Jeux Olympiques

Retour sur l’objectif olympique de Kobe Bryant en 2008 : son but ? Terroriser les attaquants adverses, sans aucun état d’âme

kobe bryant

Douze sélections dans une All-Defensive Team hein, on rappelle.

Source image : TrashTalk

Il fut un temps où l’attaque importait peu Kobe Bryant. Si, si, on vous jure. Oh, ce temps ne fut pas des plus longs, probablement même qu’il a duré trois semaines à peine. C’était à l’été 2008, c’était à Pékin, c’était avec Team USA, et Kobe Bryant rimait avec cauchemar pour les attaquants adverses.

Eté 2008, Pékin, Kobe Bryant est finaliste NBA et MVP en titre, son seul trophée de MVP en carrière. Détail non-négligeable ? Team USA débarque cet été-là avec une mission bien définie : rattraper le coup après quelques compétitions parfois délicates, parfois honteuses. 2002 ? Tremblement de terre à Indianapolis. 2004 ? Foudre olympique à Athènes. 2006 ? Séisme à Saitama. Voilà où on en est, et en 2008 Team USA s’auto-proclame Redeem Team, autrement dit on balaie le passé et on reprend le lead. Dans ces conditions, Kobe Bryant sait ce qu’il a à faire pour aider au mieux son équipe. Prendre trente tirs par match ? Ô que non, car LeBron James, Dwyane Wade ou Carmelo Anthony s’en chargeront volontiers. Le rôle de Kobe sera plus défensif, c’est l’intéressé lui-même qui l’a décidé, et c’est encore son coach de l’époque qui en parle le mieux lors du toujours intéressant podcast de J.J. Redick :

« Lorsque l’on a essayé de construire une véritable « culture Team USA », Kobe Bryant, Chauncey Billups et Jason Kidd notamment ont rejoint l’équipe. On est prêts pour Pékin, je suis avec mon staff à Las Vegas, et là quelqu’un frappe à la porte. C’était Kobe. Et là il nous dit ‘je veux défendre sur le meilleur extérieur adverse, chaque soir’.

Il était déjà champion NBA, meilleur joueur de la Ligue, et il savait qu’il était temps pour lui de devenir un autre genre de joueur. Et puis il a marqué une pause, il m’a regardé avec ses yeux là… ce genre de regard que ne savent faire que Kobe et Jordan, ce genre de regard qui pourrait te tuer, et il m’a dit ‘Coach, je te promets que je vais les détruire’  » – Mike Krzyzewski

Fo-cus. La suite ? Un Kobe en mission, une Redeem Team championne olympique et de retour donc à la place qui est la sienne, sept équipes broyées, un Manu Ginobili essoré en demi par le Mamba et une Espagne vaincue en Finale lors de l’un des plus grands matchs de l’histoire du basket international.

L’occasion de rappeler que Kobe Bryant possède sur son CV douze sélections dans une All-Defensive Team, ça c’est pour ceux qui pensent encore que KB n’était « qu’un » attaquant de génie. Une autre statistique intéressante ? Cet été-là Kobe terminera également… troisième meilleur marqueur de son équipe. Parce qu’il faut pas pousser non plus hein.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top