News NBA

Hasheem Thabeet effectue son retour… en G League : souhaitons-lui bonne chance avant un quelconque jeu de mots

Hasheem Thabeet

Hasheem, c’est le moment de montrer que tu en as dans le caleçon.

Source image : YouTube

Drafté en seconde position à la Draft 2009, le pivot tanzanien Hasheem Thabeet n’a jamais réussi à s’imposer dans la Grande Ligue. Bringuebalé de Memphis à Detroit en passant par Houston et OKC, le joueur de 32 ans a beaucoup voyagé pendant cinq ans sans pouvoir s’inscrire durablement dans un effectif. Depuis 2016, il effectuait ses gammes au Japon, loin de toute la pression médiatique des Etats-Unis. Il est de retour cette année en passant par la petite porte de la G League, en espérant un jour remettre les pieds en ligue majeure.

Sa carrière est finalement assez similaire à celle d’Anthony Bennett : draftés très haut, mais qui n’ont jamais su assumer leurs picks (trop) élevés. Sa carrière débute à Memphis, où le secteur intérieur est bouché : Marc Gasol et Zach Randolph se partagent la raquette. Le géant de 2m21 se contente des miettes et  joue à peine quinze minutes par match pour un rendement très faible (3 points, 2 rebonds et 1,3 contre) et commence déjà à partir en ligue de développement. Le management de Memphis, conscient de s’être trompé, décide de l’envoyer à Houston contre Ish Smith et Shane Battier. C’est alors que débute une autre carrière pour lui. Si ses mensurations impressionnantes semblaient pouvoir coller avec la NBA moderne, il ne sera jamais installé dans une rotation ; les garbages times et allers-retours en D-League (ancêtre de la G League) feront partie intégrante de son quotidien, et ceci pendant cinq années. Il s’exile alors à Yokohama au Japon où il jouera trois ans dont une saison 2017-18 où il compile des statistiques honorables de 13 points, 8 rebonds en 25 minutes. Après plusieurs essais pendant l’été, il aurait finalement signé un contrat en G League, selon Shams Charania de The Athletic.

Est-ce que le retour du pivot de 32 ans en NBA pourrait s’avérer concluant, lui qui n’a jamais réussi à s’épanouir durablement dans une franchise ? En tout cas, ses qualités physiques combinées à son aptitude à protéger le cercle pourraient intéresser quelques équipes à la recherche d’un grand tronc d’arbre pour effectuer des minutes en sortie de banc. Mais avant de parler de retour dans la Grande Ligue, il devra faire ses gammes en G League. Sa destination n’a pas encore été communiquée, mais où qu’il aille, il devrait écraser les raquettes adverses pour se faire remarquer, dans un championnat où défense et faible rythme de jeu ne riment pas avec basket-ball. Il devra compenser ses lacunes offensives par une détermination sans égal, et une assiduité défensive qui pourraient le faire passer pour un Hassan Whiteside du pauvre à la recherche de gros billets.

Le chemin est encore long pour Hasheem Thabeet, mais c’est déjà un plaisir de le retrouver sur le continent américain. Il revient pour se racheter… se racheter de cinq ans où railleries et moqueries dues à ce deuxième choix de Draft rythmaient son quotidien. Il revient pour redorer son blason et ne pas terminer sa carrière en étant considéré comme un énorme bust, à l’instar d’un Kwame Brown ou Anthony Bennett. Bonne chance Hasheem… et à bientôt peut-être.

Source texte : The Athletic

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top