Bucks

Les Bucks enchaînent et tapent Portland, 137-129 : Giannis en code Wifi, 24-19-15 pour le Stockton d’Athènes

Giannis Antetokounmpo

Quand ça rentre pas, on distribue.

Source image : NBA League Pass

Après de nombreux matchs joués à l’extérieur, les Bucks sont rentrés à la maison et ont géré des Blazers qui, s’ils ont été combatifs, ont dû rendre les armes au finish. Entouré par de nombreux copains qui ont profité de ses caviars, Giannis a lâché un triple-double de douce qualitey.

Ce n’est pas la performance du siècle qu’on retiendra d’Antetokounmpo, malgré l’apparence impressionnante des chiffres sur la feuille de stats. Moins efficace que d’habitude au scoring, notamment grâce à un petit rideau utile mis en place par Anthony Tolliver et ses copains, le monstre de Milwaukee n’a pas atteint sa trentaine habituelle mais il a su s’ajuster. Giannis a su, au sein de la rencontre, comprendre que certains de ses coéquipiers étaient chauds et il serait plus productif de les nourrir, plutôt que de foncer tête baissée. Ainsi, avec ses 15 caviars qui représentent un nouveau record en carrière, le MVP en titre a mis sa toque sur la tête et servi des petits plats en abondance, ponctuant un triple-double particulièrement généreux (24-19-15 avec un contre et 3 interceptions). Eric Bledsoe, en cut dans la raquette ou dans d’autres positions, s’est mis bien et a confirmé ses récents bons matchs en claquant 30 points cette nuit. Wes Matthews et Brook Lopez, à 6/12 du parking, ont sanctionné quand il fallait. Les Pat Connaughton, Donte DiVicenzo et Sterling Brown du Wisconsin ont eux aussi pu se faire plaisir en contribuant au lourd scoring des Bucks. C’était un match davantage remporté collectivement par Milwaukee que par la seule force du Freak, et c’est pas plus mal ainsi. En face, les Blazers semblaient dans le dur en début de rencontre et ça sentait la branlée à plein nez, mais Skal Labissiere et CJ McCollum notamment ont répondu présent en tenant tête aux Bucks. Nassir Little et Gary Trent Jr, dans leur coin, ont participé à l’effort général, tout comme Carmelo Anthony qui y est allé de ses 18 points en jouissant de ce type de rencontre à haut scoring. Portland n’était pas si loin au final, maintenant le regard dans le money-time avec des tirs culottés de chacun, mais l’ultime run des Bucks a eu raison des visiteurs, qui ont dû s’incliner. La tête haute, sans Lillard ou Whiteside, mais s’incliner quand même.

Milwaukee continue donc sur son excellent rythme de début de saison, et installe des bases prometteuses pour les semaines à venir. En effet, alors qu’on pensait à un potentiel coup de mou de la part de Mike Budenholzer et ses hommes suite à la blessure de Khris Middleton, c’est tout un groupe qui a su se retrousser les manches et assurer la prod locale soir après soir. En 15 rencontres jouées, les Bucks en ont remporté 12 mais ils en ont surtout joué 10 à l’extérieur : cette victoire face à Portland, si elle n’est pas ultra-séduisante, est la première d’une potentielle longue série à domicile. Sur les 14 prochains matchs, 11 seront à Milwaukee et Giannis aura donc une dizaine d’occasions de montrer que le titre de MVP doit rester dans sa clairière. On l’a vu cette nuit, même quand les shoots ne rentrent pas le Freak trouve toujours un moyen de contribuer, ce qu’il devra montrer soir après soir jusqu’à la fin de l’année 2019 s’il veut conserver les Bucks tout en haut de la Conférence Est. Parce que les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules, ce retour à la maison couplé avec cette victoire contre Portland ainsi que la défaite des Celtics à Los Angeles mercredi soir permet à Milwaukee de se rasseoir sur le number one spot, en attendant confirmation. Il sera intéressant de voir quelle équipe fera chuter Ersan Ilyasova et sa bande devant leur public, sachant que la seule armée qui en a été capable jusqu’ici fût celle du Heat, en prolongation. Un début de saison canon, avec des ajustements permanents, sans quitter ce qui fait l’identité de Budenholzer et sa troupe, tout roule pour les Bucks dont on ne parle peut-être… pas assez, comme prétendant au titre en 2020. Allez, on va se calmer avant qu’une horde de fans de Boston ou de Philadelphie ne débarque, tout ce qu’on demande c’est au MVP en titre de taper du poing sur la table avec une belle opportunité sur les 15 prochains matchs.

Ils sont au top, ces Bucks, ils sont en forme, ces Bucks. Sans faire trop de bruit, en trouvant systématiquement un moyen de l’emporter, les boys de Milwaukee reprennent la tête de la Conférence Est et ont un calendrier avantageux jusqu’à Noël. Préparez le popcorn, car ça risque d’être sacrément fun dans le Wisconsin sur les semaines à venir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top