Jazz

Le Jazz reste muet concernant Derrick Favors : monsieur régularité se prépare tranquillement à rencontrer la team Pôle Emploi

Derrick Favors

Le Jazz va-t-il lui accorder une Favors ?

Source image : NBA League Pass

Nous sommes en plein dans la période où chacun bataille pour décrocher une place l’an prochain au sein d’un roster qui lui convient. Mais certains sont contraints de laisser faire et de cross their fingers pour espérer continuer au sein de leur franchise. Team option ou année non-garantie, ce genre de bail supplémentaire s’obtient au don de soi et au mérite. Pour Derrick Favors, la situation est floue et il est difficile de prédire dans quelle raquette le natif d’Atlanta jouera des coudes à la rentrée.

L’été dernier, Derrick Favors a été félicité pour bons et loyaux services avec cette prolongation de 36 millions de dollars sur deux ans. Seulement, le notaire de la franchise mormon a bien fait son boulot, laissant le choix au front office du déroulement ou non de cette deuxième année de contrat. Nous y sommes puisqu’après une saison classique pour le coloc de Rudy, il est temps de prendre une décision concernant le prochain exercice. Encore une ligne statistique bien gonflée avec 11,8 pions, 7,4 rebonds et 1,4 contre en 23 minutes de moyenne. En plus il met le couvert et lave les maillots, vraiment génial ce joueur. Notons un fait plutôt cocasse, le bonhomme est passé de 28 minutes sur les parquets à 23 mais sa feuille de stats est globalement restée la même, ça c’est fort. D’après le go-to-guy de The Athletic, Shams Charania, la franchise a jusqu’au 6 juillet pour faire part de sa décision sur l’année non-garantie de Derrick the Brick. Si l’intérieur a le blaze d’un contrat toxique, il est loin d’en être un avec une vingtaine de minutes bien rentabilisées. Néanmoins, 17 millions de dollars est une somme qui peut grandement participer à l’attrait d’autres joueurs et c’est pourquoi Tony Jones de The Athletic a indiqué que l’intérieur n’était pas intouchable au sein de la franchise. En gros, deux solutions se présentent, soit Fave est prolongé pour 17 millions garantis, soit il devient agent libre non restrictif. Derrick Favors sait très bien qu’il pourrait jouer ailleurs la saison prochaine et il s’est d’ailleurs exprimé au sujet de son avenir via Jones :

« Je me suis préparé mentalement au fait que je devrai peut-être faire partie d’une autre équipe et d’une autre ville pour la saison prochaine. J’ai déjà accepté cela. C’est la nature du business que de ne jamais savoir ce que l’avenir vous réserve. Je veux rester dans l’Utah. Mais, si je dois emprunter un autre chemin, je dois l’accepter et continuer de croire en mes capacités. »

En voilà une mentalité de guerrier ! Avec l’arrivée de Mike Conley à Salt Lake City, il faudra des soldats pour épauler l’ancien de Memphis et Gobert dans la quête d’une grosse performance en Playoffs. Qui de mieux que ce bon vieux Favors, l’as des poubelles et du sale boulot en coulisses, pour apporter son soutien au playmaker de luxe ? Bon, pour le cap space du Jazz, c’est vrai que libérer 17 millions serait pas mal pour le recrutement. Mais on sait que les Mormons adorent conserver la même base d’effectif pour retrouver leur fond de jeu. Advienne que pourra. Le manager général du Jazz a déclaré vouloir garder l’intérieur l’an prochain, une information à prendre avec des pincettes bien entendu. Bon et puis t’en as certains qui consomment toujours plus de substances illicites sous le soleil angelino.

Alors, partira ou partira pas ? Dans tous les cas, pas de quoi stresser pour les fans du Jazz puisque si départ il y a, vous pouvez faire confiance au front office pour bien compléter l’effectif. Il n’empêche que D-Fave est un guerrier à la mentalité rare et symbole du fighting spirit mormon.

Source : The Athletic / Twitter / basketballreference / BleacherReport.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top