Cavaliers

Les Cavs touchent le fond : John Beilein aurait traité ses joueurs de « thugs » en pleine session vidéo…

John Beilein

Petite différence entre deux mots, en fait.

Source image : NBA League Pass

Si vous pensiez que les Cavs étaient au plus bas, vous pouvez reprendre vos esprits et attacher votre ceinture. Un nouveau level a été atteint cette nuit avec la dernière info balancée par Adrian Wojnarowski de chez ESPN, concernant John Beilein le coach de Cleveland. 

Kevin Love sur le marché ? C’est une chose. Collin Sexton qui rend dingue certains de ses coéquipiers ? C’en est une autre. Mais un coach qui utilise un mot à caractère raciste dans un vestiaire en NBA, ça c’est le genre de dossier qui peut vous faire perdre votre boulot en un claquement de doigts. Et malheureusement pour l’entraîneur des Cavs arrivé il y a quelques mois, les prochains jours devraient être sacrément tendus à voir passer. L’info nous vient du Woj, l’immanquable, alors que la France du basket dormait paisiblement. Les Cavs, qui ne jouaient pas cette nuit, étaient (et sont encore) sur 5 défaites de suite. Sauf que dans leur dernière défaite face aux Pistons ce mardi (115-113), c’est un meilleur effort collectif qui avait permis à la franchise de presque mettre un terme à sa mauvaise passe. Le lendemain, ce mercredi donc, les joueurs de Cleveland étaient arrivés à Detroit en avion pour rejouer les Pistons, mais cette fois-ci en déplacement. Une session-vidéo avait donc lieu dans le Michigan avec John Beilein à la parole, le coach en place. Seul problème, en pleine explication vis-à-vis de l’intensité de ses joueurs sur cette courte défaite, Beilein a laissé passer un mot qui n’a pas du tout été apprécié par le groupe tout entier. Et c’est ce mot qui pourrait le mettre dans de sales draps prochainement. Story.

Après avoir choqué ses joueurs lors d’une session-vidéo ce mercredi suite à l’utilisation d’une expression verbale indiquant que ses joueurs ne « jouaient plus comme des voyous », le coach des Cavs John Beilein a ensuite contacté ses joueurs individuellement pour insister sur le fait qu’il ne voulait pas utiliser ce mot.

Beilein était en train de conclure une session vidéo à Detroit avec ses joueurs lorsqu’un silence pesant s’est installé dans la pièce, quand les joueurs et le staff de l’entraîneur ont entendu les mots sortir de la bouche du coach, a indiqué une source.

Les joueurs des Cavaliers ont quitté la salle dans un état initial de choc, et ces derniers ont été de plus en plus dérangés par la situation au fur et à mesure qu’ils se séparaient, a indiqué une source.

« Je n’ai pas réalisé le fait que j’avais utilisé le mot thugs (voyou), mais mon staff est ensuite venu me dire que je l’avais bien utilisé donc ça a dû être le cas. […] Ce que je voulais dire, c’était slugs (limaces), dans le sens où ils ne bougeaient pas vite. On ne jouait pas assez dur précédemment, et maintenant on jouait plus dur. Je voulais que ce soit pris comme un compliment. C’est ce que je voulais leur dire. J’ai déjà parlé à 8 de mes joueurs ce soir, et ils m’ont dit qu’ils ont compris. »

Pour certains, ce n’est qu’un détail. Mais pour beaucoup, c’est bien plus que cela. Et pour mieux comprendre la gravité de la situation, il faut savoir ceci : le mot thug possède une connotation raciale assez claire aux Etats-Unis. Si on le traduirait par voyou ou criminel dans la langue de Molière, il est important de préciser que ce terme a été majoritairement utilisé vis-à-vis des Afro-Américains au fil des années. Ce qui donne ce caractère raciste au mot thug, puisqu’il a été en quelque sorte réservé à un groupe ethnique précis. Et quand on est un entraîneur caucasien de 66 ans, dans l’Amérique actuelle, qu’on coache des joueurs majoritairement noirs, c’est plutôt le genre de boulette à éviter. Tout de suite après l’annonce liée à l’info, c’est la stupéfaction qui a touché la planète basket chez l’Oncle Sam. Mais ce qui a encore plus dérangé les observateurs, c’est cette tentative de justification de Beilein, via le mot slugs (limaces) qui aurait donné une toute autre expression. Autour de la franchise, et de l’homme qui a coaché bon nombre de joueurs, les avis sont quasiment unanimes : Beilein est un mec clean, sympa, un vrai leader de jeunes joueurs. Sauf que dans le contexte évoqué à l’instant, et en se basant sur les autres affaires de racisme qui ont eu lieu en NBA, difficile de savoir ce qui arrivera au coach dans les jours à venir. Le communiqué réalisé avec ESPN permet, un temps soit peu, de calmer le jeu et donner la version de l’entraîneur au grand public. Il semble tout de même tendu de voir Koby Altman, et la Ligue dans l’oreillette, laisser passer cette affaire que Beilein devra traîner pendant plusieurs semaines avec lui. Un cirque médiatique potentiel dont les Cavs ne voudront pas se charger… au point de virer le coach signé pour 5 ans cet été.

Il est encore trop tôt pour savoir ce que la franchise de Cleveland va faire, d’autres éléments pourraient surgir dans cette fin de semaine. Mais John Beilein s’est clairement mis dans un sale pétrin, un dont il ne pourrait ressortir qu’avec une carte de sortie de l’Ohio. Affaire à suivre de très près…

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top