News NBA

Avis de la rédaction – les gagnants de la NBA Trade Deadline 2021 : qui a fait des bonnes affaires sur le marché des transferts ?

Chicago Bulls 5 décembre

C’est l’heure de s’exprimer !

Source image : YouTube

Chaque année, après la traditionnelle NBA Trade Deadline, c’est LA grande question que tout le monde se pose. Qui sont les gagnants et les perdants suite aux nombreux transferts ayant eu lieu hier ? La rédaction de TrashTalk a voulu donner son avis, car c’est important de s’exprimer dans la vie. Allez, c’est parti, on commence par les winners.

Giovanni

Ce fut bref mais intense. Une trade deadline attendue, certains moves qu’on… attend encore, mais globalement on ne s’est pas ennuyé. Au rayon des soirées réussies ? A mon humble avis ? Le Heat évidemment, qui réussit à se débarrasser du punk à chien Kelly Olynyk et de ses 3/14 au tir, d’un Avery Bradley utile mais trop souvent blessé, d’un Chris Silva bien sympa mais c’est tout et d’un Moe Harkless loin d’être essentiel. De quoi faire de la place à un LaMarcus Aldridge qui ne devrait plus tarder, à un Victor Oladipo qui va pouvoir s’éclater chez un contender, le tout en gardant absolument tous les jeunes talents de la franchise. Sacré Pat Riley, incapable de faire une erreur décidément. Big-up aux Bulls également, qui vont donc pouvoir aller chercher une place en Playoffs avec un duo Zach LaVine / Nikola Vucevic en pleine bourre (deux All-Stars à Chicago, deux !), sans oublier la belle affaire réalisée avec les Wizards tout d’abord, puis les Celtics ensuite. Vucevic, Troy Brown Jr. et Daniel Theis en renfort c’est fort, alors rendez-vous au mois de mai pour le retour des Taureaux en postseason. Mention bien également aux Celtics qui ne deviennent pas un candidat au titre pour autant mais qui récupèrent Evan Fournier pour trois mois et contre trois clopes, ou encore pour les Mavs qui vont pouvoir se régaler devant le jeu off ball de JJ Redick.

Nicolas

Chaque année, après la deadline, on analyse les transferts en se demandant qui a vraiment réussi son coup. 2021 ne fait pas exception à la règle, surtout qu’il y a eu de sacrés mouvements. Dans le camp des gagnants, ça me paraît tendu de ne pas mettre les Bulls, qui ont récupéré un gros poisson avec Nikola Vucevic pour former un duo calibre All-Star à Chicago aux côtés de Zach LaVine. Pour une franchise qui reste sur plusieurs saisons en carton et qui veut retrouver les Playoffs au plus vite, c’est un sacré deal, même si les Bulls ont été contraints de lâcher une partie de leur avenir pour augmenter leurs chances de gagner tout de suite. Les petits ajouts de Daniel Theis et Troy Brown Jr. sont également intéressants, et on peut donc dire que le nouveau management des Bulls a fait un gros boulot. Derrière Chicago, je pense que Miami a aussi réussi sa deadline avec les arrivées de Nemanja Bjelica et Victor Oladipo (en plus de Trevor Ariza il y a quelques jours). Le Heat n’a pas lâché grand-chose en échange et pourrait en plus récupérer LaMarcus Aldridge sur le marché du buyout, de quoi compenser le départ de Kelly Olynyk (s’il fallait le compenser, surtout que Bjelica est arrivé). Pas sûr que ça suffise pour concurrencer les gros poids lourds de l’Est, mais le Heat est aujourd’hui meilleur qu’hier. Enfin, les Nuggets ont également fait un bon taf selon moi avec le transfert d’Aaron Gordon et JaVale McGee. Cette saison, on a senti les absences de Jerami Grant et à un degré moindre de Mason Plumlee, Denver a bien répondu pour combler ses besoins, même si on sait que Gary Harris, envoyé à Orlando, était précieux en défense. Désormais entouré de joueurs comme Nikola Jokic et Jamal Murray, le tout dans une équipe bien huilée collectivement, Gordon peut apporter à l’aile et des deux côtés du terrain pour aider les Nuggets à franchir un step à l’Ouest.

