Sixers

Charles Barkley a désormais sa statue à Philadelphia : très bien mais sinon, celle d’Allen Iverson c’est pour quand ?

On dit ça, on dit rien.

Source image : YouTube

Avoir une statue, c’est un peu comme l’accomplissement ultime, celui qui permet d’être éternel. Et hier, du côté du centre d’entraînement des Philadelphia Sixers, c’est Charles Barkley qui a eu l’immense honneur de dévoiler la sienne. Un sacré moment pour Sir Charles, qui a même profité de l’occasion pour sortir une petite blagounette. 

Alala Charles Barkley, toujours là pour faire marrer les gens. « Superbe. Je ne crois pas avoir été aussi mince un jour ». Voici les premiers mots de l’ancien joueur des Sixers vendredi quand il a dévoilé sa statue et forcément, cela a fait rire la galerie. Au centre d’entraînement de la franchise de Philadelphia, situé à… Camden dans le New Jersey, il y a désormais sept statues sur le « Legends Walk ». Charles Barkley rejoint effectivement Wilt Chamberlain, Julius Erving, Billy Cunningham, Maurice Cheeks, Hal Greer et Bobby Jones. Que du beau monde évidemment, et quelque chose nous dit qu’un jour, il y en aura une huitième avec Allen Iverson mais ça, on en reparlera plus tard. Pour la petite histoire, cette statue de Charles Barkley n’est pas la première pour lui. En effet, il est aussi immortalisé à son ancienne université d’Auburn, même s’il faut bien avouer que la ressemblance n’est pas frappante. Enfin bref, suite à la cérémonie, Charles Barkley s’est exprimé et a rendu hommage à son sport via le Philadelphia Inquirer.

« Le basket signifie tout pour moi. Je suis un gamin d’une petite ville de l’Alabama. Cela m’a permis de sortir de cet environnement. Cela m’a permis d’aller à l’université. Cela m’a permis de jouer 16 ans en NBA, et là ça fait 19 ans que je suis à la télévision. Tout ça c’est grâce au basket. »

Sir Charles, c’est évidemment une légende de la NBA, nommé MVP en 1993 et membre de la fameuse Dream Team 1992 avec son pote Michael Jordan et les autres. On parle d’un ailier fort de même pas deux mètres qui a dominé dans les raquettes durant de nombreuses années, avec des moyennes en carrière de 22,1 points et 11,7 rebonds. On parle d’un véritable personnage de la Grande Ligue avec son caractère et sa grande bouche (et quelques controverses aussi…), et d’un Hall of Famer qui a été l’un des meilleurs joueurs de sa génération. S’il a connu trois franchises NBA durant sa carrière, à savoir les Sixers, les Suns et les Rockets, c’est à Philadelphia où il a commencé et où il a passé le plus de temps (huit saisons sur 16). Sélectionné par Philly avec le cinquième choix de la Draft 1984, Barkley a réalisé des campagnes XXL sous le maillot des Sixers, qui ont d’ailleurs retiré son numéro 34. Avec Philadelphia, il a été nommé six fois au All-Star Game, quatre fois dans la All-NBA Team et trois fois dans la All-NBA Second Team. Autrement dit, il a marqué les Sixers de son empreinte, même si sur le plan collectif, il n’a jamais réussi à emmener son équipe en Finales NBA malgré plusieurs apparitions en Playoffs. L’aventure de Sir Charles à Philly s’est terminée à l’été 1992, quand il a été transféré à Phoenix après une saison ratée sur le plan collectif.

Charles Barkley est l’un des joueurs qui a marqué l’histoire de l’une des franchises les plus emblématiques de la NBA. Très populaire à l’époque, il reste l’une des grandes figures des Sixers et cette statue résonne comme un point d’exclamation. 

Source texte : al.com / Philadelphia Inquirer

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top