Knicks

Richard Jefferson lâche la punchline du jour : « c’est quand les Knicks ont été les seuls à m’appeler que j’ai su qu’il était temps d’arrêter »

Rap Contenders

Time, on va voir les juges.

Source image : YouTube

Amis de la punchline bonjour, car quoi de plus beau que d’attaquer une semaine par une rafale de chevrotine de bon matin. L’agression gratuite du jour est à mettre au crédit de ce bon vieux Richard Jefferson, retraité plutôt tranquille depuis un an et une dernière pige insignifiante avec les Nuggets. Allez, crème solaire pour tout le monde, celle-là est assez… agressive.

Après 17 saisons de basket et un titre en 2016 avec les Cavs, il était temps pour le sniper Jefferson de dire au revoir à sa belle NBA. Sept saisons pleines avec les Nets, des passages par Milwaukee, San Antonio, les Warriors, le Jazz ou les Mavs, puis donc ce Graal touché en 2016 aux côtés de LeBron, la boucle était bouclée comme dirait ma coiffeuse. Un passage très rapide du côté de Denver plus tard et le Djaife décidait de prendre un peu de recul, ouvrant néanmoins son courrier de temps en temps au cas où un dernier défi excitant ne s’offre à lui. Malheureusement la lettre n’arrivera jamais, et le seul coup de fil reçu par l’homme aux plus de 16 000 points en carrière aura finalement agi comme un déclic : il était temps de dire stop.

Les Knicks ? Non merci, j’arrête. C’est même pour ça que j’ai décidé d’arrêter, parce que les Knicks étaient la seule franchise à m’avoir appelé.

La bombe a été lâchée durant le match de la nuit face à Brooklyn et le message est donc clair : quand t’en arrives au point de n’intéresser que les Knicks… il est peut-être temps de te poser les bonnes questions. Et ces questions Richou n’y a pas réfléchi longtemps puisque ce serait donc à la suite de cette réflexion que le garçon aurait décidé d’en finir avec la NBA, peut-être poussé il est vrai par une inimitié pour la franchise de Dolan après avoir passé sept saisons de l’autre côté de la ville. On note également un ton très troll dans les propos de Ricardo mais humour ou pas humour, l’attaque est aussi bonne que validée.

Ça calme, c’est pas sympa sympa, mais voilà qui témoigne en tout cas de la cote de sympathie et de sérieux qui se dégage de la franchise new-yorkaise, peut-être piur cela d’ailleurs – on cherche des raisons hein – que le package Kyrie/KD s’est retrouvé du côté de Brooklyn cet été alors que les Knicks ont finalement récupéré les futurs Hall Of Famers que vous connaissez. Le raccourci est vite fait, on est d’accord, mais il est aussi rapide que le KO infligé cette nuit par Jefferson aux Knicks. Time.

1 Comment

1 Comment

  1. boris druet

    25 novembre 2019 à 9 h 50 min at 9 h 50 min

    violent mais tellement pas surprenant en même temps!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top