Ben

Il est toujours difficile d’y voir clair seulement quelques heures après une trade deadline aussi agitée. Pourtant, une franchise semble se détacher du lot à l’heure de dresser un premier bilan. En récupérant un multiple All-Star capable de porter sa franchise à bout de bras depuis plusieurs années, les Bulls changent immédiatement de dimension. A 30 ans, Nikola Vucevic est encore dans son prime et réalise sa meilleure saison en carrière sur le plan statistique. Son association sur pick-and-roll avec Zach LaVine met déjà des étoiles dans les yeux des fans de Chicago qui ont désormais le droit de rêver de Playoffs. Parmi les franchises qui se sont réveillées avec le sourire ce matin, on peut aussi citer les Celtics qui récupèrent Evan Fournier contre un Twix déjà entamé et un vieux bilboquet. Le pari est peu risqué mais il pourrait rapporter gros avec un boost offensif non-négligeable en prévision des Playoffs. Enfin, la subjectivité s’empare de moi au moment d’évoquer Norman Powell. Les Blazers envoient certes Gary Trent Jr. et Rodney Hood à Tampa Bay mais ils récupèrent un superbe two-way player capable de défendre sur les postes 1 à 3 tout en tournant à près de 20 points de moyenne à 44% du parking en attaque. Le pari est clair pour Portland : il faut tout faire pour gagner maintenant et ce trade permettra à Terry Stotts d’aligner une meilleure équipe dès le prochain match. Quel que soit la décision de Paranorman à la fin de la saison, Rip City respecte son plan à la lettre et il faudra attendre le dénouement de la saison pour juger de la pertinence de ce transfert.

Alexandre T.

On s’attendait à une Trade Deadline avec du mouvement tous azimuts et on a été, en partie, entendu. Au rayon des grandes satisfactions ? Miami, tout d’abord, qui se débarrasse de joueurs pas vraiment indispensables et qui fait des paris très intéressants. Si Oladipo réveille le joueur qu’il était avant ses blessures, ça peut vite devenir lourd cette histoire et on n’oublie pas les apports utiles d’un Ariza, d’un Bjelica avant, sans doute, l’arrivée de LaMarcus Aldridge. Ensuite, je resterais bien en Floride mais du côté de Tampa où Toronto a bien sauvé les meubles selon moi. C’est dur de perdre Norman Powell mais il allait tester le marché, c’était certain. En récupérant Gary Trent Jr. et Rodney Hood, tu as deux joueurs peut-être moins forts mais qui, ensemble, peuvent compenser ton manque. Perso, je voyais GTJ comme le futur C.J. McCollum chez les Blazers alors si Toronto peut le verrouiller c’est du tout bon. Portland fait le pari de faire un run maintenant, Norman Powell va leur apporter un boost offensif, reste à voir si c’est suffisant pour aller jusqu’au bout. C’est pas dit. Un petit mot sur Chicago ensuite qui a bien géré son affaire alors que personne ne parlait d’eux ou presque. Avec Nikola Vucevic, tu as enfin ce deuxième leader qui doit permettre aux Bulls de franchir un cap et je les vois bien intégrer le top 8 d’ici la fin de la saison. Récupérer Troy Brown Jr. en scred était aussi un bon plan même si c’est dommage d’avoir perdu Daniel Gafford, un joueur en qui je crois beaucoup. Petite mention pour finir sur Philadelphie qui récupère un super vétéran avec George Hill pour relayer Ben Simmons à la mène. Bon tireur, bon défenseur, du QI et un vrai exemple dans le vestiaire.

Arthur

Il n’est jamais aisé de caractériser la trade deadline d’une équipe avant même d’avoir pu guetter quelconques résultats. Ceci étant, certaines écuries se sont régalées, renforçant des effectifs désormais opposés aux bas-fonds du classement. On ne savait pas quelles directives souhaitait prendre le front office de Chicago, mais l’arrivée de Nikola Vucevic vient éclaircir les intentions de Karnisovas & Co. Qui dit Monténégro dit rien à foutre, mais aussi hauteurs de la Conférence Est ! Le débarquement du balourd des Balkans ajoute un second All-Star au roster de l’Illinois, et la fin de saison pourrait rimer avec Playoffs pour Zach LaVine et ses copains. Perdre Wendell Carter Jr. revient simplement à libérer de la place pour le Vouch, et je vois très bien Lauri Markkanen profiter de ce nouveau spacing pour caresser le levier de vitesse. Direction l’Aéroport Pearson de Toronto désormais où Norman Powell bipe au portique de sécurité à cause de sa bague. Un vol pour l’Oregon et puis s’en va, les talents de scoreur de l’arrière profiteront dorénavant à la palette de Terry Stotts. Les pertes de Gary Trent Jr. et Rodney Hood agressent la profondeur d’effectif, mais les trous laissés sont largement bouchables. Pendant ce temps, l’esprit du Massachusetts est à la fête avec l’arrivée d’Evan Fournier. La première partie d’exercice des C’s est foireuse, mais l’addition du Français en tant que sixième homme va permettre au banc de ne plus dépendre uniquement de Payton Pritchard. Enfin, l’ultime gagnant de cette trade deadline se trouve à vingt minutes du Carrefour de Panazol. Le CSP Limoges réussit l’excellent coup Bruno Caboclo et offre un appartement au-dessus du MMA de la Place des Carmes, à son Kevin Durant brésilien.

