Warriors

Preview Warriors – Knicks : question très simple, ce match peut-il se terminer sur le score de 38-29 ?

TTFL

Preview absolument imaginative, à prendre au millième degré.

Source image : YouTube

Dimanche d’hiver, 15h30, salle des Bagnardes, une atmosphère de choc flotte dans l’air. Neuf supporters seulement dont quatre de moins de deux ans mais tant pis, ici on sait que ce match peut atteindre des sommets. Voici la preview d’une rencontre que tout le monde attend entre deux sommités du basket en 2019, absolument personne n’est prêt pour le show.

Dès l’échauffement le ton est donné. Le huit bleu enchaîne les ficelles au lancer, trois de suite pour être tout à fait exact, et dans son regard le désir de victoire se fait ressentir. Il faudra en effet les mettre ces fameux lancers, car le coach l’a suffisamment dit, c’est sur la ligne que la win va se chercher. Et ce huit bleu d’ailleurs, disons qu’il risque d’avoir du boulot car entre le meneur à l’embonpoint certain ou les deux intérieurs à lunettes, pas sûr que l’on batte aujourd’hui des records offensifs. En face ? Les Blancs paraissent sereins. Logique car ils sont chez eux, devant leur public, et on me fait signe dans l’oreillette que l’un des supporters présents vient de faire dans sa couche, probablement comme le 4 bleu qui semble avoir 16 ans et demi et qui n’a pas l’air bien rassuré quant au fait de se retrouver défendu par un mec de 1m81 et 109 kilos. Mais fini de palabrer et passons au match. Pas de surprise au niveau du starting five, d’un côté comme de l’autre, car de toute façon les deux formations évoluent à sept donc les solutions sont peu nombreuses. Dès les premières secondes une zone 2-1-2 béton nous promet une guerre de tranchées, tout comme le score après un quart-temps d’ailleurs. 8-7 pour les locaux, 12-11 au niveau des fautes, bienvenue à la boucherie. Le huit bleu l’avait bien anticipé et ses cinq lancers sauvent un peu la mise, car le 1/16 au tir n’est clairement pas le plus beau monument à visiter en ce dimanche d’hiver. on entend même une wag en tribune dire à son fils qu’ils auraient mieux fait d’être allé à la patinoire, imaginez le camouflet quand on sait que cette foutue patinoire est à neuf balles les dix minutes.

Mais à peine le temps d’aller se chercher une gaufre à la buvette que le match a déjà repris, que le match bat de nouveau son plein car après quatre minutes dans le second quart le score est… toujours de 8-7. L’équation accès à la raquette interdit / aucun panier facile / nullité aux lancers offre un match fermé mais équilibré, où l’on se rend bien compte de la suffisance des deux équipes en terme de niveau. Ça manque de taille, de QI basket, d’adresse et de confiance en soir alors forcément le spectacle s’en ressent. Fort heureusement quelques balles perdues par l’intérieur gaucher et l’ailier neuneu des bleus offriront des points faciles en contre-attaque et c’est donc juste avant la mi-temps que les locaux s’échappent d’une manière que l’on pense irrémédiable à ce niveau, soit une avance de six points à la pause, 17-11. Chez les Bleus le meneur manque de confiance et ne prend pas un tir, chez les Blancs un petit intérieur arrivé il y a quelques mois seulement fait l’essentiel du taf alors que le meneur arrivé à ses côtés affiche un habituel 0/11 au tir dont 0/7 du parking. Un festival qu’il reprendra d’ailleurs après la mi-temps mais pas de souci, paraît que le petit est connu pour ça. Pas de souci non plus pour les Blancs qui remettront les gaz dès la reprise du jeu, grâce notamment au deuxième petit intérieur, trashtalker réputé dans le département et surtout auteur de huit points consécutifs pour faire un écart définitif et permettre au jeu de se débrider jusqu’à atteindre des sommets offensifs. 14-9 sur ce troisième quart, 31-20 au score, les Bleus suffoquent et ce n’est sûrement pas à cause du chauffage inexistant dans la salle obligeant les remplaçants à se vêtir de doudounes et à consommer du vin chaud sur le banc. Le dernier quart ne sera qu’une course folle vers la victoire d’un côté alors que le coach bleu ne daignera même pas faire rentrer son petit jeune du bout de banc, et tranquillement le match se terminera sur le score logique de 38-29 en faveur des moins mauvais, confortant la bonne passe de l’équipe à domicile avec cette première victoire consécutive.

Quarante minutes de baston dominicale comme on les aime, et pour vous une seule mission. Replacer Julius Randle, Marcus Morris, Frank Ntilikina, Eric Paschall, Draymond Green et Jordan Poole dans ce texte et vous obtiendrez peu ou prou le genre de match auquel vous pourriez assister cette nuit au Chase Center. Prêt, feu, partez, ça s’annonce mythique.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top