Raptors

Fred VanVleet s’est exprimé au sujet de la reprise de la saison : encore un qui ira à Orlando à reculons, quelle drôle d’époque…

Fred VanVleet

Ça se voit sur son visage, Fredo est ravi de reprendre dans ces conditions. Pas le choix faut y aller.

Source image : YouTube

La pandémie et le contexte compliqué de lutte contre l’injustice raciale n’auront pas eu raison de Fred VanVleet et le meneur des Raptors a donc annoncé qu’il sera bien du voyage à Orlando pour aider son équipe.

Révélé véritablement il y a tout juste un an, après la naissance de son fils, dans le push de la franchise au petit dino pour arracher le titre 2019, Super Daddy s’est confié dans une interview sur ses doutes sur la reprise de la saison. Dur de se décider au milieu des protestations pour la justice sociale dans un fond de coronavirus, mais FVV a néanmoins décidé de remettre le short et il a expliqué son choix lors d’une interview téléphonique.

« Ça craint. C’est vraiment un mauvais timing. Mais c’est 2020… On sait tous que la bonne chose à faire est de ne pas jouer, de prendre position. Moralement oui, ça a du sens. Mais la vie continue. Nous sommes tous jeunes, nous, les Noirs. Aucun de nous n’a envie de perdre de l’argent. Je ne pense pas qu’on devrait. L’argent peut être utilisé de nombreuses manières différentes.  Ce problème, l’injustice raciale, sociale, les violences policières, ça ne s’arrêtera pas cet été ou dans quelques mois de toute façon. C’est un combat sur le long terme. Ça a fait partie de ma décision. »

Fredo souhaite étendre le combat au-delà de ces mois mouvementés et user de son influence dans le monde du basket pour cela. Si une mouvance de la Ligue plus importante vis à vis de la question s’était montée, il aurait suivi le pas.

« Mais si la ligue, ou plusieurs de mes gars, s’étaient réunis et avaient dit que nous ne voulions pas jouer, je me serais assis aussi. Je ne me serais même pas battu. Je pense que la plupart d’entre nous ont décidé de jouer. C’est quelque chose avec lequel nous devrons vivre. J’ai confiance, je me dis que mon cœur est à la bonne place et je fais assez pour changer les choses. »

Déjà sur les terres floridiennes, au campus Florida Gulf Coast University à Fort Myers, il devra attendre encore quelques temps avant de pouvoir faire venir sa famille sous le soleil d’Orlando. Car on le rappelle, seules les équipes qualifiées après le premier tour des Playoffs auront ce privilège…

« Je serai là pendant un mois ou plus avant qu’ils ne soient autorisés à venir. J’aurai donc une idée de ce que c’est et de la façon dont les choses se passent, des risques ou dangers que cela comporte. »

Les Raptors sont la première équipe à décamper et vont avoir un avant goût de la bulle. Dans cette période, la communication se veut primordiale et le président de la franchise Masai Ujiri met en avant la sécurité dont ils doivent faire preuve. C’est pourquoi il ne souhaite pas interférer dans la décision de ses joueurs.

« Je pense qu’il est important que nous communiquions avec tous nos joueurs et que cela prenne du temps. C’est un processus et nous devons rester ensemble autant que nous le pouvons, surtout dans une situation comme celle-ci. C’est une question de sécurité, une question de sécurité individuelle et de sécurité de la famille. Nous devons faire participer tout le monde. Nos entraîneurs ont été impliqués, nos joueurs ont été impliqués dans cette décision d’aller là-bas ».

Des déclarations pleines de sens et qui appuient la volonté des acteurs de la Grande Ligue à s’impliquer dans les luttes auxquels les américains font face ces derniers temps. Pfiou, quelle époque…

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top