Heat

Huge win du Heat à Milwaukee : des bouilles de gamin mais une grosse victoire de bonhommes, on n’attend plus que le boss

Goran Dragic Miami Heat

Goran Dragic a joué les grands frères cette nuit.

Source image : NBA League Pass

Premier match de cette soirée NBA et honneur au MVP en titre avec la réception de Miami pour les Milwaukee Bucks. L’occasion de confirmer la grosse victoire acquise à Houston ? On voit ça dans le récap. 

Belle opposition au programme cette nuit avec la meilleure équipe de la Conférence Est l’an passé (au moins en saison régulière) et les jeunes pousses du Heat, orphelins d’un Jimmy Butler toujours en congé parental. Giannis Antetokounmpo avait donc de bonnes raisons d’être confiant au moment d’affronter un cinq composé notamment de deux rookies, Kendrick Nunn et Tyler Herro. Les attaques sont à l’honneur en ce début de match avec Khris Middleton qui enfile les 3-pts comme des perles pour donner une première avance à sa team mais les hommes de South Beach sont aussi efficaces en attaque derrière le duo Nunn-Adebayo, bien relayés par un Goran Dragic agressif en sortie de banc. Quatre petits points d’écart à la fin des douze minutes. Milwaukee profite d’une défense retrouvée et d’une grosse adresse derrière la ligne pour prendre le large en milieu de second quart-temps. Kyle Korver à deux reprises puis Matthews et Ersan Ilyasova en (3+1) font pleuvoir sur Miami et l’écart passe au dessus des dix points. Pendant ce temps là, Giannis est toujours sur l’Olympe à faire ce qu’il fait de mieux, c’est à dire à peu près tout. Il est presque en triple-double… à la mi-temps… (11/7/8) alors que son équipe mène de dix-sept points. 

La seconde mi-temps commence avec beaucoup de déchets de part et d’autres et les briques s’enchaînent de loin. Même le Freak est à côté de ses pompes avec plusieurs ballons perdus et une faute offensive évitable. Miami en profite pour grappiller son retard grâce à un très bon quart-temps de ses rookies. Herro et Nunn inscrivent 23 des 29 points floridiens et l’écart n’est plus que de onze points à douze minutes du terme. Le money time démarre de la même façon avec un Heat solide en défense et létal en attaque. 18-5 en trois minutes et l’avance des Daims est réduite à (presque) néant. Milwaukee peut heureusement compter sur son MVP pour maintenir une petite avance même si celui-ci s’entête à 3pts avec un 0/5 dans cet exercice. Miami de son côté est efficace à longue distance et continue de planter avec régularité. Même quand ça ne rentre pas, il y a un Kelly Olynyk pour prendre le rebond offensif et ressortir proprement sur un autre shooteur open. Ficelle à la clé. Et ce qui devait arriver arriva, le Heat prend le lead et c’est mérité. Les Bucks perdent leurs moyens et n’arrivent pas à inverser le momentum, mieux les hommes en noir sont en confiance, et en toute logique, l’écart grimpe. +9 à trois minutes du terme ! Il faut un gros run des hommes de Bud’ pour recoller à 2 pts, suite notamment à un BIG shot de Middleton dans le corner. La dernière possession est pour Giannis mais une mésentente avec son ailier envoie le ballon … en sortie. Bam Adebayo met ses lancers. Giannis réchauffe l’ambiance avec un and one mais Miami a toujours un point d’avance. Bam Bam met le premier, rate le second. Robin Lopez, ce génie d’intelligence, ne trouve rien de mieux que de balancer Justise Winslow au sol, lui offrant deux lancers supplémentaires… qu’il rate ! Nick Anderson si tu nous entends… Balle de match pour Middleton qui fait un airball.. qui se transforme en alley oop pour Giannis ! Overtime. La prolongation est assez hachée, marquée par beaucoup de fautes, Giannis est fouled out, again, et Miami reprend son travail de sape, à se jeter sur le moindre ballon. La fatigue se fait sentir et les Daims ne rentrent plus un shoot. Le Heat rate tous ses lancers et laisse la victoire en suspens un long moment avant finalement que Goran Dragic ne daigne finir le match.

Deuxième victoire en deux matchs pour Spo et sa troupe de cols bleus qui sont passés à deux doigts du choke du siècle et on pèse nos mots. Hormis cette parenthèse, l’impression laissée est excellente. Une attaque efficace (plus de 120 points en deux sorties), une balle qui circule très bien (33 passes décisives cette nuit) et une défense qui tient tête à ce qui se faisait de mieux l’an dernier, le tout sans Jimmy Butler ? La Heat Nation a de quoi se réjouir.

Boxscore Milwaukee vs Miami

Boxscore Miami vs Milwaukee

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top