Equipes

Gangs of Los Angeles, Épisode 2 : au tour des Lakers de prendre les commandes de la Cité des Anges

Six victoires de suite, la première place à l’Ouest, un duo LeBron – AD en feu… ça tourne à plein régime chez les Lakers !

Source image : Dailymotion - beIN Sports

Connue avant tout pour ses stars, ses strass et ses paillettes, la ville de Los Angeles est devenue en l’espace d’un été l’épicentre de la NBA. Le transfert d’Anthony Davis chez les Lakers de LeBron James, et les arrivées de Kawhi Leonard et Paul George aux Clippers, ont fait de la Cité des Anges la nouvelle capitale du basket mondial. Tous les yeux seront rivés sur le Staples Center, où les deux franchises de L.A. vont se livrer une guerre sans merci pour prendre le pouvoir à Hollywood, avec comme objectif final de remporter le titre NBA. Vous l’avez compris, la bataille s’annonce particulièrement épique, et TrashTalk a ainsi décidé de mettre les petits plats dans les grands en vous proposant une rubrique bimensuelle spécialement dédiée à la grosse rivalité californienne. Allez, c’est parti pour le deuxième épisode de cette série. 

# Que nous dit le hype-o-mètre ?

Dans le monde de la NBA, il y a toujours certains joueurs ou certaines équipes qui sont sur le devant de la scène, qui dominent l’actu, qui créent de nombreuses discussions et qui excitent les fans pour diverses raisons. Dans le jargon, on appelle ça la « hype ». Aujourd’hui, à Los Angeles, elle est évidemment énorme avec la présence de LeBron James et Anthony Davis chez les Lakers, et l’association Kawhi Leonard – Paul George aux Clippers. Mais cette hype est aussi partagée entre les deux rivaux, car ils sont des concurrents directs. Tout au long de la saison, elle va plus ou moins basculer d’un côté ou de l’autre selon les résultats de chaque équipe. Dans une ville comme Los Angeles, on sait que chaque victoire comme chaque défaite peut prendre une ampleur démesurée. On va donc se charger de suivre ça à travers un outil maison, le hype-o-mètre.

  • Los Angeles Lakers
  • Bilan : 6-1
  • Série sur la quinzaine : victoire – victoire – victoire – victoire – victoire – victoire
  • Confrontation directe face aux Clippers : 0-1, défaite 102-112 (22/10)

VS.

  • Los Angeles Clippers
  • Bilan : 6-3
  • Série sur la quinzaine : défaite – victoire – défaite – victoire – victoire – défaite – victoire
  • Confrontation directe face aux Lakers : 1-0, victoire 112-102 (22/10)

Le hype-o-mètre a changé de camp. Il y a deux semaines, il penchait légèrement vers les Clippers après leur victoire dans la première bataille de Los Angeles. Mais avec les très gros résultats des Lakers sur la dernière quinzaine et les quelques défaites des hommes de Doc Rivers, on était obligés de basculer l’aiguille du côté pourpre et or. LeBron James et ses copains restent sur six victoires consécutives et se retrouvent aujourd’hui en tête de la Conférence Ouest. À leur tableau de chasse ? Le Jazz, les Hornets, les Grizzlies, les Mavericks, les Spurs et les Bulls. Pas forcément le calendrier le plus difficile, mais pas non plus un parcours de santé. Au cœur de cette série de victoires, il y a évidemment les deux superstars, LeBron et Anthony Davis, qui réalisent un début de saison XXL. Le King accumule les triple-doubles comme des perles, alors qu’AD a été nommé meilleur joueur de la deuxième semaine à l’Ouest. Des monstres. Mais les Lakers ne se reposent pas uniquement sur le talent de leurs superstars. Si les hommes de Frank Vogel sont aujourd’hui au top de la hiérarchie, c’est aussi et surtout grâce à leur solidité défensive. LeBron a redécouvert le mot défense et c’est tout le collectif qui brille de ce côté-là du terrain. Également au rayon des satisfactions, le pivot Dwight Howard, excellent dans son rôle d’éboueur de luxe. Pour l’instant, D39 est irréprochable et son apport des deux côtés du terrain est indiscutable. Enfin, on peut souligner aussi le retour de Kyle Kuzma, qui a retrouvé les terrains à Dallas et qui reste sur une belle perf à Chicago, où il a été à l’origine du superbe come-back des Lakers dans le quatrième quart-temps.

