Rockets

James Harden a donc marqué 373 points lors des 10 premiers matchs : une première depuis un demi-siècle, mais où s’arrêtera-t-il ?

Probablement avant les Finales NBA, mais à voir. En tout cas, il continue de marquer l’histoire au scoring.

Source image : NBA League Pass

Auteur d’une campagne historique au scoring la saison dernière, James Harden est reparti sur des bases folles cette année, Russell Westbrook ou pas Russell Westbrook. La preuve, en 50 ans, aucun joueur n’avait marqué autant de points sur les 10 premiers matchs d’une saison. Michael Jordan, merci de laisser ta place.

373 exactement. 10 matchs joués, 373 points marqués, 37,3 pions par rencontre. Un demi-siècle qu’on n’avait pas vu un joueur monter aussi haut. En plantant 39 unités sur le parquet des Pelicans cette nuit, James Harden a encore une fois inscrit son nom dans le livre des records du scoring NBA. On a pris l’habitude avec lui, surtout lors de la saison dernière, mais on est toujours autant impressionnés quand il efface des tablettes un mec comme Michael Jordan. Le légendaire numéro 23 des Bulls avait tourné à 36,9 points de moyenne lors des 10 premiers matchs de la saison 1988-89, et Harden vient donc de le dépasser. Pourtant, ce n’était pas gagné quand on regarde le scénario de la rencontre entre New Orleans et Houston. Parce qu’en première mi-temps, le MVP 2018 a été limité à 11 points, et il a entamé le dernier quart avec « seulement » 20 unités au compteur. Mais comme souvent avec le Barbu, ça peut vite se transformer en calvaire pour la défense, et les Pelicans ont subi de plein fouet l’immense talent de l’arrière lors de l’ultime période, où il a marqué 19 pions. Sur ces 10 premiers matchs, Harden a notamment atteint la barre des 40 à quatre reprises, et a failli atteindre celle des 60 face aux Wizards lors du quatrième match de la saison. Depuis cette rencontre à Washington, la superstar des Fusées a marqué au minimum 29 points à chaque sortie. Une machine.

Alors oui, certains pointeront du doigt, à juste titre d’ailleurs, son manque d’efficacité au tir depuis le début de la saison, lui qui tourne à des pourcentages vraiment pas fameux. 40,7% de réussite, 29,8% du parking, c’est vrai que c’est assez moche, surtout quand on sait que le mec prend plus de 24 tirs par rencontre, dont environ 14 derrière la ligne des trois points. Il a commencé sa campagne avec une belle collection de briques mais on reconnaît les grands attaquants à leur capacité à trouver n’importe quel moyen pour scorer. Et quand ça foire au shoot chez Harden, il y a toujours les lancers francs pour sauver la mise. Grand spécialiste pour provoquer les fautes, le Barbu a déjà marqué… 133 lancers cette saison, pour 151 tentatives. Beaucoup ragent par rapport à ça, sauf qu’il faut bien avouer que le mec est très très fort pour toujours trouver des solutions. Sous son impulsion, les Rockets ont remporté sept de leurs 10 premiers matchs et se retrouvent aujourd’hui sur le podium de l’Ouest grâce à une série de quatre victoires consécutives, dans laquelle James Harden tourne à plus de 40 points par match. Il est vrai que le calendrier de ce début de saison avantage particulièrement Houston ainsi que les cartons de l’arrière, mais difficile quand même de ne pas souligner les exploits numériques du bonhomme, qui continue de repousser les limites.

Si on juge désormais James Harden avant tout sur ses performances en Playoffs, il ne faut pas pour autant prendre pour acquis les prestations historiques du Barbu. Quand vous dépassez Michael Jordan au basket, c’est toujours quelque chose de spécial.

Source texte : ESPN

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top