’attendre à un match à sens unique face aux Denver Nuggets. Dans le Colorado, les retours de Jamal Murray et de Michael Porter Jr. après une saison blanche (et presque blanche pour le second) auguraient d’un renouveau bienvenu aux côtés du double MVP en titre Nikola Jokić. On a donc eu ce qu’on attendait : une rencontre à sens unique, une équipe qui ne laisse rien à l’autre du début à la fin. Mais évidemment et vous l’avez compris, c’est bien le Jazz qui a endossé le rôle du bourreau dans cette affaire, avec des hommes forts qu’on n’attendait pas forcément. Lauri Markkanen a été bon : 17 points, 4 rebonds, 4 passes, Rudy Gay et ses 16 unités aussi, mais celui qu’on attendait le plus a répondu présent. Collin Sexton nous a sorti un joli 20 points, 5 rebonds et 2 passes, en sortie de banc s’il vous plait, d’ailleurs on a hâte qu’il soit starter et à 100%.

Et tout ça, ça a donné une grosse avance très tôt : 37-30 à la fin du premier quart, 75-53 à la mi-temps, match déjà plié, merci et bonne nuit. Il faut dire que les Nuggets n’ont jamais vraiment su se réveiller et ont semblé accepter cette défaite depuis le début. Aaron Gordon et son double-double à 22 points et 10 rebonds, accompagné de Nikola Jokić et de ses 27 points ont essayé de refaire le retard de leur équipe dans le troisième quart. Un effort insuffisant tant la différence de niveau s’est vue ce soir. Un résultat qui ne remet rien en cause d’un côté comme de l’autre, mais qui donnera un peu de baume au cœur aux fans du Jazz, habitués à gagner et qui vont devoir apprendre à faire le contraire.

Belle victoire du Jazz qui nous ferait presque croire qu’il va gagner quelques matchs cette saison. Bon, pour ça, il aurait fallu que la carotte au bout du tank ne soit pas aussi belle qu’elle ne l’est cette année. Allez, disons que ce match servira de transition entre deux ères dans l’Utah.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top