Grizzlies

Les Grizzlies l’ont fait : victoire facile face aux Bucks, play-in assuré, bravo les nounours et à samedi soir

Le deal était simple, il fallait gagner face aux Bucks pour s’offrir une place pour le play-in tournament de ce week-end. Les performances des joueurs de Taylor Jenkins sous la bulle ne méritaient peut-être pas ce cadeau mais leur saison si, alors les jeunes Oursons ont fini par prendre aisément la mesure de Bucks pas très concernés. Félicitations messieurs, vous y êtes!

Pour être tout à fait honnête, on a cru à un match équilibré pendant à peu près… douze secondes. Pas de Giannis Antetokounmpo, suspendu, pas de Wes Matthews ni de George Hill non plus, et des Bucks qui démarrent leur soirée avec un 1/11 qui ne leur ressemble pas mais pourtant tellement logique dans une soirée comme celle-ci. En face Dillon Brooks envoie du air-ball et confirme sa forme moyenne du moment, alors que sur les écrans de la salle Tony Allen, Zach Randolph et… un chien rappellent aux Grizzlies qu’ils évoluent à domicile. Des Oursons qui font en tout cas la course en tête tout le premier quart malgré un panier au buzzer de Rico Bledsoe. Milwaukee perd mais Milwaukee fait au moins semblant de joue, youplaboum. Malheureusement (non) pour les Bucks, le deuxième quart sera celui de l’envolée de l’Ours. Jonas Valanciunas joue comme Nikola Jokic et offre à Brook Lopez une grosse bagarre de mangeurs d’acier, Dillon Brooks ressemble toujours autant à Alexanrde Astier mais se met surtout à shooter comme Ray Allen, en parlant d’haleine Grayson s’y met également, et en face Donte DiVincenzo cache à peine la maladresse d’un Khris Middleton qui fout en l’air son rêve de saison en 50/40/90. Dix points d’avance seulement à la mi-temps pour les Grizzlies mais on sent alors clairement une différence logique encore une fois – de motivation entre les deux troupes.

Un delta qui se fera encore plus criard en seconde mi-temps, avec un Jonas Valanciunas en mode triple-double, un Ja Morant en mode Andre Drummond et un Dillon Brooks qui fait passer Klay Thompson pour une bille. L’écart grimpe, grimpe, mon T9 écrit Gulliver au lieu de Tolliver et Robin Lopez tente des sky-hook, Kyle Anderson passe les 8 km/h et le mauvais Antetokounmpo fait des mains à mains avec Frank Mason III, mais quelle soirée fantastique. On a déjà dit que l’écart grimpait ? Oui ? Que Jonas Valanciunas s’était désormais transformé en Wilt Chamberlain balte et allait terminer son match avec 26 points, 19 rebonds et 12 passes ? Que Ja Morant allait lui aussi finir sa régulière et les Bucks avec un triple-double ?!? Alors terminons en précisant qu’il montera finalement à 119-106, une victoire synonyme de qualification méritée pour un play-in tournament qui aura lieu samedi et peut-être dimanche, face aux Blazers ou aux Suns, avec une réponse dans quelques heures des mains ou non de Damian Lillard. Si c’est Portland ? Il faudra deux victoires à la franchise du Tennessee pour rallier les Playoffs, si c’est Phoenix une seule suffira, mais la simple présence de Memphis sur les parquets ce week-end est déjà une belle victoire tant cette reprise bullaire aura été compliquée pour les enfants de Gorgui Dieng.

Allez, big-up les gars, si vous êtes là c’est que vous le valez bien. On se retrouve devant la télé après la douche, pour savoir qui des Suns ou des Blazers auront le privilège d’affronter cette joyeuse bande pour une place en Playoffs face aux Lakers.

stats Grizzlies Bucks 14 août 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top