Jazz

Le Jazz prêt à payer la blinde de luxury tax pour garder ses soldats : tapis dans l’Utah, parce que gagner une bague a un prix

billets 13 août 2021

La Luxury tax pas de problème, remplissons les caisses de la NBA si ça peut nous permettre d’aller jusqu’au titre.

Source image : cnbc.com

39 millions dollars de luxury tax ! Avec tous les moves de l’intersaison, dans l’Utah on explose le cap mais qu’importe, gagner à un prix et gagner le titre encore plus… alors Bojan Bogdanovic, Joe Ingles et Royce O’Neale devraient rester en ville. All-in sur la continuité pour le Jazz… suffisant pour aller chercher la bague ?

La direction du Jazz n’a pas chômé ces derniers jours. Le General Manager Justin Zanik a réussi à prolonger Mike Conley tout en attirant Rudy Gay, Hassan Whiteside et en récupérant Eric Paschall. Plusieurs moves qui sont venus renforcer l’équipe de Quin Synder, mais aussi remplir le cap du Jazz. Avec les seuls départs de Derrick Favors pour OKC et Georges Niang pour Philly, Utah se retrouve donc avec une luxury tax de près de… 39 millions de dollars. Pour autant, pas question de se séparer des role players, si important dans la réussite d’une équipe. Comme l’a indiqué Den Feldman de NBC Sports, en reprenant les propos de Zach Lowe d’ESPN, le Jazz ne se séparera pas de Joe Ingles, Bojan Bogdanovic ou Royce O’Neale pour économiser de l’argent. Si leurs contrats pouvaient représenter une opportunité d’alléger la masse salariale (18,5 millions cette année pour Bogdanovic, 12,4 pour Ingles et 8,8 pour O’Neale), ces trois joueurs devraient donc rester pour aider le Jazz dans sa quête du titre.

Car oui, au Jazz, on parle bien d’aller chercher la bague. Mike Conley a annoncé la couleur et l’objectif est clairement affiché du côté de Salt Lake City, peu importe le prix à payer (39 millions de dollars en l’occurrence). Après une saison régulière superbe, mais des Playoffs encore au goût amer, les Mormons vont-ils enfin réussir à franchir ce fichu palier des demi-finales de Conférence ? 2017, élimination par les Warriors en demi-finales de Conf. 2018, élimination au premier tour par les Rockets. 2019, élimination au premier tour par les Rockets. 2020, élimination en demi-finales de Conf par les Nuggets. 2021, élimination par les Clippers en demi-finales de Conf. Respiration. Ce Jazz génération Gobert-Mitchell doit casser ce plafond et la direction a donc choisi la continuité pour les aider. Rudy et Donovan donc, plus Conley, Clarkson, Ingles, Bodganovic, O’Neale, Gay et Whiteside, une base solide, profonde et expérimentée de neuf joueurs sur laquelle le Jazz va s’appuyer pour aller le plus loin possible en Playoffs. Ajoutez les jeunes Paschall ou Azubuike et le rookie Jared Butler, cela donne un effectif bien complet, avec suffisamment de talent pour aller chercher le… titre ? C’est la grande question.

La luxury tax, bat les co**les du côté du Jazz. Ingles, O’Neale, Bogdanovic, le Grand Lac Salé, le trompettiste, le saxophoniste… tout le monde reste à la maison peu importe le tarif. L’âme d’une équipe, essentielle pour aller au titre, vient aussi de ces joueurs de complément, parfaitement illustrée par les joueurs sus-cités. Alors rendez-vous au printemps 2022, pour voir si le pari est payant.

Sources texte : NBC Sports, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top