Sixers

Rupture des ligaments du genou pour Danny Green : gros coup dur pour le vétéran, et un avenir en NBA qui s’assombrit brutalement

Le genre d’image qu’on n’aime pas voir…

Source image : NBA League Pass

Blessé lors du Game 6 entre les Sixers et le Heat, Danny Green n’avait pu jouer que trois minutes avant de rejoindre les vestiaires, porté par Georges Niang et un membre du staff de Philadelphie. On en sait désormais un peu plus sur la nature de son bobo au genou et malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes du tout. 

Ça ne sentait pas très bon au vu des images. Et les examens ont confirmé ce qu’on pouvait craindre. Comme l’indique Tim Bontemps d’ESPN, Danny Green souffre d’une rupture des ligaments dans son genou gauche (ligament croisé antérieur et ligament collatéral fibulaire déchirés), lui qui a vu Joel Embiid et ses 130 kilos tomber sur sa jambe au cours du premier quart-temps du Game 6 de jeudi. C’est évidemment un terrible coup dur pour le sniper, victime de l’une des blessures les plus lourdes que peut connaître un sportif de haut niveau. C’est d’autant plus dur que l’ami Danny a quasiment 35 balais et 13 saisons NBA derrière lui. Ce n’est facile pour personne d’enchaîner les mois de rééducation puis revenir d’un tel pépin physique, ça l’est encore moins quand on est en fin de carrière.

« Dès que c’est arrivé, je l’ai senti et je savais que je n’allais pas pouvoir revenir en jeu. Mais je ne savais pas à quel point c’était sérieux avant que je n’essaye de mettre du poids sur mon genou, et qu’il s’est déformé. J’ai réalisé que ça allait probablement prendre un peu de temps. J’ai entendu des bruits qui n’étaient pas très rassurants. »

– Danny Green, via ESPN

Forcément, on se pose des questions sur l’avenir du bonhomme. Non seulement il va rester à l’infirmerie pendant une longue période (jusqu’à un an voire un peu plus), mais en plus sa situation contractuelle ne lui garantit pas un spot dans une équipe NBA. Pour rappel, Danny Green avait signé un contrat de deux ans pour 20 millions de dollars avec les Sixers en 2021, mais avec une deuxième année à dix millions qui est non garantie. Ces dix millions sur la saison 2022-23 seront sécurisés le 1er juillet prochain, à moins que la franchise de Philadelphie n’en décide autrement. Et comme on imagine pas trop Daryl Morey dépenser 10K sur un joueur indisponible l’an prochain, on peut légitimement craindre pour son futur à Philly, mais carrément aussi en NBA.

On espère que l’image de cette blessure ne sera pas la dernière de la carrière de Danny Green. Même s’il est sur le déclin aujourd’hui (physiquement et dans le jeu), on parle de l’une des références en matière de 3&D sur les dix dernières années. On parle d’un role player très précieux qui a contribué pour plusieurs équipes championnes, de San Antonio à Los Angeles en passant par Toronto. Danny a trois bagues de champion aux doigts, shoote à 40% du parking en carrière, et a été nommé dans la deuxième meilleure équipe défensive de la saison en 2017. Partout où il est passé, il a amené quelque chose en plus pour aider son équipe à rivaliser avec les plus gros poids lourds, que ce soit à travers ses skills ou son professionnalisme, lui qui n’a pas hésité à encourager ses coéquipiers de Philly dans le Game 6 avant de répondre aux questions des journalistes.

Alors non, son aventure NBA ne peut juste pas se terminer comme ça.

Le coup est terrible pour Danny Green, et Philadelphie perd d’ores et déjà un élément qui compte dans son collectif pour l’année prochaine. Sachant que le bonhomme est respecté à travers la Ligue, on peut espérer le revoir un jour sous le maillot d’une équipe NBA, mais c’est typiquement le genre de nouvelle qui est difficile à avaler. 

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top