Léo

On a assisté hier à une trade deadline vraiment active avec 16 trades, 23 équipes concernées et 46 joueurs impactés. Dans chaque catégorie, c’est un record sur les 35 dernières années (merci Woj). Dans l’ensemble, on a vraiment quatre équipes qui sortent vainqueurs de toute cette brocante. Tout d’abord Boston qui a réussi à aller récupérer Evan Fournier pour pas grand-chose. Une belle plus-value offensive qui va apporter sa vingtaine de points facile. À voir comment les rotations avec Vavane vont fonctionner mais on peut avoir de belles surprises avec cette équipe des Celtics. Belle soirée également pour Chicago qui récupère Nikola Vucevic, à son prime. On va avoir droit à un duo Vucevic – LaVine. Offensivement, c’est vraiment lourd – pick and pop, pick and roll, fixation – il y a tout dans ce duo et surtout deux All-Stars. Passons maintenant à Portland qui a magnifiquement réussi à récupérer Norman Powell en donnant Gary Trent Jr et Rodney Hood à Denver. Belle opération offensive pour les Blazers qui vont pouvoir compter sur les retours en forme de C.J. McCollum et Jusuf Nurkic. Attention au potentiel run que Portland peut nous proposer. Dernière mention positive et pas des moindres, Miami. Le Heat a réussi à se débarrasser de Kelly Olynyk et d’Avery Bradley – sans oublier le problématique Meyers Leonard – pour obtenir Victor Oladipo, Nemanja Bjelica et probablement LaMarcus Aldridge qui vient de faire un buyout avec les Spurs. T’es Pat’ Riley, tu viens de mettre ton roster en une excellente position pour les Playoffs. Et, paradoxalement, c’est sur Miami que j’ai le plus de craintes. Oladipo revient de blessure, alors d’accord il sera dans un bon système de jeu et bien encadré, mais faut espérer qu’il revienne vite et bien dans le groupe. Aldridge, bon .. j’ai bien peur qu’avec l’âge et la température de Miami, il ne puisse pas tenir longtemps. Déjà qu’aux Spurs en cinq allers-retours fallait le faire sortir, alors là sachant qu’il n’a pas joué depuis quelque temps, ce pourrait bien être la fausse bonne idée de cette trade deadline.

Killian

Mon premier ressenti est qu’on a assisté à une trade deadline très animée et le plaisir à suivre toutes les infos était bel et bien présent. Tout d’abord bravo à Miami qui a été le grand gagnant de cette trade deadline en se débarrassant de deux gros poids nocifs pour accueillir en retour Victor Oladipo. Et on ajoute à cela l’arrivée d’un bon intérieur expérimenté en la personne de Nemanja Bjelica. Déjà finaliste du championnat la saison dernière, il y a moyen de revoir le Heat jouer les premiers rôles cette saison en Playoffs, bien que la concurrence ne soit plus tout à fait la même désormais. Autre équipe qui a réussi sa trade deadline, le Magic, avec une bonne gestion de son opération reconstruction. On se débarrasse de ses plus gros joueurs et on libère de la place tant dans les finances que dans l’effectif. De plus, les trois joueurs ont tous trouvé un point de chute intéressant. Curieux de voir comment ça va marcher pour Evan Fournier avec les Celtics, si les Bulls vont enfin step-up avec Nikola Vucevic en pivot titulaire et si Denver va pouvoir aller plus loin en Playoffs cette année avec Aaron Gordon dans ses rangs (ainsi que JaVale McGee, qui a gagné trois bagues sur les quatre dernières années…). Le Magic peut aussi se targuer d’avoir eu des contreparties sympas : Gary Harris, R.J. Hampton, Wendell Carter Jr. entre autres… il y a moyen de former une équipe sympa en attendant pour quelques-uns qu’ils soient remis sur pattes évidemment (même si WCJ n’est pas voué à rester). Et on ajoute à cela des petits tours de draft pour les années à venir, tout aussi sympa. L’autre bon coup de la soirée selon moi est l’arrivée de Norman Powell à Portland. En grande forme durant ses derniers matchs avec les Raptors, il sera une grande plus-value pour sa nouvelle équipe s’il est bien utilisé par son coach. Bonne opé en vue des Playoffs. En échange, les Blazers envoient des joueurs qui pourront rester de bons renforts en sortie de banc pour Toronto. En tout cas, je suis satisfait de voir Kyle Lowry rester un Raptor pour le reste de la saison, car il a encore des choses à faire valoir dans cet effectif. A part ça, c’est un plaisir de voir un joueur tel que J.J. Redick faire partie d’une équipe vouée à aller en Playoffs. Le sniper aura sans aucun doute de son importance dans certains moments cruciaux, à 3-points comme à mi-distance.

Voilà voilà, vous connaissez nos avis, maintenant c’est à vous d’exprimer les vôtres. Et ensuite, on se donne rendez-vous dans un futur lointain pour voir si les gagnants d’aujourd’hui seront toujours dans la catégorie des winners. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top