Equipes

Gangs of Los Angeles, Épisode 1 : la guerre Lakers – Clippers a officiellement démarré, la Cité des Anges est en feu

« Gangs of Los Angeles », c’est la série à suivre pour vivre à fond la bataille de la Cité des Anges.

Source image : YouTube

Connue avant tout pour ses stars, ses strass et ses paillettes, la ville de Los Angeles est devenue en l’espace d’un été l’épicentre de la NBA. Le transfert d’Anthony Davis chez les Lakers de LeBron James, et les arrivées de Kawhi Leonard et Paul George aux Clippers, ont fait de la Cité des Anges la nouvelle capitale du basket mondial. Tous les yeux seront rivés sur le Staples Center, où les deux franchises de L.A. vont se livrer une guerre sans merci pour prendre le pouvoir à Hollywood, avec comme objectif final de remporter le titre NBA. Vous l’avez compris, la bataille s’annonce particulièrement épique, et TrashTalk a ainsi décidé de mettre les petits plats dans les grands en vous proposant une rubrique bimensuelle spécialement dédiée à la grosse rivalité californienne. On attaque sans plus attendre avec le tout premier épisode de cette série. 

# Que nous dit le hype-o-mètre ?

Dans le monde de la NBA, il y a toujours certains joueurs ou certaines équipes qui sont sur le devant de la scène, qui dominent l’actu, qui créent de nombreuses discussions et qui excitent les fans pour diverses raisons. Dans le jargon, on appelle ça la « hype ». Aujourd’hui, à Los Angeles, elle est évidemment énorme avec la présence de LeBron James et Anthony Davis chez les Lakers, et l’association Kawhi Leonard – Paul George aux Clippers. Mais cette hype est aussi partagée entre les deux rivaux, car ils sont des concurrents directs. Tout au long de la saison, elle va plus ou moins basculer d’un côté ou de l’autre selon les résultats de chaque équipe. Dans une ville comme Los Angeles, on sait que chaque victoire comme chaque défaite peut prendre une ampleur démesurée. On va donc se charger de suivre ça à travers un outil maison, le hype-o-mètre.

  • Los Angeles Lakers
  • Bilan : 0-1
  • Série en cours : défaite
  • Confrontation directe face aux Clippers : 0-1, défaite 102-112 (22/10)

VS.

  • Los Angeles Clippers
  • Bilan : 2-0
  • Série en cours : victoire – victoire
  • Confrontation directe face aux Lakers : 1-0, victoire 112-102 (22/10)

Après les premiers jours de saison régulière, le hype-o-mètre penche logiquement du côté des Clippers. En s’imposant 112-102 face à LeBron James, Anthony Davis et Cie, Kawhi Leonard et ses nouveaux potes ont fait passer un message lors du match d’ouverture au Staples Center. La rencontre a été suivie par toute la planète basket, et les hommes de Doc Rivers ont montré leur supériorité malgré l’absence d’un certain Paul George, toujours en convalescence suite à ses deux opérations aux épaules. Les Lakers étaient pourtant bien partis avec un début de match en mode Kings of L.A., mais ça n’a pas duré à cause d’un Kawhi qui a commencé à sérieusement chauffer et une second unit des Clippers toujours aussi performante sous l’impulsion de Lou Williams et Montrezl Harrell. Et quand vous ajoutez à ça un Patrick Beverley en mode Game 7 de Playoffs, eh bien ça fait un peu beaucoup pour une équipe des Lakers moins avancée sur le plan collectif. Faut dire aussi que le duo LeBron – AD n’a pas été particulièrement à la fête. Chauds en début de match, les deux monstres ont progressivement disparu de la circulation, laissant à Danny Green le costume de franchise player.

Cette victoire des Clippers a évidemment fait beaucoup de bruit à Los Angeles ainsi que dans l’univers de la NBA. Chaque opposition entre les deux franchises de la Cité des Anges sera un match un peu différent des autres, et l’équipe la moins prestigieuse de L.A. a remporté le premier round. Mais les Voiliers ne se sont pas arrêtés là. La nuit dernière, ils ont rendu visite aux Warriors à San Francisco pour l’inauguration du magnifique Chase Center. On peut dire qu’ils ont gâché la fête les vilains. Victoire 141-122 face aux Dubs, bonjour la violence. Visiblement, Kawhi Leonard aime se farcir Golden State avec son équipe, lui qui a fermé les portes de l’Oracle Arena avec le trophée de champion sous le bras il y a quelques mois. À côté de Kawhi, le collectif des Clippers a torturé ces Warriors new-look devant leur public, en dominant dans quasiment tous les compartiments du jeu. Quant aux Lakers, ils n’ont pas encore retrouvé les parquets depuis leur défaite inaugurale. La bande à LeBron James va jouer sa deuxième rencontre de la saison la nuit prochaine, face au Jazz au Staples Center. Un autre gros morceau de l’Ouest, pas idéal pour rebondir et lancer sa campagne.

