Wizards

Bradley Beal, un leader forcément frustré mais surtout fidèle aux Wizards : vive la loyauté, même dans la lose

bradley beal chaud

« Changer de navire, c’est un peu la solution de facilité. »

Source image : NBA League Pass

Deuxième meilleur marqueur NBA cette saison et véritable visage des Wizards aujourd’hui, Bradley Beal fait partie de ces stars qui accordent une importance particulière à la loyauté, lui qui a notamment prolongé son contrat avec Washington avant la saison. Malgré les défaites, malgré le manque de soutien, Bealou n’a pas l’intention de quitter la capitale, il veut tout faire pour gagner à D.C. et nulle part ailleurs. Une mentalité à l’ancienne dans une ère où les gros poissons ont tendance à pas mal bouger. 

Juste avant le début de saison, quand on a appris la prolongation de contrat de Bradley Beal à Washington pour deux années supplémentaires et 72 millions de dollars, on a tous été un peu surpris. Pourquoi prolonger dans une franchise comme Washington qui n’offre aucune véritable garantie sur le plan sportif ? Pourquoi prolonger alors qu’il y avait la possibilité de tester le marché de la Free Agency en 2021 et ainsi choisir une situation beaucoup plus adaptée pour gagner ? Ces questions sont apparues quasiment automatiquement car on a pris l’habitude de voir les plus grandes stars changer d’uniforme pour tenter de se retrouver dans le meilleur environnement possible, que ce soit sportivement ou même en dehors des terrains. Dans l’ère du player empowerment, rester dans sa franchise de toujours n’est plus vraiment à la mode, surtout si cette dernière ne permet pas au joueur de maximiser sa carrière. On n’est pas là pour dire « c’était mieux avant, les joueurs n’ont plus aucune loyauté aujourd’hui bla bla bla », c’est juste un fait qui caractérise la Ligue actuelle. Dans le courant inverse, un mec comme Damian Lillard est devenu le symbole du joueur attaché à sa franchise malgré les hauts et les bas, mais Bradley Beal peut aussi être placé dans cette catégorie. Parce qu’à l’image de Dame D.O.L.L.A., Bealou veut faire partie de ces stars qui symbolisent véritablement une franchise.

« Je regarde des gars comme Kobe [Bryant, ndlr.], D-Wade [Dwyane Wade, ndlr.], Dirk [Nowitzki, ndlr.], U.D. [Udonis Haslem, ndlr.], comment ils ont fait pour rester dans la même situation pendant si longtemps » a déclaré Beal via The Undefeated. « Je déteste le changement. Si ça arrive, ça arrive. Mais si je peux contrôler cela, je finirai ma carrière à D.C. »

La loyauté avant tout. On parlait de Damian Lillard juste au-dessus, Bradley Beal se compare à ce dernier en mettant en avant leur volonté commune de gagner avec leur équipe de toujours.

« Je suis sans doute un peu trop loyal. Je suis un peu comme Dame [Damian Lillard, ndlr.] dans le sens où ça signifierait tellement plus de gagner à Portland ou à D.C., parce que vous luttez pendant toutes ces années. Une fois que vous sortez du tunnel, le sentiment sera tellement meilleur que si vous aviez quitté le navire. Changer de navire, c’est un peu la solution de facilité et dans le même temps, il n’y a aucune garantie de victoire. »

Ce discours, il date de début mars. La date est importante car ça montre que Bradley Beal possède toujours cette mentalité-là malgré une saison qui aurait pu le faire changer d’avis. Cette année, plus que jamais, Bealou a affolé les compteurs. Il a tourné à plus de 30 points par soir avec 6 passes décisives en prime, il a enchaîné les cartons offensifs, il a inscrit 108 points en l’espace de deux matchs… bref, il a tout fait pour porter les Wizards le plus haut possible. Mais cette année, plus que jamais, il a vu à quel point il fallait de l’aide pour espérer gagner dans la Grande Ligue, peu importe son niveau individuel. Car malgré ses exploits, les Sorciers ont posé un bilan de 24 victoires pour 40 défaites au moment de la suspension de la saison régulière, bilan synonyme de neuvième place à l’Est. Washington était plus ou moins dans la course pour les Playoffs mais il y avait quand même un écart assez important avec le Top 8. Si les attentes autour de la franchise de la capitale étaient faibles, on a vu un Beal logiquement frustré par l’enchaînement de défaites, des défaites qui lui ont d’ailleurs coûté une place au All-Star Game.

Alors, est-ce que ça veut dire que Bradley Beal fera toute sa carrière aux Wizards ? L’avenir répondra à cette question. On sait que Bealou veut être la pièce maîtresse de son équipe, on sait qu’il est prêt à galérer encore un peu plus pour espérer un jour emmener Washington vers les hauteurs de la NBA. On sait aussi que les Sorciers ont de la chance d’avoir une star comme lui qui valorise le fait d’être loyal envers sa franchise. Maintenant, tout ça ne garantit rien. Bradley Beal a prolongé seulement sur deux ans, avec en plus une player option sur la deuxième année. Cela signifie qu’il peut potentiellement être agent libre dès 2022 s’il le souhaite. Si des raisons financières expliquent en partie la faible durée de cette extension, lui qui atteindra la fameuse barre des dix années d’expérience en NBA dans deux ans (avec donc la possibilité de signer un contrat supermax), on ne peut pas parler de prolongation sur le long terme ici. Pour les Wizards, c’est évidemment une bonne chose d’avoir Beal sous contrat plus longtemps, car cela va laisser plus de temps et offrir un peu de sérénité au nouveau manager général Tommy Sheppard afin de rendre l’équipe compétitive autour de Bealou. Mais 2022, c’est après-demain dans l’univers de la NBA alors il n’y a pas une minute à perdre. Bradley Beal est loyal, mais Bradley Beal veut aussi gagner donc va falloir faire les bons choix pour l’aider, en espérant une belle progression des jeunots en place ainsi qu’un gros retour de John Wall après sa rupture du tendon d’Achille. Si les Sorciers ne parviennent pas à progresser sur le court terme, existe-t-il un scénario où Beal est tellement frustré par les défaites qu’il reconsidère sa position sur le fait de réaliser toute sa carrière aux Wizards ? Pas impossible et dans ce cas-là, la franchise de la capitale pourrait très bien décider de le transférer afin d’éviter le risque de le perdre sans aucune contrepartie.

Fortement attaché à Washington, Bradley Beal veut croire dans le projet des Wizards et surtout être au cœur de celui-ci. On en connaît plus d’un qui aurait déjà annoncé sa volonté de partir mais Bealou est le genre de mec à vouloir persévérer jusqu’à arriver à ses fins. On espère juste que les Wizards ne vont pas le dégoûter du basket avant…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top