Hawks

Cam Reddish et De’Andre Hunter à 100% pour la reprise de la saison : l’heure de l’explosion pour le duo d’ailes des Hawks ?

De'Andre Hunter cam reddish hawks

Cam Reddish et De’Andre Hunter, l’avenir des ailes d’Atlanta ?

Source image : montage nba league pass

Media day, media day, citations dans tous les sens et condition physique maximale. Pendant que Michel affirme qu’il a perdu 12 kilos et Philippe qui à l’inverse nous assure qu’il en a pris 16 de muscles, tout le monde y va de sa petite quote amusante. Chez les Hawks cependant, on fait profil bas en attendant que le business reprenne. Avec tout de même, dans le viseur, deux éléments majeurs : Cam Reddish et De’Andre Hunter.

Ils sont jeunes, ils sont forts, ils ont un potentiel très élevé mais tentent de s’affirmer le plus discrètement possible. Si Atlanta est avant tout la terre de Trae Young et de John Collins, d’autres petits oisillons commencent à faire leur place dans le nid de Géorgie et cela explique en partie le succès récent des Hawks sur la scène nationale. Petit trip en arrière pour comprendre la situation actuelle. Il y a trois ans, Atlanta avait décidé de transférer Luka Doncic le soir de la Draft 2018 contre Ice Trae, en espérant également drafter un autre garçon talentueux lors de la cuvée suivante. Cette cuvée, la 2019, avait permis au management des Hawks de tenter un sacré coup de poker. Il faut aussi dire que le postulat était assez simple. Nous avons un ailier-fort prometteur mais très moyen défenseur, et nous avons un meneur suprêmement doué mais incapable de défendre un panneau de circulation. Du coup, il nous faut de l’aide. De l’aide en défense, de l’aide sur les ailes, de la longueur de bras à ne plus quoi savoir en faire et si possible du talent offensif à développer petit à petit. Ce coup de poker se traduisait donc en deux temps, la montée d’abord à la Draft afin de sélectionner De’Andre Hunter en pick 4, puis la sélection en 10 de Cam Reddish, choix récupéré dans ce fameux trade de Doncic un an auparavant.

Première saison, et premiers aperçus variés. D’abord la timidité de Hunter mais beaucoup d’intelligence sur le parquet, tandis que Reddish montait en grade pour passer du statut de pire rookie de sa cuvée à legit surprise de la deuxième partie de saison des Hawks. Manque de chance, et c’est le cas pour beaucoup de garçons arrivés en NBA ces trois dernières années, le lancement dans le grand bain était fortement perturbé par la pandémie mondiale liée au Covid-19. Ainsi, l’évolution de Cam Reddish, qui montrait des signes prometteurs en fin de régulière 2019-20, était stoppée nette et nous forçait à attendre jusqu’à décembre 2020 pour revoir le garçon à l’oeuvre. Neuf mois d’attente, rien de pire pour un joueur qui commençait à trouver son rythme. Par conséquent, c’est en toute logique que la saison 2020-21 des Hawks démarrait… avec Reddish dans le viseur de tout le monde, en tout cas bien plus que Hunter sur le papier, par manque de flash de superstar et d’agressivité de la part du bonhomme formé à Virginia. Ce que le public voulait voir, c’est si Cam allait confirmer.

Et résultat ? C’est De’Andre Hunter qui a complètement explosé, pendant que Reddish voyait rouge. Un début de saison tonitruant de la part de D-Hunt permettait aux Hawks de voir l’avenir avec des étoiles dans les yeux, la défense de l’ailier s’alliant parfaitement avec un développement de son tout nouveau jeu offensif. Et paf, comme quand ça fait des Chocapic, Atlanta se retrouvait avec un meneur fort, un ailier-fort complémentaire, un pivot aérien en Clint Capela et un ailier couteau-suisse en De’Andre. Tout ça ne pouvait continuer aussi bien aussi longtemps, Hunter se blessera au genou et ne participera qu’à 23 matchs de la régulière, tandis que Reddish connaîtra lui aussi des pépins de santé avec seulement 26 matchs joués. L’horreur pour développer ces jeunes, car manque de rythme, de continuité et de stabilité. Certes, les Playoffs montraient de belles choses, mais comment parler de régularité ? Un ou deux matchs de Cam face aux Bucks (21 points au Game 6), de quoi rappeler son immense talent, un petit tour pour Hunter contre New York, de quoi montrer à Julius Randle comment respirer avec un tuba, épicétou. Frustration, frustration, frustration.

Du coup, la saison 2021-22 sonne un peu comme celle de la vraie réponse. Tic tac, comme dirait Pedrerol. Déjà, est-ce que De’Andre Hunter et Cam Reddish vont pouvoir tous les deux jouer une saison complète ? Depuis leur arrivée en NBA, ça n’a pas été le cas. Mais comme Chris Kirschner de The Athletic l’a confirmé ce lundi sur son compte Twitter, le duo est à 100% à l’approche de la reprise. Ensuite, lequel des deux garçons va véritablement exploser ? Le FC Plafond a envie de dire Reddish, mais le FC Analytics répondra Hunter tous les jours. La bataille est d’autant plus intéressante que, comme les propriétaires de la franchise l’ont indiqué cet été, tout le monde ne pourra pas être conservé dans ce jeune effectif bourré de potentiel. Certains vont devoir exprimer leur talent ailleurs. Ce sont donc Cam et De’Andre qui devront, cette saison, montrer que le coup de poker de 2019 valait le coup. Et que, par la même occasion, l’aventure des Hawks lors des Playoffs 2021 n’était pas qu’un coup de chance.

Prolongé cet été par les Hawks, Solomon Hill a été dithyrambique concernant ses deux jeunes poulains. Pour lui, De’Andre Hunter et Cam Reddish ont tout pour exploser cette saison. Mais qui s’affirmera le plus, et ira chercher une belle prolongation contractuelle à l’été 2022 ? Réponse dans trois petites semaines à Atlanta.

Sources : Chris Kirschner – The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top