Pistons

Cade Cunningham out pour la réception des Bulls ce soir : la cheville grince toujours, Detroit ne prendra aucun risque avec son prodige

Cade Cunningham 2 octobre 2021

Le garçon aime trop les costumes.

Source : YouTube

Cade Cunningham ne jouera pas son premier match NBA cette nuit contre les Bulls. Le first pick de la Draft 2021 est toujours touché à la cheville, ce pourquoi le staff des Pistons ne compte prendre aucun risque avec son bijou. On débrief.

Du haut de ses vingt ans, Cade Cunningham est l’espoir de toute une franchise. Il est celui qui doit rallumer la flamme chez les Pistons après bien des années moroses, dénuées de soirées lors desquelles la salle vibre à l’unisson. Comme point de départ d’une probable idylle, ce mercredi soir semblait être le parfait moment pour que lors d’une première à domicile, Cade brille devant les habitués de la Little Caesars Arena face à des Bulls pleins d’ambitions. Et pourtant, les fans des Pistons vont devoir patienter pour voir leur pépite fouler pour la première fois les parquets NBA, la faute à une cheville capricieuse qui joue d’ores et déjà de mauvais tours au futur meilleur pote de Killian Hayes.

 

Eh oui, c’est cette même cheville qui a tourné à l’entraînement au début du mois d’octobre. Résultat des emplettes, une présaison manquée et une fanbase en sueur. En plein cœur d’un processus de reconstruction, le staff des Pistons affirme donc son souhait de ne prendre aucun risque avec le solide meneur de 2m03 pour 100Kg. Un raisonnement logique pour préserver la santé de celui qui représente l’avenir de le franchise du Michigan. En chouette tranquillisant, Dwayne Casey s’est montré rassurant sur l’état de sa future pièce maîtresse, sans pour autant annoncer une date de retour. Après le match face aux Bulls, les Pistons partent en road trip sur le côte Est : Bulls, Hawks et Sixers sont au programme. Ces rencontres seront peut-être l’occasion pour Cade Cunningham de fouler ses premiers parquets NBA. Mais sans son fils prodige, Detroit va devoir compter sur Killian Hayes qui – même s’il n’a pas brillé – a semé quelques promesses l’an dernier. Embêté par une déchirure de la hanche, notre Kiki national a tourné à 6,8 points, 5,3 assists et 2,3 rebonds en 26 parties disputées. Cette saison doit être celle de la confirmation pour le meneur français dont l‘association avec le natif du Texas promet des étincelles. Mais en attendant le retour de MotorCade, les fans devront se contenter de la connexion Hayes-Olynyk, quand même moins clinquante sur le papier.

Prendre son temps, oui… mais pas trop non plus. S’il vient à manquer quelques matchs en début de saison, le numéro un de la Draft 2021 risque de prendre du retard dans la course au Rookie of the Year. Notamment face à un Jalen Green prêt à démarrer pied au plancher après une présaison réussie du côté des Rockets. Attention à ne pas reproduire le Zion – Ja Morant.

On ne devrait donc pas voir le fils de l’Université d’Oklahoma avant un proche rétablissement, du moins on l’espère. Mais bon, après des années d’attente, les Pistons ne sont plus à quelques matchs près. Patience donc, Rome ne s’est pas faite en un jour.

Source Texte : The Athletic, Rod Beard.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top