Sixers

Matisse Thybulle veut jouer les JO avec… l’Australie : Matisse, Simmons, Brett Brown… et Joel Embiid il a pas un papy à Sydney ?

matisse thybulle

Thybulle et Simmons à se coltiner à Tokyo, bon courage à tous les attaquants du monde.

Source image : NBA League Pass

Matisse Thybulle veut jouer pour la sélection australienne aux prochains Jeux Olympiques à Tokyo. Il possède la double nationalité et a donc choisi de prioriser les couleurs du pays des kangourous plutôt que celui de la bannière étoilée.

Le joueur des Sixers a donc préféré opter pour la nationalité australienne. C’est sûr que d’un point de vue purement sportif, ça aide pour être sélectionné en équipe nationale, la concurrence est « un peu » moins rude là bas, même si on rappelle quand même que Derrick White et Mason Plumlee sont internationaux américains. Du coup quand on lui a répondu pour quelle équipe il voulait jouer, il a répondu un simple « ok, Boomers ! » qui en dit long. Mais en fait… Thybulle est Australien ? Parce que ça peut être utile quand même hein.

Petit retour dans le temps. Le petit Matisse, qui se prédestinait donc à être un artiste, est né le 4 mars 1997. Tiens, joyeux anniversaire Mat’. Deux ans plus tard, papa et maman Thybulle décident d’aller vivre à Sydney ou sa petite sœur Chloé va naître. Ils y resteront jusqu’en 2005 avant de revenir aux États-Unis, à Seattle plus exactement. Et voilà donc pourquoi le rookie se sent aujourd’hui un peu kangourou. Ceci dit, il n’a jamais joué au basket en Australie car à l’époque, sa passion était… la natation, et son rêve le plus fou était d’être sauveteur en mer. Depuis sa période australienne, Thybulle s’est évidemment mis au basket, sport dans lequel il était incapable de mettre un lay-up avant l’âge de 13-14 ans. Il s’est ensuite fait remarquer lors de son parcours au lycée et surtout à l’université, notamment grâce à sa défense jugée de très haut niveau. Il a depuis été drafté en vingtième position par les Celtics qui ont échangé ses droits avec les Sixers, l’équipe parfaite pour faire valoir ses qualités. Un défenseur hors-norme pour son âge, très présent, très actif, qui intercepte et contre à foison. Un vrai futur défenseur élite, s’il ne l’est pas déjà. Et à côté de qui il fait tout ça ? Une défense de très haut niveau autour d’un grand pivot camerounais et d’un… Australien, le tout coaché par… l’entraîneur de l’Australie. Tiens tiens.

Et oui, à Philadelphie, ça sent parfois le surf et le rugby et on peut entendre ça et là un accent bien marqué venu de la grande île océanienne. La décision de Matisse n’aurait d’ailleurs peut-être pas été la même sans les coéquipiers autour de lui mais en tout cas, si tout ce petit monde est du voyage à Tokyo attention les yeux et les attaquants adverses. Une belle équipe avec en tête d’affiche des joueurs NBA référencés (Patty Mills, Joe Ingles, Aron Baynes, Matthew Dellavedova, Ben Simmons, Matisse Thybulle), le tout coaché par un Brett Brown pressé d’en découdre avec ses cousins, et on a déjà – peut-être – l’un des principaux « concurrents » de Team USA en août prochain. Un accent de cité de l’amour fraternel pourrait en tout cas résonner du côté de Tokyo, et si vous aimez le beau basket vous vous en pourléchez forcément les babines.

Matisse Thybulle veut donc jouer pour l’Australie aux prochains Jeux Olympiques. Vivre jusqu’à neuf ans dans un pays sans toucher une balle orange lui aurait donné un bel élan patriotique, personne n’est là pour juger, et on a en tout cas bien envie de voir cette équipe australienne si tout le monde accepte d’aller enfiler le maillot à Tokyo. Spoiler, ça pourrait défendre dur chez les Philadelphia Boomers. 

Source texte : Slam Online

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top