Grizzlies

Dillon Brooks sur la rivalité Warriors – Grizzlies : « On est jeunes et eux ils vieillissent, donc ils savent qu’on répondra présent chaque année »

Quelque chose nous dit que ces deux-là se retrouveront un jour.

Source image : NBA League Pass

Si les Grizzlies sont tombés dans leur série face aux Warriors, la bataille fut âpre et disputée pendant six matchs, même après la blessure de Ja Morant. Alors Dillon Brooks, l’un des grands acteurs de cette série mais pas toujours pour les bonnes raisons, préfère prévenir tout le monde dans la Baie : Memphis arrive avec l’intention de prendre le pouvoir.

Dans une NBA qui a cruellement besoin de rivalités, les Warriors et les Grizzlies pourraient bien représenter la nouvelle opposition à la mode dans la Conférence Ouest. En tout cas, les ingrédients sont là. Les deux franchises ont construit un petit historique depuis l’année dernière, Memphis envoyant d’abord Golden State en vacances au play-in tournament avant que les Dubs n’éliminent les hommes de Taylor Jenkins cette année après une série bien physique qui a laissé pas mal de traces (pensée pour Gary Payton II). D’un côté, on a une équipe à l’ADN de champion qui a remporté trois titres NBA au cours de la dernière décennie et qui veut retrouver les sommets, de l’autre on a un groupe jeune et hyper ambitieux qui veut gagner sa place parmi les cadors du Wild Wild West. De part et d’autre, on a de la superstar évoluant sur le même poste avec Stephen Curry et Ja Morant. De part et d’autre, on a de la grande gueule avec Draymond Green et Dillon Brooks. Bref y’a tout ce qu’il faut. Et justement, Brooks est déjà chaud à l’idée de revenir l’année prochaine pour tenter de faire redescendre les Warriors de leur piédestal malgré le respect qu’il a pour eux (via NBC Sports Bay Area).

« On est jeunes et eux ils vieillissent, donc ils savent qu’on répondra présent chaque année. Je joue pour gagner le respect de mes pairs. Cela donne de la motivation, jouer contre eux et face à deux des meilleurs shooteurs de l’histoire permet d’apprendre. C’était un super sentiment. C’est une bonne chose pour nous, alors on va prendre ça avec nous cet été pour retenter notre chance. »

Clairement, l’avenir s’annonce brillant pour les Grizzlies. Ils ont réalisé une énorme ascension cette année en montant jusqu’à la deuxième place de l’Ouest avec 56 victoires au compteur, juste devant les… Warriors. Ja Morant est devenu une véritable superstar, Desmond Bane progresse à vitesse grand V depuis son arrivée en NBA, Jaren Jackson Jr. s’est imposé comme une référence défensive, et plus généralement le groupe de Taylor Jenkins vit super bien (c’est pas qu’un cliché) avec un collectif qui fait plaiz à voir. Autant de raisons de croire dans le potentiel de cette équipe de Memphis pour qu’elle devienne un jour un véritable candidat au titre. Cependant, ne comptez pas sur les Warriors pour s’enlever gentiment du chemin. Après deux années sans Playoffs à cause notamment de gros bobos, Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green sont de retour ensemble et on voit tout de suite ce que ça donne : une qualif’ en Finales de Conférence Ouest minimum. Ces gars-là se connaissent par cœur, ont toujours faim malgré leurs trois bagues et adorent l’atmosphère des Playoffs. Alors oui, c’est vrai, ils vieillissent (34 ans pour Steph, 32 pour Klay, 32 pour Dray) mais vieillir n’est pas toujours synonyme de déclin, en tout cas pas encore à cet âge-là. Avant d’avoir 37 ans, Chris Paul jouait à un niveau exceptionnel. On ne sait pas ce qu’il se passe depuis mais vous voyez ce qu’on veut dire. LeBron, même s’il est un cas à part, repousse tous les jours les limites de Father Time. Alors si on était Dillon Brooks, on ne compterait pas juste sur l’âge pour espérer la disparition de ces maudits Warriors, qui parviennent à durer dans le temps grâce à la culture qu’ils ont su construire depuis une bonne décennie. Une culture qui a permis à Andrew Wiggins (27 ans) de devenir All-Star et dans laquelle s’inscrit aujourd’hui un jeune talent en pleine ascension comme Jordan Poole (22 piges), ainsi qu’un rookie prometteur comme Jonathan Kuminga (19 ans). Donc ce n’est sûrement pas demain que Golden State disparaîtra de la carte NBA.

Il arrivera peut-être un jour où les Grizzlies mettent fin à la domination des Warriors. Dans la logique des choses, Memphis devrait continuer son ascension, tandis que Golden State pourrait à un moment donné laisser sa place quand Steph, Klay et Draymond auront pris quelques piges de plus. Mais on sait qu’en NBA, la logique ne prime pas toujours et on a appris avec le temps à ne jamais sous-estimer les Dubs. 

Source texte : conférence de presse d’après-match (via NBC Sports Bay Area)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top