Equipes

Preview des Detroit Pistons 2019-20 : rendez-vous en avril pour un beau sweep au premier tour, ça c’est de l’ambition

Pistons

Beaucoup trop de hype sur une seule photo.

Source image : NBA League Pass

Si on devait trouver un autre surnom à ces Pistons ? On partirait probablement sur un bail du style les Detroit Ventre Mou. Trop forts pour être collés au fond du seau, trop faibles pour espérer plus qu’un simple exploit en Playoffs. 0-4 face à LeBron en 2009, 0-4 face à… LeBron en 2016 (poke Stanley Johnson), 0-4 en avril dernier face aux Bucks, et on a fait le tour des douze derniers matchs en Playoffs des Pistounes depuis dix ans. Et vous savez quoi ? On parierait bien sur un quatre à la suite dans six mois…

A lire aussi :

Résumé des transferts de l’été

  • Ils arrivent : Derrick Rose, Joe Johnson, Tim Frazier, Tony Snell, Sekou Doumbouya (draft), Markieff Morris et Christian Wood
  • Ils prolongent :
  • Ils sont partis : Wayne Ellington, Ish Smith, Glenn Robinson III, Jon Leuer, Zaza Pachulia et Jose Calderon

Ça a pas mal bougé cet été à Detroit, même si l’axe principal du roster reste le même. Exit le vaillant Ish Smith et bonjour le pari D-Rose, pourquoi pas, exit le blancotrio Pachulia – Calderon – Leuer en sortie de banc, le duo de rêve Ellington – GRIII, et hello messieurs Mini Frazier, Asperge Snell, Markieff Momo, Christian Wood et Joe « Très Slow-mo » Johnson. On suivra également avec attention l’évolution de Sekou Doumbouya (voir plus bas), et plus globalement la manière avec laquelle se comporte ce groupe remanié autour des tauliers Griffin, Drummond, Reggie Jax et des jeunes Kennard et BBJ.

Effectif pour la saison 2019-20

  • Meneurs : Reggie Jackson, Derrick Rose et Tim Frazier
  • Arrières : Bruce Brown, Tony Snell, Langston Galloway, Joe Johnson et Khyri Thomas
  • Ailiers : , Luke Kennard, Sviatoslav Mykhailiuk et Sekou Doumbouya
  • Ailiers-forts : Blake Griffin, Markieff Morris et Christian Wood
  • Pivots : Andre Drummond et Thon Maker

Les joueurs en gras sont ceux qui devraient intégrer le cinq majeur au début de chaque rencontre dès le début de la saison.

Groupe équilibré, auquel il manque peut-être simplement un vrai back-up à Andre Drummond. On adore Thon Maker mais il n’a encore rien d’un vrai poste 5 aguerri, on adore Christian Wood mais il n’a encore rien d’un vrai poste 5 aguerri, on adore Markieff en 5 dans du small ball mais il n’aura jamais rien d’un humain aguerri. Pour le reste ? la rotation à la mène est intéressante si Derrick Rose tient le choc physiquement, Luke Kennard et Bruce Brown auront un rôle immense à jouer, Tony Snell et Langston Galloway devront jouer comme de vrais vétérans alors que l’essentiel du scoring et du leadership sera logiquement géré par la raquette Blake / Dede, toujours considérée à juste titre comme l’une des meilleures et des plus complémentaires de la Ligue. Deux énormes interrogations dans ce roster ? Le rôle qui sera donné à Sekou, en espérant que ce ne soit pas trop souvent du côté de Walker, Michigan, avec les Drive de Grand Rapids… et le niveau que pourra – ou non – afficher Joe Johnson en NBA après sa pause victorieuse en BIG3 League.

Question de la saison : Sekou Doumbouya peut-il prétendre à un vrai rôle dès cette saison ?

Ça s’annonce… compliqué pour l’ancien Limougeaud. Dwane Casey ne s’en est pas caché, le Frenchie passera dans un premier temps en dernier dans la rotation à l’aile, derrière les jeunes Bruce Brown ou Luke Kennard, derrière Tony Snell, et même derrière cet immense All-Star qu’est Svi Mykhailiuk. La mauvaise nouvelle ? On n’aime pas trop quand dès la pré-saison un coach semble déjà avoir fait quelques choix, et il faudra donc que Sekou redouble d’efforts et lâche quelques belles perfs pour entrer dans le coeur de son coach. La « bonne » ? Bruce Brown Jr., Luke Kennard ou Tony Snell seront envoyés de temps en temps au poste 2 et ça libère un peu de place pour un Sekou qui pourra pour sa part dépanner un peu en 4, même si Casey a déclaré qu’il ne souhaitait pas que son jeune français se dispersre sur plusieurs postes. Beaucoup de si et un début de carrière NBA qui s’annonce ardu pour l’armoire de Conakry qui devra, au pire des cas, rester focus et répondre présent sur les maigres minutes qu’il risque d’avoir cette saison. Allez, y’a un gros démarrage à faire, un vrai défi à aller chercher, et ensuite ça va rouler tout seul.

