Equipes

Gangs of Los Angeles, Épisode 3 : Paul George is back, la bagarre pour le titre de meilleur duo peut commencer

Miracle, on a enfin vu Kawhi Leonard et Paul George évoluer ensemble !

Source image : Twitter @JakePabloMedia

Connue avant tout pour ses stars, ses strass et ses paillettes, la ville de Los Angeles est devenue en l’espace d’un été l’épicentre de la NBA. Le transfert d’Anthony Davis chez les Lakers de LeBron James, et les arrivées de Kawhi Leonard et Paul George aux Clippers, ont fait de la Cité des Anges la nouvelle capitale du basket mondial. Tous les yeux seront rivés sur le Staples Center, où les deux franchises de L.A. vont se livrer une guerre sans merci pour prendre le pouvoir à Hollywood, avec comme objectif final de remporter le titre NBA. Vous l’avez compris, la bataille s’annonce particulièrement épique, et TrashTalk a ainsi décidé de mettre les petits plats dans les grands en vous proposant une rubrique bimensuelle spécialement dédiée à la grosse rivalité californienne. Place aujourd’hui au troisième épisode de cette série.

# Que nous dit le hype-o-mètre ?

Dans le monde de la NBA, il y a toujours certains joueurs ou certaines équipes qui sont sur le devant de la scène, qui dominent l’actu, qui créent de nombreuses discussions et qui excitent les fans pour diverses raisons. Dans le jargon, on appelle ça la « hype ». Aujourd’hui, à Los Angeles, elle est évidemment énorme avec la présence de LeBron James et Anthony Davis chez les Lakers, et l’association Kawhi Leonard – Paul George aux Clippers. Mais cette hype est aussi partagée entre les deux rivaux, car ils sont des concurrents directs. Tout au long de la saison, elle va plus ou moins basculer d’un côté ou de l’autre selon les résultats de chaque équipe. Dans une ville comme Los Angeles, on sait que chaque victoire comme chaque défaite peut prendre une ampleur démesurée. On va donc se charger de suivre ça à travers un outil maison, le hype-o-mètre.

  • Los Angeles Lakers
  • Bilan : 12-2
  • Série sur la quinzaine : victoire – défaite – victoire – victoire – victoire – victoire – victoire
  • Confrontation directe face aux Clippers : 0-1, défaite 102-112 (22/10)

VS.

  • Los Angeles Clippers
  • Bilan : 10-5
  • Série sur la quinzaine : victoire – défaite – défaite – victoire – victoire – victoire
  • Confrontation directe face aux Lakers : 1-0, victoire 112-102 (22/10)

Suite à la dernière quinzaine, le hype-o-mètre n’a pas bougé et reste en faveur des Lakers, qui ont confirmé leur excellent début de saison en remportant six de leurs sept dernières confrontations, dont cinq à la maison. La seule défaite ? C’était face aux Raptors de… Chris Boucher au Staples Center mais à part cet accident de parcours, les hommes de Frank Vogel ont montré leur supériorité sur une concurrence qui, faut bien l’avouer, n’était pas des plus redoutables (quatre des six succès ont été obtenus contre des équipes en dessous des 50% de victoire). Si la présence de Kobe Bryant au Staples dimanche dernier a été la grande image de la quinzaine, cette belle période californienne est surtout caractérisée par un LeBron James qui contrôle plus que jamais le jeu de son équipe, lui qui est le meilleur distributeur de caviars de toute la ligue aujourd’hui. Il est même rentré un peu plus dans l’histoire en devenant le premier joueur all-time à réaliser un triple-double face aux 30 équipes de la NBA. Encore une stat de folie associée au King. Et celui qui profite bien de tout ça, c’est l’autre superstar Anthony Davis. AD se régale aux côtés d’un LBJ en mode playmaker, et les deux s’entendent déjà remarquablement bien, sur comme en dehors du terrain d’ailleurs. Leurs pick & rolls font des ravages et on sent que la dynamique qui existe entre eux est bien établie. Cependant, on sent aussi que Davis n’est pas vraiment à 100% actuellement avec ses bobos à l’épaule et aux côtes, et on espère qu’il pourra évoluer au maximum de ses capacités bientôt afin qu’on puisse voir ce duo au top de sa forme.

