Rockets

Les Rockets s’offrent une récréation face à Cleveland : cette jeunesse est un peu spéciale, mais cette jeunesse a du talent

Jalen Green 3 février 2022

Jalen Green et Kevin Porter Jr. restent deux merveilleuses raisons de regarder les Rockets de temps en temps. De temps en temps hein, faut pas pousser.

Source image : NBA League Pass

Ce match entre les Rockets et les Cavaliers n’était clairement pas en tête de liste de notre programme de la nuit, malgré le duel annoncé entre le n°2 (Jalen Green) et le n°3 (Evan Mobley) de la dernière Draft. Les Cavs tournent à plein régime mais étaient encore privés de Darius Garland (douleurs au dos), les Rockets pédalent dans la semoule et attendent la trade deadline et la Lottery, bref pas grand chose ne nous poussait à nous intéresser à ce genre d’affiche. Et comme souvent le mercredi soir, on a eu des surprises.

Les stats maison de la baby shower c’est juste ici

Rien d’exceptionnel on vous prévient, mais tout de même, déjà, une victoire des Rockets et rien que ça mérite d’être d’être souligné pour une franchise présentant à l’heure de ces lignes un bilan de 15-36, espèce de Minitel inversé mais vous comprendrez cette phrase uniquement si vous avez plus de 35 ans. Le match ? Une ode à la jeunesse à un Kevin Love près, partition menée par trois hommes notamment, que dis-je, par trois ados. Evan Mobley d’un côté, toujours favori qu’il est de la course au trophée de Rookie Of the Year, le duo Jalen Green / Kevin Porter Jr. de l’autre, deux gamins plutôt du genre à squatter au fond de la classe au bahut mais qui font exploser la jauge de swag cette saison dans le Texas.

Deux semaines qu’ils n’avaient plus gagné d’ailleurs ces Rockets, battus au buzzer par Stephen Curry ou froissés comme des chiffons par les Spurs ou les Blazers, mais cette nuit les jeunes ouailles de Stephen Silas auront profité d’une nouvelle soirée sans des Cavs, eux qui étaient déjà passés à côté face à Detroit il y a quelques jours. Un duo Mobley / Love qui défonce le buffet pour Cleveland mais Jalen Green qui s’éclate en première mi-temps et Garrison Matthews qui le seconde parfaitement, we have a game comme dirait l’autre et on ne l’avait pas forcément vu venir. La sélection de tir de JG est fluide, ça change, mais malgré tout les hommes du Coach du mois à l’Est vont tout doucement revenir dans le match, logique se dit-on, à 3 petits points précisément et à cinq minutes du terme. Le moment choisi par… Christian Wood pour sortir du bois, haha, en envoyant cinq points consécutifs avant que Kevin Porter Jr. ne joue une nouvelle fois les James Harden de Wish (pas ce soir…) en enquillant également un gros three bien clutch histoire de clore l’affaire face à des Cavs beaucoup trop permissifs en défense, poke le vieux Kevin Love.

Ca va pas changer le monde, ça c’est du Joe Dassin et ça conclut bien cette soirée au Toyota Center. Dommage pour les Cavs, au sommet d’une Conférence Est qui se cherche un patron, plutôt cool pour des Rockets qui respirent un chouïa avant d’être – peu-être – quasiment tous échangés contre des tours de Draft d’ici dix jours. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top