Candidat sérieux au transfert : Thon Maker

Thon

On n’a rien contre l’international australien hein, mais disons que quand au bout de trois saisons en NBA les deux faits qui ressortent le plus souvent sont une baston all-time avec sa sélection et un blase marrant… ce n’est pas très rassurant. Énorme hype il y a trois ans lors de sa Draft par les Bucks mais déjà classé parmi les grosses déceptions de la décennie 2010, le seul point positif concernant Thon est finalement… son âge, puisque l’on rappelle qu’il n’a encore que 22 ans et donc encore quelques années avant de devenir un vrai joueur NBA. Un joueur NBA qu’il n’est pas encore vraiment, malgré une taille qui devrait logiquement participer à faire de lui un joueur dominant. Sauf qu’aujourd’hui Thon est un mec qui vit la NBA telle qu’elle est devenue, à savoir une ligue de snipers avant tout. Pas sûr que la carrière du bonhomme décollera s’il continue à prendre la moitié de ses tirs derrière la ligne à 3-points, pas sûr non plus que les Pistons ne soient très patients avec Thoninho alors qu’il y a quelques autres dossiers djeun’s à gérer à court et moyen terme. A toi de jouer Thon, c’est dans la boîte.

Candidat sérieux pour la surprise : Bruce Brown Jr.

Bruce Brown Jr.

Il a été la belle surprise de la saison passée et il pourrait être la très belle surprise cette saison. Drafté en mode anonyme en juin 2018, Bruce Brown avait alors un nom tellement random que personne ne s’y intéressait vraiment. Puis rapidement le taf du gamin a plu à Dwane Casey qui en a même fait un starter à 54 reprises, utilisant son rookie comme première lame défensive, principalement, et parfois comme facteur X en attaque même si BBJ n’a pris que quatre tirs par match en moyenne. Energizer incroyable, joueur qui n’a que peu de lacunes, Bruce semble s’affirmer comme le joueur de complément parfait dans un cinq NBA, à l’image par exemple d’un Torrey Craig à Denver. Athlétique, adroit quand il le faut et surtout très sérieux en défense sur l’homme, on sait donc déjà qui se chargera des James Harden, Bradley Beal ou autres zinzins du genre sur les débuts de match. Allez, un peu de scoring pour embellir le tout et on a de belles chances d’avoir déjà trouvé le prochain MIP maison à Detroit.

Meilleur et pire scénario possible

  • Cocorico, la première bonne nouvelle pour la fanbase française des Pistons est le superbe début de saison de Sekou Doumbouya. 8 points de moyenne et quasiment vingt minutes de jeu tous les soirs au poste 3, et mercé le fantôme de Tony Snell. L’axe Brown – Sekou – Dede est solide en défense, Blake Griffin et ses 31 points de moyenne font gagner des matchs à Detroit et les Pistounes nous font une Pacers 2017 en se pointant à Noël avec une étonnante quatrième place à l’Est. Reggie Jackson est un peu claqué mais Derrick Rose n’a rien perdu de son année chez les Loups, la raquette est représentée en février au All-Star Game, Luke Kennard taquine les quinze pions par match… si bien que le rythme est gardé jusqu’en avril et une belle sixième place. Place aux Celtics au premier tour des Playoffs et, alleluia, les Pistons vont non seulement remporter leur premier match de postseason depuis dix ans mais vont également taper Boston en 7 avant de se faire dézinguer par les Bucks dans un sweep back-to-back. Mais qu’importe, la saison est réussie et le futur sourit enfin avec la re-signature de Drummond et un trio Sekou – BBJ – Kennard qui assure. Detroit basketball is back.
  • Cocorichiasse, la première mauvaise nouvelle pour la fanbase française des Pistons est le superbe début de saison de Sekou Doumbouya… en G League. Un début de saison foiré niveau collectif avec un Blake Griffin trop esseulé, un Kennard qui ne step up absolument pas, et voilà comment Derrick Rose et ses 16 points par match deviennent le deuxième plus gros danger offensif de Detroit. Andre Drummond prend 18 rebonds par match mais score encore moins que la saison passée, Reggie Jackson et son coach ne se causent plus, Thon Maker et Markieff Morris se tapent dessus et Thon finit évidemment à l’hosto… parfait pour se retrouver douzième début 2019, avec cinq petites victoires de plus que les Hornets, avec deux victoires de moins que les Knicks. La fin de saison est tronquée, Drummond est surpris chez un barber à San Francisco, et le bilan de 36-46 est moins vilain que l’ambiance qui règne dans le Michigan. Merci pour tout messieurs, et bonne chance pour la suite.

 Pronostic de la rédaction :

Pas de projections exceptionnelles mais un bilan qui devrait permettre aux Pistons de jouer pour les places de 6 à… 9. Y’a de quoi faire au moins aussi bien que la saison passée mais pas d’énorme marge de manœuvre non plus, et la saison de Blake Griffin sera comme la saison dernière une composante giga-importante du bilan final. N’importe quel autre résultat qu’une huitième place minimum sera vécu comme une déception, alors au boulot messieurs, faites-moi ronronner ce moteur.

Rédacteur

Bilan

Alexandre M. 41-41
Alexandre T. 40-42
Bastien 41-41
Benoît 43-39
David 42-40
Giovanni 42-40
Nicolas 43-39
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top