Conseils des experts

TrashTalk Fantasy League – la review des Spurs : DeMar DeRozan surnage, le tout sans connaitre l’existence de la ligne à 3-points

DeMar DeRozan 11 janvier 2020

Juste un ou deux par match DeMar, ça te ferait boiter ?

Source image : YouTube

Saison en suspens, saison terminée ou même saison de la reproduction ne sais-je, toujours est-il qu’à l’heure actuelle la NBA a appuyé sur le bouton pause et c’est une bonne partie de notre vie qui bégaie avec cette drôle de période. L’occasion de se pencher franchise par franchise sur ce qu’il s’est fait de mieux et de pire cette saison en… TTFL, mais si, vous savez, ce jeu du diable qui conditionne vos journées depuis maintenant quatre ans.

Si vous aimez les surprises… passez votre chemin. La belle plus-value de la saison des Spurs aurait pu s’appeler Marcus Morris mais vous connaissez la suite; alors que Dejounte Murray et les plus jeunes des Spurs sont encore bien verts. Résultats des courses ? On part une nouvelle fois sur un duo pas vraiment excitant de vrais-faux franchises players, avec un DMDR au rendez-vous mais un LMA un peu trop souvent blasé.

# DeMar DeRozan – Moyenne TTFL de la saison : 37 points

Son début de saison nous a donné des envies de sortir la boîte à insultes, puis à partir des fêtes de fin d’année DeMar DeRozan s’est enfin mis à jouer. Toujours aucune envie de prendre le moindre tir extérieur mais un rôle de leader assumé lorsqu’il a fallu tirer la sonnette d’alarme. Son mois de janvier est phénoménal mais ne lui permet toutefois pas d’être sélectionné pour le All-Star Game de Chicago, et au final c’est un peu logique car si le joueur le méritait peut-être… les Spurs, eux, ne méritaient aucun prix cette saison. Info pratique : sans DeMar DeRozan… on n’aurait peut-être mis aucun joueur de San Antonio dans nos decks cette saison.

# LaMarcus Aldridge – Moyenne TTFL de la saison : 31,2 points

Saison terrible pour l’ancien intérieur des Blazers. Le mot est un peu fort mais quand on pose sur le papier son talent et sa constance 2019-20, beh on sort le sac à vomi. Toujours capable de sortir des mixtapes dignes d’un joueur All-NBA quand il joue face à ses victimes préférées (Thunder, Blazers, Grizzlies…), toujours capable d’être l’un des joueurs les plus indéfendables de la Ligue avec son fade away dirkesque et d’en être l’un de ses meilleurs défenseurs (si, si…), LMA a pourtant activé le mode feignasse cette saison et même Trey Lyles nous a plus fait frissonner que lui en fin de saison. Si tu fais pas partie de la Team « carotté en TTFL par Aldridge », tu mentionnes même pas.

# Dejounte Murray – Moyenne TTFL de la saison : 20,8 points

On attendait un Dejounte Murray en mode leader cette saison, disons qu’on a été un peu gourmand. Oh il y a eu de belles choses bien sûr, mais sa défense notamment – bien que très solide – ne fut pas à la hauteur des bribes déjà montrées avant sa blessure. Des hauts, quelques uns, des bas, un bon paquet, et au final une moyenne en TTFL qui symbolise la saison du gamin : moyen plus. Il a tout le temps le petit hein, mais pour mettre son blase dans nos decks on attendra.

# La carotte maison

Difficile de mentionner des mecs sur qui on n’aurait de toute manière pas misé… mais Derrick White a été décevant. Vraie révélation la saison passée, two-way player devenu respectable en très peu de temps et même de l’aventure américaine lors de la dernière Coupe du Monde; Derrick Blanc a salement stagné cette saison. La « faute » évidemment au retour dans le roster de Dejounte Murray et au début de début de début d’éclosion de Lonnie Walker IV, mais on attendait clairement un peu mieux de l’homme au méga-front. Les autres carottes maison ? Tout le roster, de LaMarcus Aldridge à Rudy Gay, en passant par Bryn Forbes ou un DeMarre Carroll que personne n’a vu à la salle cette saison.

Et si vous souhaitez des infos quotidiennes sur la TTFL ? Même par ces temps de disette ? Un compte Twitter à suivre, celui du Lab ! Vous y retrouverez tout ce qu’il faut savoir sur la TrashTalk Fantasy League, avec la touche de sympathie habituelle, histoire de sourire… malgré tout.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top