Bucks

Les Bucks champions après avoir été menés 2-0 : la bague c’est cool, la manière c’est encore mieux

Devin Booker

Mener 2-0 et se faire sweeper après, D-Book va avoir du mal à l’oublier…

Source Image : NBA LEAGUE PASS

Un titre NBA pour les Bucks après 50 ans de disette, c’est déjà historique. Mais Giannis et les siens ne font pas les choses à moitié, et en devenant champions NBA après avoir été menés 2-0, ils rejoignent une caste composée de seulement quatre équipes. 

Les Milwaukee Bucks sont champions NBA. Bravo Giannis, bravo Khris, bravo coach Mike, et pour ne rien vous cacher, quand vous étiez menés 2-0, on était quand même sûrs que vous alliez l’emporter (c’est faux). Non, car la perf’ est incroyable ! Avant de rentrer dans le Wisconsin, on ne croyait plus trop en Milwaukee, surtout vu la copie quasi parfaite rendue par les Cactus lors des deux premiers contrôles. Mais mentalement, les hommes de Budenholzer n’auront pas flanché, se seront battus pour aller chercher le Game 3 à la maison. On s’attendait à un sursaut d’orgueil de la part du Greek Freak et les siens, eh bien on n’aura pas été déçu. Les Daims ont dû mal digérer leurs deux revers dans l’Arizona et, à partir du Game 3, ils ont rectifié le tir, infligeant aux Suns quatre défaites d’affilée. En d’autres termes, à partir du troisième acte, les Cactus se sont fait sweeper. Dur à dire mais véridique. Et la perf’ est d’autant plus incroyable que seulement quatre autres équipes ont été capables de faire la même chose. Comme quoi, il ne fallait pas vendre la peau du Daim avant de l’avoir tué.

Bill Walton, Bill Russell, LeBron James, Dwyane Wade… Voilà le nom des leaders qui ont mené leurs équipes à cet exploit, juste pour vous donner un ordre d’idée. Le plus récent de ces comebacks, c’est évidemment le Cavs-Warriors de 2016. On vous aurait bien raconté l’histoire de cette série, mais vous la connaissez sans doute déjà, Warriors blow a 3-1 lead, the block, blablabla… Bon ok, Giannis, lui, n’a pas eu à remonter un 3-1, mais le numéro 34 nous a montré qu’à l’image d’un certain numéro 23, présent au Game 5 de ces Finales, il sait step-up lorsqu’il est dos au mur. Dans son sillage, c’est tout le groupe qui s’est mis à y croire et on a vraiment senti un changement dans le momentum, notamment après le Game 4. Une ouverture s’était créée, les Bucks s’y sont engouffrés, le reste appartient déjà à l’histoire. Ce genre de comeback, c’est aussi un récit légendaire qui traverse les époques, voire qui lance une rivalité ou une haine de l’autre équipe. Pour ce qui est des Lakers et des Celtics, il n’y avait pas besoin de ça pour lancer les hostilités mais allez donc demander à un fan des Mavs ce qu’il pense du titre du Heat en 2006, la pilule n’est toujours pas passée pour certains. On souhaite évidemment beaucoup de courage aux Suns pour traverser cette épreuve.

Ces Bucks ont ramené le Larry O’Brien Trophy à la maison pour la deuxième fois dans leur histoire, et avec la manière. L’équipe du Wisconsin n’aura pas baissé les bras après les deux défaites à Phoenix, réagissant avec brio et nous offrant des Finales sublimes. Chapeau bas messieurs !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top