En parlant de retour, les Clippers vont bientôt retrouver Paul George. L’autre superstar de Los Angeles devrait en effet revenir au cours de la semaine prochaine pour faire ses grands débuts avec sa nouvelle équipe, ce qui permettra logiquement aux hommes de Doc Rivers d’être un peu moins dépendants de Kawhi Leonard. Parce que sur la dernière quinzaine, les Clippers ont perdu à trois reprises, dont deux fois en l’absence du dernier MVP des Finales. Le mode load management a déjà été enclenché dans la Cité des Anges et face à des équipes comme Milwaukee ou Utah, c’est difficile de s’imposer sans votre meilleur joueur. Heureusement, quand Kawhi est sur le parquet, les Clips ne laissent pas échapper beaucoup de matchs, avec seulement une défaite face aux Suns, pour six victoires au total. En même temps, Leonard fait tout ce qu’il faut pour guider ses nouveaux coéquipiers vers la victoire. Il score, il défend, il fait bien jouer ses copains et surtout, il enchaîne les gros quatrièmes quart-temps. Face à San Antonio, Utah ou encore Portland la nuit dernière, Kawhi n’a pas toujours été très adroit au shoot mais il a réussi à faire la différence à chaque fois dans l’ultime période. Un véritable tueur. On se doit aussi de noter les grosses perfs de Lou Williams et Montrezl Harrell, qui évoluent sur le même rythme que la saison dernière, tout en faisant une petite dédicace au coach Doc Rivers, qui a atteint la barre des 900 wins contre les Blazers. Chapeau Doc !

# Le fait marquant : LeBron James continue de marquer l’histoire

Si la Cité des Anges est devenue en un été le point focal du basket NBA, elle est depuis longtemps un énorme marché médiatique, où tout est filmé, analysé, décortiqué. La rivalité entre les Lakers et les Clippers domine sans aucun doute l’actualité sportive à Los Angeles, et représente la story idéale dans la capitale du cinéma. Alors forcément, les faits marquants vont se succéder au cours de la saison. Des images, des déclarations, des tweets explosifs… bref, impossible de s’ennuyer. Et on est là pour vous faire vivre tout ça à 100%. 

La saison dernière, sa toute première sous le maillot des Lakers, LeBron James a connu un coup d’arrêt dans sa longue et monstrueuse carrière. Une blessure bien chiante à l’aine, des résultats collectifs très décevants, un bordel sans nom au sein de sa nouvelle franchise et des vacances dès la mi-avril. Évidemment, ce n’était pas ce qu’il avait envisagé en signant dans la Cité des Anges. Le King restait quand même sur huit Finales NBA consécutives et 13 campagnes de Playoffs de suite. Donc clairement, c’était un échec, autant sur le plan individuel que collectif. Mais depuis le début de la saison 2019-20, on sent un LeBron focus des deux côtés du terrain et ses performances parlent d’elles-mêmes, à tel point qu’il dépoussière le livre des records des Lakers. Sur le mois de novembre, James a enchaîné pas moins de trois triple-doubles consécutifs, avec trois victoires à la clé pour Los Angeles. Le premier, c’était face à Dallas dans un duel exceptionnel contre Luka Doncic. Il a ensuite enchaîné face aux Spurs, avant de maltraiter les Bulls au United Center. Trois triple-doubles qui ont permis à Bronbron de rejoindre un certain Magic Johnson dans l’histoire de la mythique franchise californienne. En effet, James est devenu le premier joueur depuis Magic à réaliser un tel exploit. Le légendaire meneur avait enchaîné quatre rencontres en trois dimensions en… 1987. Ça remonte hein. Bref, du lourd de la part du Roi mais là où ça devient encore plus intéressant, c’est quand il a laissé un petit message sur les réseaux sociaux après sa performance.

