Suns

Les salaires des Phoenix Suns pour la saison 2019-20 : feu vert du banquier, il faut bien que le tanking serve à quelque chose

Salaires Phoenix Suns

Ils ont même trouvé un bon meneur pour pas trop cher.

Source image : YouTube/NBA

Qui dit nouvelle saison dit nouveaux chèques à faire tous les 30 du mois, et à ce petit jeu-là le comptable a de quoi faire le malin puisqu’il a enfin un meneur et il ne va même pas devoir lui filer 30 millions par an. Elle est pas belle la vie quand même ?

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 132,627,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 109,140,000$ cette année.
  • Avec 120,859,344$ prévus contractuellement cette saison, les Suns ont une masse salariale qui se situe à distance raisonnable de la Luxury Tax, faisant d’eux des bons élèves. A force d’être médiocre à longueur d’années, Phoenix a au moins fait le ménage dans son budget avec quasiment que des joueurs en contrat rookie ou presque.
  • Mis à part Devin Booker et sa prolongation à 158 patates sur cinq ans au cours de laquelle il aura pour objectif de mener une première fois les Suns en Playoffs, aucun joueur ne dépasse les 20 millions de dollars la saison. Heureusement diront ceux qui sont restés bloqués au début des années 2010 mais Phoenix s’en sort bien, notamment avec les deals signés par Ricky Rubio et Kelly Oubre. Seul Tyler Johnson a un rapport qualité/prix assez médiocre mais peu importe puisque son contrat expire à la fin de la saison et que les Suns ne payeront pas la taxe des riches.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 6

  • Devin Booker
  • Ricky Rubio
  • Kelly Oubre
  • Cameron Johnson
  • Ty Jerome
  • Jalen Lecque
  • Avec trois starters verrouillés jusqu’en 2021 au minimum auxquels il faut aussi rajouter Deandre Ayton et la team option sur les deux prochaines années de son contrat, Phoenix tient là son noyau dur sur lequel la franchise va pouvoir enfin tâcher de construire quelque chose. La période où les Suns attendaient la Draft sans autre but que de s’améliorer en faisant une bonne pioche est désormais terminée. Si James Jones veut voir son équipe aller loin et accessoirement s’il espère conserver son job, cela passera forcément par de bonnes performances collectives de ces quatre joueurs là.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Tyler Johnson : si on était l’ancien meneur du Heat, on mettrait quand même quelques sous de côté durant la saison car il ne gagnera pas aussi bien sa vie en 2020, c’est presque sûr. Arrivée à Phoenix dans l’avant-dernière année de son contrat, il pourra encore remercier Pat Riley pour toutes ces pépètes qui tomberont sur son compte chaque semaine durant la saison à venir.
  • Kelly Oubre : à l’annonce du montant du contrat de la fashion victim, il y avait de quoi être surpris. Puis, en réfléchissant un peu, on a compris l’accord trouvé par le joueur et les Suns. D’un côté, la franchise offre un contrat abordable et légèrement en-dessous du marché à l’ailier qui s’était rapidement intégré à l’équipe en cours de saison dernière. De l’autre, le produit de Kansas de 23 ans s’engage pour une courte durée au sein d’une équipe où il devrait être titulaire, ce qui lui permettra de nouveau de tester le marché pour faire grimper les enchères en 2021.
  • Aron Baynes : arrivé dans l’Arizona en tout discrétion le soir de la Draft NBA, l’Australien qui avait exercé sa player option lorsqu’il était encore à Boston touchera 5,4 millions de dollars cette saison. Quand on voit ses progrès dans l’exercice longue distance (la Team France ne le remercie pas d’ailleurs), le prochain deal pourrait aisément doubler si le bûcheron se débrouille bien.
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top