# Le fait marquant : Kawhi Leonard sifflé au Staples Center

Si la Cité des Anges est devenue en un été le point focal du basket NBA, elle est depuis longtemps un énorme marché médiatique, où tout est filmé, analysé, décortiqué. La rivalité entre les Lakers et les Clippers domine sans aucun doute l’actualité sportive à Los Angeles, et représente la story idéale dans la capitale du cinéma. Alors forcément, les faits marquants vont se succéder au cours de la saison. Des images, des déclarations, des tweets explosifs… bref, impossible de s’ennuyer. Et on est là pour vous faire vivre tout ça à 100%. 

Pour un match de saison régulière, le Staples Center a rarement été aussi bruyant que lors de l’Opening Night. La première confrontation entre les Lakers et les Clippers avait clairement des allures de Playoffs car l’atmosphère était électrique. Et il n’a pas fallu attendre le jump ball pour que ça chauffe entre les deux rivaux. Juste avant le début de la rencontre, Kawhi Leonard a pris la parole pour envoyer un message à la Clipper Nation en vue de la saison à venir. On sait que Kawhi n’est pas un grand spécialiste de la comm’ – son « Hey, Hey, Hey » en mode daron pour commencer son speech est déjà légendaire – mais les fans des Lakers ont été sans pitié avec lui. Ces derniers, qui visiblement ragent encore par rapport à sa décision de rejoindre les Clippers au lieu de leur équipe adorée, ont sifflé le natif de Los Angeles pendant qu’il était au micro, et même avant durant l’introduction des joueurs. Une image marquante étant donné que sur le papier, l’équipe qui jouait à la maison était celle qui évolue en rouge et bleu. Cela prouve bien que Los Angeles appartient toujours aux Lakers.

Évidemment, les supporters des Lakers ont continué leur show pendant la rencontre. Kawhi sur la ligne des lancers-francs ? Une occasion rêvée pour lui crier dans les oreilles. Kawhi qui rate un shoot ? Parfait pour célébrer. Bon, derrière, Leonard a fermé pas mal de bouches en plantant notamment sept tirs consécutifs en première mi-temps, pour le plus grand bonheur des fans des Clippers. Et puis de toute manière, on sait que le dernier MVP des Finales n’est pas du genre à se laisser perturber par les mecs en tribunes. Leonard, c’est plutôt l’assassin à sang froid qui vient, qui joue, et qui repart avec la win. C’est exactement ce qu’il a fait mardi, où il a guidé sa nouvelle équipe vers une victoire 112-102 en terminant meilleur marqueur de la rencontre, avec 30 points au compteur. Le dernier mot, il était pour Kawhi, comme souvent.

# Zoom sur une rivalité dans la rivalité : le grand frère contre le petit frère

Cette saison, pour la première fois depuis 1984 et l’arrivée des Clippers à Los Angeles, on peut véritablement parler de rivalité entre ces derniers et les Lakers. Jusqu’ici, ce terme était inapproprié à cause de la grosse différence de succès entre les deux équipes de la Cité des Anges. Les Lakers ont enchaîné les titres et les Finales NBA depuis les années 1960, tandis que les Clippers ont longtemps été synonymes de médiocrité. Et quand les Voiliers ont commencé à vraiment faire du bruit à partir de 2011, c’est la mythique franchise pourpre et or qui a violemment décliné. Aujourd’hui, la dynamique est complètement différente. On a deux équipes qui visent le titre suprême en même temps, dans la même ville, et dans la même salle. La rivalité est donc naturelle, mais elle regorge en plus de nombreuses petites histoires passionnantes qui ajoutent du piment à celle-ci. Sans plus attendre, on fait un zoom sur l’une d’entre elles.

Le grand frère contre le petit frère. Voilà comment on pourrait caractériser la rivalité naissante entre les Lakers et les Clippers. Soyons clairs d’entrée, Los Angeles appartient avant tout à la franchise pourpre et or, peu importe les résultats sportifs année après année. Cette dernière a collectionné les titres NBA sous l’impulsion de certains des plus grands joueurs de l’histoire de la NBA. Magic Johnson, Kobe Bryant, Kareem Abdul-Jabbar, Shaquille O’Neal, Jerry West, Wilt Chamberlain et d’autres encore ont fièrement porté le maillot des Lakers, et on ne compte plus les numéros retirés au plafond du Staples Center. Il existe une véritable aura autour de cette franchise, l’une des plus grandes du sport US. En face, le palmarès des Clippers fait bien rigoler. Zéro titre, zéro maillot retiré, aucune participation aux Finales NBA. Si l’on excepte la période Lob City entre 2011 et 2017, c’est le désert. Difficile de faire plus extrême comme contraste, et c’est spécifiquement cette dynamique particulière qui donne un aspect très intéressant à cette rivalité.