« Notre relation s’améliore de jour en jour, comme dans n’importe quelle relation. Sur le terrain, en dehors du terrain. Si vous passez beaucoup de temps ensemble, et si vous avez les mêmes objectifs et la même motivation, ça se fait naturellement. »

– LeBron James, concernant sa relation avec Anthony Davis (via ESPN).

Les bobos, les absences, c’est l’un des gros thèmes chez les Clippers en ce début de saison, avec en vedette ce fameux terme « load management ». Kawhi Leonard a déjà raté plusieurs rencontres cette année et les débats sur le sujet ont gagné en intensité. Entre la NBA qui a révélé des détails sur l’état physique de Kawhi pour justifier ses absences au grand public (ce que Leonard a considéré comme « choquant » au passage), les Clippers qui ont pris une amende à cause des déclarations de Doc Rivers sur la « bonne santé » de sa star, et les nombreuses discussions qui ont suivi, on se rend bien compte que c’est un thème assez sensible avec beaucoup d’enjeux. Parmi les grands noms qui se sont exprimés là-dessus, Michael Jordan, James Harden, Mark Cuban, mais aussi LeBron, qui a clairement fait savoir qu’il était contre le load management. Dans ce contexte-là, avec un Kawhi qui a manqué trois des six derniers matchs de son équipe et un Landry Shamet à l’infirmerie depuis dix jours, les Clippers ont remporté quatre victoires – toutes au Staples Center – pour deux défaites sur la dernière quinzaine. On retiendra notamment le succès contre les Raptors pour les retrouvailles entre Leonard et ses anciens copains, et celui contre les Celtics durant lequel le duo Kawhi – Paul George a fait ses grands débuts. Le retour en force de PG-13, dont on parlera plus en détails juste en dessous, a bien boosté les Clippers, actuellement quatrièmes à l’Ouest.

# Le fait marquant : le retour de Paul George et les débuts du duo avec Kawhi Leonard

Si la Cité des Anges est devenue en un été le point focal du basket NBA, elle est depuis longtemps un énorme marché médiatique, où tout est filmé, analysé, décortiqué. La rivalité entre les Lakers et les Clippers domine sans aucun doute l’actualité sportive à Los Angeles, et représente la story idéale dans la capitale du cinéma. Alors forcément, les faits marquants vont se succéder au cours de la saison. Des images, des déclarations, des tweets explosifs… bref, impossible de s’ennuyer. Et on est là pour vous faire vivre tout ça à 100%. 

Avec l’arrivée de Kawhi Leonard et Paul George aux Clippers durant l’intersaison, on savait qu’on avait là un duo capable de tout péter en NBA, autant offensivement que défensivement. Mais on savait aussi que PG-13 ne serait pas opérationnel pour le début de la saison suite à ses opérations aux épaules, bien abîmées l’année dernière sous le maillot d’Oklahoma City. Avant la reprise officielle des hostilités, ça parlait d’une absence d’environ dix matchs. Au final, il a fallu attendre jusqu’au 14 novembre et un déplacement à New Orleans pour voir l’ancienne star du Thunder porter ses nouvelles couleurs de Los Angeles. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas perdu de temps pour rappeler à tout le monde qu’il était un candidat au titre de MVP la saison passée. 33 points, 9 rebonds, 4 caviars en 24 minutes. C’est ce qu’on appelle un retour en fanfare. Même si c’était la défense des Pelicans en face et qu’il y a eu une défaite au bout, Paulo a montré que le rodage, c’était pour les autres et qu’il était prêt à maltraiter la concurrence from day one. Il a plus que confirmé deux jours plus tard pour sa grande première au Staples Center, en montant jusqu’à 37 unités dans la victoire des siens contre les Hawks, avant de faire très mal à son ancienne équipe d’OKC à travers un game winner du parking qui a permis aux Clippers de s’imposer 90-88. Phénoménal.

