Rockets

Gerald Green raccroche et intègre l’organigramme des Rockets : premier cours prévu, apprendre à claquer un 720

Gerald Green

Finis les tomars en plein match pour Gerald Green.

Source image : NBA League Pass

Ancien vainqueur du Dunk Contest, Gerald Green met un terme à sa carrière. L’ancien dunkeur survitaminé va prendre un poste au sein du staff des Rockets. 

15 ans après le début de sa carrière professionnelle, c’est l’heure de ranger les sneakers pour Gerald Green. Celui qui a connu près de huit franchises en douze ans (il a aussi joué en Russie et en Chine) va enfin pouvoir poser ses valises et profiter. Sans surprise, le natif de Houston a choisi les Rockets pour faire la transition vers l’après-carrière. Le board a volontiers accédé à sa requête et on apprend aujourd’hui, par le biais de Shams Charania de The Athletic, que l’ancien swingman sera en charge du développement des joueurs de Houston.

Comme Manu Ginobili et beaucoup d’anciens joueurs avant lui (Willie Green a aussi occupé un poste similaire aux Warriors), Gerald Green va aller chaperonner des jeunes et leur donner les clés du métier. Un mentor qui devrait offrir pas mal de conseils bien utiles à Kevin Porter Jr. et ses copains. Le premier : ne jamais rien prendre pour acquis. Même si Green était un vrai joueur NBA et un role player utile, il a souvent eu à s’arracher pour récupérer un spot dans les rosters. Il a notamment dû passer par l’étranger et la G League pour se faire voir. L’autre conseil sera évidemment athlétique car ce bon Gerald était un sacré freak quand il s’agissait d’aller balancer un ballon dans l’arceau. Machine à highlights, trempoline humain, capable de monter sur n’importe qui, GG était un League Pass à lui tout seul. On vous laissera mater les compils de ses plus beaux dunks (mention spécial le alley-oop windmill avec les Nets, un immanquable), il y en a pour tous les goûts ! Un phénomène qui partait aussi de loin puisqu’on rappelle qu’il a joué toute sa carrière avec un doigt amputé ! On se souviendra évidemment du Slam Dunk Contest 2007 (+ une finale en 2008) mais aussi de ses beaux passages à Phoenix (meilleure saison en carrière) et à Houston, où il aura joué le titre avec James Harden et Chris Paul. Plus de deux ans après son dernier match sous les couleurs texanes, l’enfant du pays est de retour.

658 matchs, 9,7 points de moyenne et une bonne centaine de dunks plus tard, c’est déjà l’heure de dire au revoir à Gerald Green, un des meilleurs fournisseurs de Top 10 des quinze dernières années. Pour le plaisir des yeux, on vous laisse avec une petite compil’ qui donnera des idées à Jalen Green et Kevin Porter Jr. C’est l’heure de la relève !

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top