Rockets

Les Rockets pourraient intégrer… Anthony Bennett à leur roster : rangez vos Westbrook à la con, elle est là la news de l’été

Anthony Bennett

Je dirais même plus, il est là notre futur MVP.

Source image : YouTube

On a tout d’abord cru à une blague, puis finalement, il fallait se rendre à l’évidence. Les Rockets ont bel et bien proposé à Anthony Bennett d’intégrer leur roster pour le training camp, avec un contrat à la clé si le n°1 de la Draft 2013 satisfait ses coachs. Bienvenue dans le monde parallèle.

On connait tous ce pote, Marvin là, qui se pointe au five le samedi matin avec un peu d’embonpoint, un peu bourré de la veille depuis sa cuite au Macumba et présentant un physique pas forcément fait pour le sport. Manque de bol, il s’avère qu’en plus il ne sait pas aligner trois jongles de suite mais tant pis parce que, comme il dit, il accumule les expériences dans des petits clubs pour se faire la main avant de percer. Ce Marvin, là, c’est un peu Anthony Bennett, sauf que le Canadien, lui, a eu son heure de gloire un soir de juin 2013 quand il fut appelé en premier lors de la Draft, un peu à la surprise générale, pour rejoindre les Cavaliers de Cleveland. Une soirée qui sera finalement le seul point positif de sa carrière, car depuis… parler de débandade est carrément trop poli. Tonio ? C’est probablement l’un des deux, trois plus gros busts de l’histoire de la Draft. On parle quand même d’un homme sélectionné devant Victor Oladipo, Rudy Gobert, C.J. McCollum… Giannis Antetokounmpo, et globalement devant 59 mecs plus fort que lui. Masterclass des Cavs, ça valait le coup d’acheter la Lottery. 150 matchs de NBA en quatre saisons pour une moyenne maximum de 5 points par match, avec des débuts dont tout le monde se souvient. Les air-balls sont des avions, le dribble est hésitant, le physique propre à l’embonpoint, et si l’on commence à chercher les caméras cachées les rires laissent rapidement place à la gêne. Car Anthony Bennett n’est pas simplement nul, ce n’est juste pas un basketteur, et a fortiori pas un joueur NBA. Les différents essais à Cleveland, Minneapolis, Brooklyn ou Toronto s’avèreront tous êtres des échecs, et c’est fort logiquement que Gros Nounours tentera en 2017 l’aventure européenne du côté du Fenerbahce, le temps de glaner une petite Euroleague sans pour autant faire partie des meubles en Turquie.

La place de Bennett depuis ? Elle est en G League, là finalement où son niveau est le plus adapté, les Suns de Northern Arizona, les Red Claws du Maine et plus récemment les Clippers… d’Agua Caliente profitant de l’expérience d’un homme qui n’aura sans doute jamais la vie qu’il aurait rêvé avoir. Toujours est-il que le garçon continue à courir de temps en temps sur les parquets de la cave de la NBA, et c’est peut-être bien ça qui a poussé hier les… Rockets à proposer au garçon de se joindre au groupe pour le training camp. Oui oui, les Rockets, ceux-là même qui défrayaient la chronique quelques heures plus tôt en échangeant Chris Paul contre Russell Westbrook, ceux-là même qui se positionnaient sur le dossier Iguodala, ceux-là même qui signaient Tyson Chandler dans la soirée. Russell Westbrook, Andre Iguodala, Tyson Chandler… Anthony Bennett, on note une forme d’évolution decrescendo qui, à ce rythme, pourrait bien voir Daryl Morey proposer aujourd’hui un contrat à la sœur de ton voisin, celle qui boîte depuis son accident de Ford Escort.

A 26 ans Anthony Bennett a encore tout à faire, et si le contrat proposé par les Rockets est évidemment non-garanti, une vraie envie et de belles performances à la reprise pourraient pousser la franchise texane à se laisser tenter. Avec le groupe actuel en place, Mike D’Antoni n’a en tout cas pas spécialement de souci à se faire, alors il ne nous reste plus qu’à espérer que le gars enverra un mec qui lui ressemble à l’entraînement, que ce mec sera bon, et que les Rockets signeront Bennett pour la saison. Parce que Russell Westbrook et James Harden dans le starting five c’est cool, mais alors Anthony Bennett dans le garbage time, on peut vous jurer que personne n’est prêt. Anthony, please Anthony, make our life compleased, come back.

1 Comment

1 Comment

  1. AL

    13 juillet 2019 à 10 h 18 min at 10 h 18 min

    https://youtu.be/pu9D5XxkInw
    Pour comparaison avec le passé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top