Cependant, si les débuts de Paul George aux Clippers ont été particulièrement kiffants, on voulait surtout avoir un premier aperçu de ce fameux duo avec Kawhi Leonard. Et là, on peut dire que le dernier MVP des Finales a joué avec nos nerfs. Après avoir déjà raté deux matchs pour load management en début de saison, Leonard a fait un séjour prolongé à l’infirmerie à cause d’un bobo au genou survenu lors de la rencontre face à Houston le 13 novembre. Kawhi a ainsi manqué les trois premières sorties de Paulo, et on a dû patienter jusqu’à la rencontre de mercredi face aux Celtics en antenne nationale pour voir les deux superstars sur le parquet ensemble. Une première caractérisée par un match exceptionnel d’intensité face à Boston, mais rempli de maladresses. Dans cette opposition contre les Verts qui s’est terminée en prolongation, on a vu le manque d’automatismes qui existait entre Leonard et George. On a vu les deux superstars rater 23 shoots (7/20 pour Kawhi, 8/18 pour PG-13) au total avec une dizaine de turnovers (5 pertes de balle chacun) au compteur. On a bien compris que malgré le talent immense des deux joueurs, il fallait du temps pour que les Clippers tournent véritablement à plein régime. Sauf que tout cela n’a pas empêché les Angelinos de battre l’un des poids lourds de l’Est en ce début de saison, grâce notamment à un bel effort défensif symbolisé par le contre victorieux de Kawhi sur Kemba Walker. Et de l’autre côté du terrain, Leonard a également fait le spectacle en montant littéralement sur Daniel Theis, tandis que PG-13 s’est montré précieux dans le money time avec le tir primé qui a permis aux Clips de passer définitivement devant en overtime. Bref, les deux superstars ont eu leurs moments, même si au final c’est clairement Patrick Beverley qui a volé la vedette à tout le monde. Sacré Pat Bev !

# Zoom sur une rivalité dans la rivalité : Paul George contre les fans des Lakers

Cette saison, pour la première fois depuis 1984 et l’arrivée des Clippers à Los Angeles, on peut véritablement parler de rivalité entre ces derniers et les Lakers. Jusqu’ici, ce terme était inapproprié à cause de la grosse différence de succès entre les deux équipes de la Cité des Anges. Les Lakers ont enchaîné les titres et les Finales NBA depuis les années 1960, tandis que les Clippers ont longtemps été synonymes de médiocrité. Et quand les Voiliers ont commencé à vraiment faire du bruit à partir de 2011, c’est la mythique franchise pourpre et or qui a violemment décliné. Aujourd’hui, la dynamique est complètement différente. On a deux équipes qui visent le titre suprême en même temps, dans la même ville, et dans la même salle. La rivalité est donc naturelle, mais elle regorge en plus de nombreuses petites histoires passionnantes qui ajoutent du piment à celle-ci. Sans plus attendre, on fait un zoom sur l’une d’entre elles.

Paul George contre les fans des Lakers. Les deux camps avaient déjà une petite histoire en commun même avant l’arrivée de PG-13 aux Clippers, et le tout est désormais accentué étant donné que Paulo évolue chez le voisin. Rappelez-vous, au début de l’année 2019, Paul George s’était lourdement fait siffler par les supporters angelinos lors d’un déplacement du Thunder au Staples Center. Cela n’avait pas empêché la superstar de planter 37 points sur la tête des Lakers, mais l’hostilité du public californien à son égard avait marqué les esprits. Cette hostilité, elle puise véritablement sa source dans le choix de carrière réalisé par PG-13 lors de l’été 2018. Pour ceux qui auraient oublié les détails de l’histoire, les voici. Transféré des Pacers au Thunder une année auparavant alors qu’il était sur le point de rentrer dans la dernière saison de son contrat, George décide de prolonger à Oklahoma City bien avant le début de la Free Agency. Il décide non seulement de prolonger à OKC, mais en plus il ne prend même pas le temps de discuter autour d’une table avec les Lakers, envers lesquels il avait pourtant montré son intérêt bien avant de continuer l’aventure au Thunder. Sans surprise, les fans de L.A. prennent ça comme une insulte, eux qui espéraient bien évidemment voir Paulo rentrer à la maison, lui qui est originaire de Palmdale, une ville située dans la banlieue de Los Angeles.