Hashtag WashedKing, avec l’émoji doigt sur la bouche et la petite couronne qui va avec. Ça veut dire ce que ça veut dire. Ce tweet est bien évidemment destiné à tous ceux qui remettent en question la capacité de LeBron à dominer la concurrence après la saison ratée de l’an dernier. Avec sa blessure et l’échec des Lakers lors de sa première campagne en Californie, James a pris pas mal de critiques dans la bouche et veut désormais fermer celle de ses haters et autres détracteurs. Il veut montrer qu’il est loin d’être cramé malgré les nombreux kilomètres au compteur, lui qui est actuellement dans sa 17ème saison NBA en carrière, le tout à bientôt 35 balais. En clair, il est aujourd’hui en mission et ça se voit à travers ses performances sur les parquets. En jambes après une intersaison bien plus longue que d’habitude, James semble revigoré autant physiquement que mentalement et faut bien dire que c’est assez flippant. Il faudra voir s’il gardera un tel rythme pendant toute la saison régulière, car le plus important sera évidemment d’arriver en Playoffs dans la meilleure forme possible mais ce qui est sûr, c’est que le King n’est pas encore prêt à délaisser son trône.

# Zoom sur une rivalité dans la rivalité : LeBron James contre Kawhi Leonard

Cette saison, pour la première fois depuis 1984 et l’arrivée des Clippers à Los Angeles, on peut véritablement parler de rivalité entre ces derniers et les Lakers. Jusqu’ici, ce terme était inapproprié à cause de la grosse différence de succès entre les deux équipes de la Cité des Anges. Les Lakers ont enchaîné les titres et les Finales NBA depuis les années 1960, tandis que les Clippers ont longtemps été synonymes de médiocrité. Et quand les Voiliers ont commencé à vraiment faire du bruit à partir de 2011, c’est la mythique franchise pourpre et or qui a violemment décliné. Aujourd’hui, la dynamique est complètement différente. On a deux équipes qui visent le titre suprême en même temps, dans la même ville, et dans la même salle. La rivalité est donc naturelle, mais elle regorge en plus de nombreuses petites histoires passionnantes qui ajoutent du piment à celle-ci. Sans plus attendre, on fait un zoom sur l’une d’entre elles.

LeBron James contre Kawhi Leonard. Le King versus The Klaw. Ces deux-là se connaissent depuis un petit moment et ils se sont livrés de nombreuses batailles de très haut niveau au fur et à mesure des années. Parmi elles, on se souvient bien évidemment des deux Finales NBA entre le Heat et les Spurs en 2013 et 2014. À l’époque, lors de ses premières années dans la Grande Ligue, Leonard n’était pas encore cet incroyable two-way player qu’il est aujourd’hui, mais il était déjà un défenseur redoutable ainsi qu’un joueur capable de contribuer offensivement. Durant ces deux séries, la défense de Kawhi sur LeBron avait été remarquable, même si ce dernier parvenait toujours à peser et faire ses stats. En 2013, c’est James qui était ressorti vainqueur avec le titre NBA et celui de MVP des Finales en poche, mais Leonard avait tout raflé l’année suivante lors de la revanche des Spurs. Depuis, Kawhi a connu une ascension exceptionnelle sur le plan offensif, jusqu’à devenir l’un des meilleurs joueurs du monde, tandis que le King a continué à dominer son sport malgré le poids des années. Aujourd’hui, les deux superstars se retrouvent dans la même ville, et chacun veut prouver qu’il est le patron. D’un côté, on a un LeBron revanchard après l’échec de l’an dernier et les nombreuses critiques à son sujet, et de l’autre, on a un Kawhi au sommet qui reste sur un titre NBA légendaire avec les Raptors. Vous l’avez compris, il y a une suprématie individuelle qui se joue en ce moment même dans la Cité des Anges.

