One-on-One

Avis de la rédaction – Les meilleurs ailiers de la saison NBA 2019-20 : place numéro 5, chacun donne son avis !

Top 6 rédaction

Un peu de Khris Middleton et beaucoup de Brandon Ingram, mais pas de trace d’Otto Porter Jr.

Source image : montage TrashTalk

Voici le dernier petit jeu auquel la rédaction de TrashTalk s’est livré ces derniers jours : établir un Top 6 par poste, qui prend en compte uniquement la saison 2019-20 attention, car sinon le cinq de rêve de la rédac serait probablement composé de J.R. Smith, Lance Stephenson, Nick Young, Carlos Boozer et Joakim Noah. Huit rédacteurs, huit avis, une petite moyenne et let’s go, l’occasion aussi de revenir sur le bout de saison de nos loulous préférés. La suite vous la connaissez, on met les kevlars et les casques et on se retrouve en section commentaires ?

Bastien

Brandon Ingram : du coup c’est Kyle Kuzma ou Brandon Ingram qu’il fallait garder ? Obligé de taquiner un peu nos amis Lakers, qui évidemment répliqueront en disant que BI n’aurait jamais cette production à Los Angeles, et c’est vrai. Ceci étant dit, applaudissons Ingram pour le lancement de sa grande carrière, celle d’un scoreur pur qui va terroriser ses défenseurs pendant longtemps. C’est bon, ça y est, Brandon a passé le cap, il a assumé son transfert et profité de la situation à New Orleans pour devenir un All-Star cette saison. Il va falloir s’habituer aux 20 points minimum du squelette dans son sommeil, car le garçon a déjà compris comment obtenir sa production dans tous les aspects offensifs du jeu. Superbe.

Alex

Brandon Ingram : s’il y a bien un joueur qui a bénéficié d’un trade l’été dernier, c’est Brandon Ingram. Il a montré des progrès énormes qui se sont traduits par un vrai bond statistique au scoring, au rebond, à la passe et qui lui ont valu de devenir All-Star pour la première fois de sa jeune carrière (23 ans en septembre prochain). Son matraquage de la défense de Utah (49 points) est encore dans toutes les têtes. Dans plusieurs victoires des Pelicans, il a montré sa capacité à faire de tout, à distribuer plutôt que scorer par exemple. Ingram est un crack. On verra dans les années à venir s’il peut devenir un Franchise Player ou s’il sera plutôt un lieutenant mais on est d’ores et déjà sûrs que son talent offensif et sa polyvalence font de lui un joueur sur lequel nous pouvons compter.

Ben

Brandon Ingram : seul derrière le volant pendant toute la première moitié de la saison, son trade à New Orleans était une bénédiction pour BI. Toujours pas un pet de graisse dans tout le corps mais un vrai rôle de franchise player au moins en attendant les débuts de Zion WIlliamson au mois de janvier. Non seulement son invitation au All-Star Game était logique mais elle devrait tout aussi logiquement en appeler d’autres. On commence à entrevoir le talent offensif de Kevin Durant dont tous les scouts parlaient alors qu’il n’était pas encore dans la Ligue. Sans l’ascension fulgurante d’un autre fou furieux issu de la Draft ultérieure et que l’on devrait aussi retrouver dans ce classement un petit peu plus tard, le MIP était à lui. A 22 ans, ça promet une grande carrière.

Nico

Brandon Ingram : transféré l’été dernier à New Orleans dans le cadre de l’échange impliquant Anthony Davis, Brandon Ingram a franchi un très gros cap cette année, devenant All-Star pour la première fois de sa carrière et faisant partie des principaux candidats pour le titre de Meilleure Progression de la saison. Chez les Pelicans, l’ancien Laker a profité de son nouvel environnement pour faire honneur à son statut de deuxième choix de Draft, avec un très gros jump dans ses stats. 24,3 points, 6,3 rebonds, 4,3 assists, 1,0 interception, que des records en carrière. Ingram a notamment montré une grosse progression au shoot (38,7% à 3-points, 85,8% aux lancers francs, 33% et 67,5% l’an passé) et dans sa capacité à faire jouer les autres. Si Zion Williamson lui a quelque peu volé la vedette à partir de fin janvier, on peut dire que l’ami Brandon a changé de statut et il s’est mis dans une position idéale pour décrocher un gros contrat lors de la prochaine Free Agency.