Donc pour résumer la situation, Paul George a d’abord lâché un fuck à la franchise pourpre et or en optant pour une prolongation de contrat avec Oklahoma City en 2018, une décision visiblement influencée par le manque d’entrain des Lakers à son égard après sa demande de transfert, eux qui ne voulaient pas céder une trop grande contrepartie car persuadés qu’ils pouvaient le signer en tant que free agent. Mais en plus de tout ça, il évolue désormais chez l’ennemi les Clippers, où il forme aujourd’hui un duo de feu avec une autre star originaire de Los Angeles, qui n’est pas très appréciée non plus par la Lakers Nation. On parle bien entendu de Kawhi Leonard, auteur d’un magnifique coup de maître durant l’été dernier, où il a laissé LeBron et Cie espérer pendant qu’il réalisait des manœuvres secrètes pour monter sa propre armée dans la Cité des Anges. On se rappelle des sifflets balancés à l’encontre de Kawhi lors du match d’ouverture entre les deux équipes de L.A., il est certain que Paulo recevra le même traitement lors du prochain derby angelino.

# L’instant culture : la « vraie » bataille de Los Angeles

Aussi énorme par sa superficie qu’importante à travers sa place dans la culture américaine, Los Angeles est une ville vraiment pas comme les autres. Une ville qui a connu beaucoup d’événements marquants et de personnages légendaires dans sa riche histoire. On a ainsi voulu élargir un peu notre rubrique pour s’intéresser à des aspects qui dépassent le cadre du basket, tout en gardant évidemment ce lien avec la balle orange et les deux franchises de la Cité des Anges. Au menu du jour, la « vraie » bataille de Los Angeles, celle de 1942.

Si la bataille de Los Angeles fait référence aujourd’hui au gros duel que se livrent les Lakers et les Clippers, elle correspond également à un événement historique mystérieux qui s’est déroulé en février 1942 dans la Cité des Anges. Petit rappel du contexte, on est là deux mois et demi après l’attaque des Japonais sur Pearl Harbor, qui a poussé les États-Unis à rentrer de plain-pied dans la Deuxième Guerre mondiale. Forcément, le climat est très tendu sur la côte Ouest des States, où tout le monde flippe par rapport à la possibilité d’une nouvelle attaque du Japon.

Suite au bombardement d’Ellwood le 23 février 1942, événement correspondant à l’attaque d’un sous-marin japonais sur un champ pétrolifère américain près de Santa Barbara, la parano atteint des sommets et l’alerte est lancée concernant l’arrivée d’une nouvelle attaque nipponne. Dans la nuit du 24 au 25 février, des objets non identifiés et lumineux apparaissent dans le ciel californien. En réponse, la DCA (Défense Contre Aéronef) ouvre le feu et bombarde sans s’arrêter pendant une bonne partie de la nuit, pensant faire face à l’aviation japonaise. Un véritable feu d’artifice.

Sauf qu’au final, c’était une… fausse alerte d’après les propos de Frank Knox, le Secrétaire à la Marine des États-Unis. Un discours qui a donné naissance à de nombreuses spéculations sur cet épisode et ces objets lumineux, que ce soit directement après ou au fur et à mesure des années. Les Japonais ont confirmé plus tard la version de Knox en assurant qu’ils n’avaient pas envoyé d’avions au-dessus de Los Angeles cette nuit-là, et même durant l’intégralité de la guerre.

Cet événement a inspiré Steven Spielberg avec son film « 1941 », ainsi que Jonathan Liebesman, le réalisateur de « World Invasion : Battle Los Angeles ».

« Gangs of Los Angeles », c’est la série à suivre pour vivre à fond la grosse bataille de la Cité des Anges entre les Lakers et les Clippers. Sur comme en dehors du terrain, vous saurez tout. On vous donne désormais rendez-vous le vendredi 6 décembre prochain pour la sortie du quatrième épisode, qui réservera sans aucun doute beaucoup de surprises.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top