Le passé commun entre les deux joueurs et leur niveau respectif rendent donc ce duel particulièrement alléchant. Mais cette rivalité dans la rivalité possède encore d’autres dimensions. D’abord, en choisissant les Clippers durant l’intersaison, Kawhi a clairement fait comprendre à LeBron qu’il préférait gagner face à lui plutôt qu’avec lui. Car Leonard aurait pu former un Big Three avec le King et Anthony Davis aux Lakers, mais il a finalement monté son propre duo avec Paul George chez le voisin les Clippers. Message envoyé. Ensuite, James et Leonard vont se battre pour l’histoire cette saison. En effet, les deux peuvent rentrer encore un peu plus dans la légende en cas de titre à Los Angeles. Avec Kareem Abdul-Jabbar, LeBron et Kawhi sont les seuls joueurs à avoir remporté un titre de MVP des Finales avec deux franchises différentes. James a réussi à emmener Miami (2012, 2013) et Cleveland (2016) au sommet, tandis que Leonard a été nommé meilleur joueur de l’ultime série avec San Antonio (2014) et Toronto (2019). Aujourd’hui respectivement aux Lakers et aux Clippers, LeBron et Kawhi ont donc l’occasion de guider une troisième franchise vers le titre NBA, ce qui n’a jamais été fait auparavant. On a ainsi deux monstres du jeu qui veulent marquer l’histoire de la Grande Ligue à Hollywood, et ça promet des duels légendaires à l’avenir.

# L’instant culture : la controverse Los Angeles Times – Staples Center

Aussi énorme par sa superficie qu’importante à travers sa place dans la culture américaine, Los Angeles est une ville vraiment pas comme les autres. Une ville qui a connu beaucoup d’événements marquants et de personnages légendaires dans sa riche histoire. On a ainsi voulu élargir un peu notre rubrique pour s’intéresser à des aspects qui dépassent le cadre du basket, tout en gardant évidemment ce lien avec la balle orange et les deux franchises de la Cité des Anges. Au menu du jour, la controverse liée à un arrangement entre le Los Angeles Times et le Staples Center en 1999. 

Fondé en décembre 1881, le Los Angeles Times fait partie des quotidiens les plus influents aux États-Unis et il représente le journal numéro un de la Cité des Anges. Bien évidemment, il suit de près l’actualité sportive locale et lorsque le Staples Center, la salle des Lakers et des Clippers, était sur le point d’ouvrir ses portes en 1999, il a voulu faire les choses en grand en proposant un magazine de 168 pages sur la nouvelle arène située au niveau de Downtown Los Angeles.

Ce magazine a été publié le 10 octobre 1999, quelques jours avant un concert de Bruce Springsteen marquant l’ouverture du Staples Center. Mais une grande controverse a ensuite touché le Los Angeles Times. En effet, les journalistes travaillant pour ce dernier et les lecteurs ont appris que le journal avait signé un arrangement avec le Staples Center concernant le partage des revenus liés à ce magazine. Les reporters et les rédacteurs du Los Angeles Times, y compris ceux qui ont travaillé sur le magazine, n’étaient effectivement pas au courant de ce partenariat, qui représentait un conflit d’intérêt car il mélangeait l’aspect éditorial et commercial du journal. Résultat, plus de 300 membres du Los Angeles Times ont signé une pétition pour obtenir des excuses de la part de l’éditrice Kathryn Downing. Forcément, après un tel épisode, la crédibilité et la réputation du journal ont pris un coup. On peut donc comprendre leur frustration, d’autant plus que c’est aussi leur intégrité qui a été remise en question, et plus généralement celle du métier de journaliste.

« Gangs of Los Angeles », c’est la série à suivre pour vivre à fond la grosse bataille de la Cité des Anges entre les Lakers et les Clippers. Sur comme en dehors du terrain, vous saurez tout. On vous donne désormais rendez-vous le vendredi 22 novembre prochain pour la sortie du troisième épisode, qui réservera sans aucun doute beaucoup de surprises.  

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top