Parce que oui, les Clippers ont aujourd’hui une occasion en or pour écrire la plus belle page de leur histoire, tout ça au nez et à la barbe des Lakers, alors que les yeux du monde entier sont fixés sur Los Angeles. Historiquement et au niveau du prestige, les Voiliers ne peuvent évidemment pas rivaliser avec leurs colocataires du Staples Center. Par contre, ils peuvent montrer leur supériorité sur le plan purement sportif. Les arrivées de Kawhi Leonard et Paul George, deux enfants du pays, ont permis aux Clippers de changer de dimension, eux qui sont aujourd’hui considérés comme l’un des grands favoris pour remporter le titre NBA. Ils ont tout ce qu’il faut pour arriver au bout. Des superstars, des morts de faim, un gros collectif, un coach déjà bagué, un management au top, la totale quoi. Ils ont aussi cette envie de se démarquer du bling bling qui caractérise tellement bien les Lakers, et de fermer le clapet de leurs nombreux fans, jamais timides pour exprimer leur sentiment de supériorité. Longtemps moqués pour leur nullité sur le terrain et l’incompétence de leur ancien propriétaire Donald Sterling, les Clippers ne font plus rire personne aujourd’hui, mais c’est uniquement à travers une bannière de champion qu’ils arriveront à sortir de l’ombre imposante des Lakers à Los Angeles. Ce sera donc très excitant de voir cette bataille entre la franchise historique de L.A. d’un côté, et celle qui est beaucoup moins prestigieuse de l’autre.

# L’instant culture : les Lakers et les Clippers pendant les émeutes de Los Angeles

Aussi énorme par sa superficie qu’importante à travers sa place dans la culture américaine, Los Angeles est une ville vraiment pas comme les autres. Une ville qui a connu beaucoup d’événements marquants et de personnages légendaires dans sa riche histoire. On a ainsi voulu élargir un peu notre rubrique pour s’intéresser à des aspects qui dépassent le cadre du basket, tout en gardant évidemment ce lien avec la balle orange et les deux franchises de la Cité des Anges. Au menu du jour, la place des Lakers et des Clippers pendant les émeutes de 1992. 

Pendant six jours, du 29 avril 1992 au 4 mai, la ville de Los Angeles a vécu dans un climat de violence extrême. Six jours marqués par des pillages, des meurtres, des flammes, et de terribles affrontements entre les forces de l’ordre, certains groupes ethniques touchés par le racisme et la pauvreté, et d’autres communautés. À l’origine de ce terrible épisode, l’acquittement de quatre policiers blancs concernant le passage à tabac de l’Afro-américain Rodney King, une scène filmée et exposée aux yeux de tous à travers sa diffusion à la télévision.

Dans ce contexte hardcore, le basket était évidemment loin de faire la une de l’actu. Mais les deux équipes de Los Angeles étaient qualifiées en Playoffs cette année-là. Les Lakers étaient opposés aux Trail Blazers lors du premier tour, alors que Clippers affrontaient le Jazz. Comme vous pouvez l’imaginer, la violence dans les rues de L.A. a chamboulé le programme car il fallait assurer avant tout la sécurité des joueurs, des entraîneurs et des fans.

L’acquittement des policiers est tombé seulement quelques heures avant le Game 3 entre les Lakers et Portland, prévu au Great Western Forum d’Inglewood. Un match définitivement à part puisque la ville a commencé à s’embraser juste avant le début de la rencontre. Pendant que les joueurs s’affrontaient sur le parquet, des affrontements d’une tout autre ampleur se déroulaient en dehors. Pour limiter les risques au maximum, le speaker de la salle a notamment indiqué aux fans présents au Forum les secteurs à éviter absolument. Idem pour les joueurs après le match. Le Game 4 de la série a logiquement été délocalisé, et il s’est déroulé le 3 mai à Las Vegas, au Thomas & Mack Center. Les Lakers se sont inclinés et ont quitté les Playoffs.

Quant aux Clippers, ils avaient joué leur Game 3 face au Jazz le jour juste avant le début des émeutes. Là aussi, c’était tout simplement impossible de disputer la quatrième rencontre au Los Angeles Memorial Sports Arena, leur salle de l’époque. Après des négociations avec la NBA, la rencontre a finalement été jouée du côté du Convention Center d’Anaheim, également le 3 mai. Pour la petite histoire, les Clippers s’étaient imposés ce jour-là pour décrocher une victoire très symbolique, avant de tomber à Salt Lake City lors du Game 5 décisif.

Le joueur des Lakers Sedale Threatt juste après le Game 3 entre les Lakers et les Blazers. (Source image : YouTube)

« Gangs of Los Angeles », c’est la série à suivre pour vivre à fond la grosse bataille de la Cité des Anges entre les Lakers et les Clippers. Sur comme en dehors du terrain, vous saurez tout. On vous donne désormais rendez-vous le vendredi 8 novembre prochain pour la sortie du deuxième épisode, qui réservera sans aucun doute beaucoup de surprises.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top