Gio

Khris Middleton : meilleure saison en carrière pour Khrissou, et cela au sein d’une équipe pas loin d’être l’une des plus performantes de l’histoire en terme de pourcentage de victoires, de defensive rating, d’offensive rating et de tout un tas d’autres conneries. Pourquoi seulement cinquième ? Parce que 21 points de moyenne c’est bien mais c’est pas non plus le Hall Of Fame assuré, et parce que si j’avais décidé de récompenser un mec qui fait tout et qui le fait très bien j’aurais aussi pu poser Bruce Brown dans mon classement. Blague à part, pour moi l’ailier au faciès compliqué – dixit un moche – est à sa place à la cinquième place, à savoir parmi les tous meilleurs mais en retrait des superstars. Le genre de mec qui ne gagnera jamais rien tout seul mais dont on peut difficilement se passer si l’on veut gagner quelque chose. Vous voyez la nuance ? Ah oui, pour finir, Khris manque une saison en 50/40/90 à cause d’un minuscule tir raté, et chez moi ça ne pardonne pas, alors tu retournes t’entraîner et tu repasses quand tu seras plus adroit.

Alexandre T.

Brandon Ingram : quand Brandon Ingram est arrivé dans la ligue, plusieurs insiders avaient fait le lien avec Kevin Durant : un ailier très fin mais très fort offensivement. Après quelques mois dans la ligue, on avait bien rigolé face à ces comparaisons. Entendons-nous bien, Brandon Ingram ne sera sans doute jamais un Kevin Durant bis mais s’il reste le BI de cette saison ce sera déjà très bien. Totalement libéré dans le système d’Alvin Gentry, l’ancien des Lakers a pu se lâcher en attaque et nous montrer un arsenal offensif bien plus développé que par le passé : partir en drive et aller posterizer du pivot ? Aucun problème. Travailler au poste pour finir en fadeaway ? Facile. Il a beau être maigrichon, il a une belle envergure et des longs bras pour scorer sur la tête de n’importe qui. Vous remarquerez qu’il n’y a pas un mot sur ses skills en défense. Tout simplement parce qu’il va falloir bosser de ce côté-là.

Clément

Brandon Ingram : l’éclosion était incertaine mais espérée loin des spotlights de Los Angeles, elle a bien eu lieu du côté de la Nouvelle Orléans. Brandon Ingram semble totalement métamorphosé depuis son transfert l’été dernier et c’est bel et bien lui qui a pris le lead de cette jeune escouade en l’absence de Zion Williamson, au point d’être devenu un All-Star. Certes, il doit encore prendre environ 300 kilos pour peser encore plus physiquement, mais le sosie de Tyga prouve encore une fois qu’il faudra compter sur lui à l’avenir. Ses grands segments lui permettent d’être aussi polyvalent que redoutable des deux côtés du parquet et son potentiel duo avec Zion Williamson semble ultra complémentaire et on a hâte d’en voir plus. Mais pour l’heure, le leader des Pelicans est un type qui ouvre à peine les yeux.

 

Arthur

Brandon Ingram : même si sa tête laisse à penser qu’il fume les joints du mauvais côté, l’ailier des Pelicans pourra raconter son exercice 2019-20 à ses petits-enfants. Une production statistique en 24-6-4 avec de très bons pourcentages et qui lui vaut d’être dans les favoris pour le titre de MIP. Tandis que Zion craquait sous son propre poids, Brandon Ingram a répondu présent pour porter la franchise en son absence. Globalement, la saison des Pels est décevante mais insinuer que l’ancien des Lakers y est pour quelque chose est réservé au domaine de la folie. Son profil est sans doute le plus recherché dans le basket moderne : des longs segments pour finalement peser un mollet de Van Gundy, Kevin Durant en est le chef de file. Du coup, le défendre devient vraiment galère et l’ailier n’a encore que 22 ans… de quoi faire saliver les observateurs quant au futur.

Rédacteur

#6 #5 #4 #3 #2

#1

Nicolas DeMar DeRozan Brandon Ingram
Giovanni DeMar DeRozan Khris Middleton
Ben Bojan Bogdanovic Brandon Ingram
Alex T. Bojan Bogdanovic Brandon Ingram
Clément Paul George Brandon Ingram
Arthur Bojan Bogdanovic Brandon Ingram
Alex M. Paul George Brandon Ingram
Bastien DeMar DeRozan Brandon Ingram

Le n°5 c’est donc tout bon, et si vous êtes un petit malin vous aurez donc compris de quoi on risque de parler demain. En attendant ? A demain pour le traditionnel Mercredi Panzani et ne vous inquiétez pas, même en période de confinement il s’y passe toujours quelque chose.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top