Mondial

La France s’incline face à une fantastique Australie : 100-98 Kangourous, le quart de finale aussi va être fantastique…

Quel match ! Quel fabuleux match d’attaque mais pas seulement, quel fabuleux match… tout court. Deux équipes de plus en plus sûres de leurs forces, deux équipes joueuses, deux équipes qui avaient comme secret espoir de gagner pour éviter Team USA en quarts, et donc un match qui a tenu toutes ses promesses. Un genre de All-Star Game avec de l’enjeu, sah quel plaisir.

Quand on suit l’Équipe de France depuis un bail, on ne peut être qu’abasourdi après ce match. Des années à défendre le fer avant de s’en remettre au patron Tony pour gagner – ou perdre – des matchs aux couteaux, on grossit le trait, mais cette fois-ci c’est bel et bien une nouvelle France que l’on voit en Chine, une France qui attaque en plus de défendre fièrement sa raquette. Ce match face aux Australiens ? Il avait tout du match piège, face à une bande de roublards beaucoup trop intelligents pour ne pas les prendre au sérieux. Fort heureusement le début de match sera une nouvelle fois énorme côté Français, mais malheureusement… il le sera aussi pour les Aussies, Félicie, aussi. Tout ce qui sort des mains d’un basketteur à Nankin finit en panier, le score à la fin du premier quart est celui de la fin d’un match de DM1 où la zone est trop présente (24-23), et on part donc sur des bases Ntilikino-Pattymillsiennes car, on ne vous l’avait pas dit mais quand Evan Fournier n’est pas dans son match c’est désormais Franky qui gère le business. Rythme de fou malade, les buckets tombent comme au KFC, si ça peut durer encore trente minutes on signe tout de suite. La bonne nouvelle, c’est donc que ça va effectivement durer trente minutes de plus. Evan rentre en fusion, Nando De Colo est comme d’habitude excellent en sortie de banc, Andrew Albicy défend comme un chien et rentre les tirs qu’il faut, Nicolas Batum confirme son excellent Mondial en enquillant les tirs, et Rudy score de près tout en jouant les patrouilleurs de l’air en défense.

Le problème ? C’est qu’en face les mecs sont au moins aussi incroyables que nos Bleus…

Joe Ingles en énervant (et fantastique) tricheur, Matthew Dellavedova en chef d’orchestre parfait, Andrew Bogut chauffé à blanc par un public chinois qui ne le porte pas dans son coeur pour de sombres histoires de dopage en piscine, Aron Baynes qui est donc devenu le mix parfait entre un mangeur de chatons et… Stephen Curry, et voilà que le score monte, monte, monte, entre deux équipes qui jouent à qui arrivera la première à 200. Les Français réussiront à faire grimper ce foutu écart à +6 au dernier quart dans une ambiance complètement folle et à grands coups de jumpers de Vavane ou de drives/tirs chirurgicaux de Nando De Colo, mais c’est alors Joe Ingles qui jo(ein)nglait entre les tirs à 3-points de Baynes, les pénétrations de Patoche Mills et les binouzes pour faire recoller l’Australie à l’orée du money time. Intenable, irrespirable, mais tellement bon.

La fin de match ne sera finalement qu’une pièce qui choisit de quel côté elle retombe, et malheureusement pour nos Bleus les tirs couillus d’Andrew Albicy, Evan Fournier ou Moniteur De Colo ne suffiront pas face à la malice de Garou Joe Ingles et Matthew Dellavedova. Le premier stop and go pour aller déposer un lay-up fait de plume et d’or, le second fait sauter Rudy Gobert comme un Ondamania et récupère une faute obligatoire de Vincent Poirier, et voilà les Australiens qui laissent les Français avec une chance et une seule de gagner de ce match. Remise en jeu Albicy, le système est dessiné pour Nando, mais la passe est trop bien défendue et les Renault Kangoos récupèrent la gonfle et filent vers une victoire ô combien importante pour la suite de la compétition. Match magnifique, intensité incroyable, adresse merveilleuse, suspense insoutenable, paye ton dictionnaire des synonymes. Défaite 100-98 au bout du bout de cette après-midi un peu trop pleine d’émotion, merci messieurs même si c’est dommage, et rendez-vous dans deux jours en quarts de finale…

En quarts de finale face à… Team USA, youplaboum, pour un scénario que Vincent Collet aurait sans doute préféré éviter mais pour un défi que ses hommes prendront à n’en pas douter à bras-le-corps. C’était fabuleux aujourd’hui mais on vous prévient déjà : ce mercredi sera grandiose.

France Australie Australie France

1 Comment

1 Comment

  1. Cedric

    9 septembre 2019 à 17 h 23 min at 17 h 23 min

    On va les déglinguer.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top