Conseils des experts

TrashTalk Fantasy League – la review des Pacers : hiérarchie bouleversée dans l’Indiana, Victor peut s’inquiéter pour son statut

Victor Newman

L’empire de Victor est-il sur le point d’être mis à mal ?

Source image : YouTube

Saison en suspens, saison terminée ou même saison de la reproduction ne sais-je, toujours est-il qu’à l’heure actuelle la NBA a appuyé sur le bouton pause et c’est une bonne partie de notre vie qui bégaie avec cette drôle de période. L’occasion de se pencher franchise par franchise sur ce qu’il s’est fait de mieux et de pire cette saison en… TTFL, mais si, vous savez, ce jeu du diable qui conditionne vos journées depuis maintenant quatre ans.

Il y a deux ans le duo Victor Oladipo – Myles Turner était en tête d’affiche dans l’Indiana et au 5 avril 2020… la donne a quelque peu changé. Le premier se remet doucement de graves pépins physiques, le second a salement régressé dans la hiérarchie, et surtout de nouvelles têtes ont émergé dans l’équipe de Nate McMillan…

# Domantas Sabonis – Moyenne TTFL de la saison : 37,3 points

Neuf points TTFL de plus que la saison passée, son nom une nouvelle fois cité parmi les potentiels MIP de la saison et, surtout, une première étoile de All-Star sur le CV. Ne cherchez plus le patron des Pacers cette année, vous l’avez sous les yeux. Domantas Sabonis est donc logiquement passé de pick intéressant à pick premium, en enchainant par exemple les doubles-doubles à la vitesse de la lumière (troisième NBA avec 50 DD, derrière Giannis et Whiteside et juste devant DD, ça fait beaucoup de DD alors que l’on ne parle ni de la Dèche ni de PNL, bref). Et pas des doubles-doubles de rookie hein, mais plutôt des 32/14 à tire-larigot, si tant est que cette expression soit encore utilisée en 2020. Well done Domas, quelle saison.

# T.J. Warren – Moyenne TTFL de la saison : 26,3 points

Le défi était intéressant pour T.J. Warren, puisqu’il consistait à remplacer le jeune/vieux Bojan Bogdanovic dans le rôle d’électron libre des Pacers. Bingo, TJW s’est régalé tout du long, et si l’on se souvient notamment d’un Rap Contenders d’anthologie avec Jimmy Butler, on note aussi quelques soirées dantesques pour l’ancien sniper de Phoenix. Pas un monstre de constance mais le genre de joueur indéfendable les soirs de fièvre, et la TTFL s’en est d’ailleurs félicité à une demi-douzaine de reprise. Grosse cote au départ car il fallait y penser.

# Malcolm Brogdon – Moyenne TTFL de la saison : 26 points

L’intello de service a surtout offert un début de saison magnifique avant de mettre un peu le frein. En causes quelques bobos et le retour de Victor Oladipo en fin de saison qui grippa un peu la machine, mais globalement Malcolm a assuré dans le rôle de l’homme à tout bien faire. Ça score pas mal, ça prend des rebonds et ça lâche du caviar, ça tourne à 120% aux lancers, bref du pain béni pour un soir un peu triste en TTFL.

# Les carottes maison

Deux cas assez différents mais au bout du compte la même conclusion : il ne faisait pas bon poser Myles Turner ou Victor Oladipo cette saison dans vos decks.Myles Turner ? Quatre points de moins qu’en 2018/19, 20,2 points cette saison pour être exact, bien peu pour un mec censé avoir l’âge de toutes les explosions. Peut-être un coup du karma pour un homme qui annonçait cet été être le meilleur défenseur de la Ligue, et si Myles n’est pas devenu mauvais du jour au lendemain… disons qu’il a clairement revu à la baisse son impact, offensivement en tout cas.. Pour Victor Oladipo c’est légèrement différent puisque cette saison devait surtout être celle du retour au jeu, à la reprise des sensations, mais on ne nous enlèvera pas de l’esprit cette moyenne affreuse de 15,7 points et ces galères pour les Pacers au moment de son retour. Gros challenge pour Mr Popo à la reprise, va falloir montrer qui est le patron.

Et si vous souhaitez des infos quotidiennes sur la TTFL ? Même par ces temps de disette ? Un compte Twitter à suivre, celui du Lab ! Vous y retrouverez tout ce qu’il faut savoir sur la TrashTalk Fantasy League, avec la touche de sympathie habituelle, histoire de sourire… malgré tout.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top