Jazz

Le Jazz fait craquer Charlotte grâce à un gros 41-11 au dernier quart : les Hornets pensaient réaliser l’exploit, mais Utah reste Utah

Utah Jazz
Source : @utahjazz

Encore un match de… champion pour le Jazz. Très moyen pendant trois quarts-temps, Utah a plié le match en l’espace de cinq minutes, passant un 20-2 à Charlotte pour finir le match avec plus de 20 points d’avance. Nouveau record de 3-points rentrés pour le Jazz avec 28, en battant le précédent record enregistré plus tôt dans la saison face aux… Hornets !

Les grandes équipes sont celles qui, malgré une performance parfois en deçà, sont capables d’accélérer quand il le faut pour aller décrocher la win. On le voyait souvent avec les Warriors 2015-2019 où, très souvent et après une mi-temps poussive, ces cinglés pliaient le match sur un run dévastateur. Utah a reproduit ce schéma cette nuit en venant à bout 132-110 des Hornets, un match où le score ne reflète en aucun cas la physionomie du match. Charlotte a été la meilleure équipe pendant 36 minutes et on a longtemps cru que Terry Rozier et ses potes allaient être capable de chercher leur plus belle victoire de la saison. Devant 67-64 à la mi-temps, on a alors affaire à une équipe des Hornets qui s’éclate en attaque et qui ne tremble absolument pas face à l’une des meilleures défenses de la Ligue. Jeu rapide, extra-pass quand il le faut, Charlotte séduit de nouveau et on sent une équipe de Utah clairement flemmarde en défense et qui en fait les frais. LaMelo Ball, en tête d’affiche, réalise un premier acte de haute volée avec 16 points, tout comme Gordon Hayward qui, très efficace au tir (9/15 sur la rencontre), rentre au vestiaire avec 15 de ses 21 points totaux. On repart sur les mêmes bases dès l’entame du troisième quart et Charlotte va même creuser l’écart jusqu’à prendre 11 points d’avance dans le milieu du quart-temps. L’attaque continue de dérouler et, impressionnants de facilité, les Hornets sont en train de faire douter le Jazz.

Puis Charlotte va connaître un retour à la réalité assez violent qui commence par la sortie sur blessure de Hayward. En fin de troisième quart, l’ailier, déséquilibré, va tomber sur son poignet droit, l’obligeant à rentrer au vestiaire jusqu’à la fin du match. Une image qui ne fait pas plaisir surtout quand on connaît l’historique de blessure de Hayward, en attendant d’avoir plus d’infos sur la gravité potentielle de son bobo. Cette blessure est en tout cas le point de départ de douze très, très, très longues minutes pour la franchise de MJ.

Le Jazz, qui jouait jusque-là en slip et n’ayons pas peu des mots, a décidé de passer la seconde au meilleur des moments et va alors passer un… 41-11 à Charlotte. Un run dévastateur qui leur permet évidemment de s’envoler en prenant plus de 20 points d’avance sur leur adversaire du soir, alors qu’un seul point séparait les deux équipes à l’entame du dernier quart. Une leçon d’expérience qui a laissé la défense de James Borrego bouche bée, l’attaque étant incapable de faire la différence face à des joueurs du Jazz de nouveau rigoureux de ce côté-là du terrain. Utah va inscrire six paniers à 3-points de suite, pour un total de onze dans le dernier quart temps… Impossible de se remettre d’un tel raz-de-marée pour les Frelons.

Le banc de Quin Snyder aura été l’élément clef de ce run. Joe Ingles (7/10 de loin), Jordan Clarkson (5/10) et Georges Niang (7/7 !) ont combiné pour 19 tirs du parking, portant le total des points du banc à 66. Une efficacité épatante qui a totalement dégouté la défense des Hornets, incapables de couvrir les espaces extérieurs crées par l’attaque du Jazz en fin de match. Utah finit la rencontre avec 28 tirs à 3-points rentrés en 55 tentatives, soit un nouveau record de franchise puisqu’ils font mieux que les 26 tirs de loin inscrits au début du mois de février face à … Charlotte qui a décidément un problème à contester les tirs extérieurs du Jazz. Rudy Gobert, même s’il a peu apporté en attaque, finit avec 6 contres dont la plupart en fin de match histoire de mettre un beau point d’exclamation sur ce quatrième quart-temps de folie. Ce genre de match, vingt-cinq équipes sur trente de la Ligue l’auraient perdu mais le Jazz n’est pas une équipe comme les autres et même après un début de match en demi-teinte, probablement fatigués après des gros rendez vous face aux Clippers et aux Sixers, ils ont finalement su faire ce qu’il fallait pour l’emporter. Utah reste premier à l’Ouest et renoue avec la victoire après la défaite face aux Clips vendredi soir. Prochain rendez vous ? Les Lakers à la maison, mercredi, pour un match immanquable. 

 

Le Jazz sait aussi remporter ces matchs où ils ne sont pas dedans, comme chaque équipe qui se veut favorite au titre suprême se doit de le faire. Un run indécent entre la fin du troisième et le quatrième quart-temps a mis des Hornets à genoux, des Hornets qui avaient pourtant jusque-là géré à la perfection la rencontre en profitant des nombreuses pertes de balles de Utah. Mais voilà, une rencontre c’est 48 minutes et c’est dans ce genre de match que LaMelo et les copains comprennent et apprennent la rigueur et la concentration demandées pour être une équipe du haut de tableau. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top