Lifestyle

Russell Westbrook et DeMar DeRozan se sont encore ennuyés en mai : voici nos conseils vacances hors-saison, Partie 2

Cornouailles

Il est beau ce crossover avec Marmara.com.

Source image : slate

Parce qu’il faut bien combler le manque de basket ici et chez vous les lecteurs, parce que l’on se sent parfois investi de la mission d’informer les gens, voici aujourd’hui quelques brèves qui sortiront un peu de notre ligne éditoriale habituelle. Chris, James… LeBron, ne dîtes pas merci ça nous fait plaisir.

On les connait bien, ces mecs qui dominent toute la saison, pour certains qui l’ouvrent grand pour annoncer que seul le titre comptera. Ces mêmes phénomènes qui se retrouvent un peu hébétés fin mai et début juin, obligés de se farcir des NBA Finals sans eux à la télé car de toute façon, Madame avait anticipé ses vacances en juillet. Chaque année c’est la même et on connait d’ailleurs quelques spécialistes, à aller chercher notamment dans l’Oklahoma ou dans un coin bien connu du Texas. Par respect pour eux on ne donnera ainsi pas les noms de Russell Westbrook, DeMar DeRozan, James Harden ou Chris Paul, mais tout le monde ici aura bien compris que l’on parle de Russell Westbrook, DeMar DeRozan, James Harden ou Chris Paul.

Bref, TrashTalk se transforme aujourd’hui en Promo Vacances, Thomas Cook, Last Minute ou Marmara et vous propose quelques destinations idéales à visiter hors-saison. Parce qu’à un moment donné il faut se rendre à l’évidence, et que la seule victoire de certains joueurs NBA aux mois de mai et juin restera toujours de réussir son bronzage.

Partie 1 disponible ici.

5. Le Maroc

Pourquoi en mai ? Pour la beauté des montagnes et des fleurs. Le Maroc est merveilleux en mai. Il fait autour de 25°C à Marrakech – pas trop chaud pour se balader dans les souks –, plus frais (20°C) à Essaouira sur la côte et plus chaud (30°C et plus) dans le Sahara, mais beaucoup moins qu’en juillet-août (40°C et plus). La vallée des Roses, au pied du Haut Atlas, est particulièrement belle pendant la fête des Roses, à la mi-mai. C’est aussi une excellente période pour s’enfoncer dans l’Atlas marocain et randonner dans ses vertes vallées par des journées souvent limpides et des températures avoisinant 20-22°C (mais des nuits glaciales). Point culminant du Maroc, le djebel Toubkal atteint 4 167 m, mais son ascension reste accessible à tous avec un peu d’entraînement, soit par la voie directe (2 jours), soit dans le cadre d’un circuit du Toubkal (7-10 jours). Le village de montagne d’Imlil fait une bonne base pour des excursions plus courtes, adaptées aux familles, en pays berbère.
S’organiser : explorez Marrakech avant de vous enfoncer dans les montagnes de l’Atlas. Rejoignez Taroudant et ses remparts en passant par le spectaculaire col de Tizi n’Test, ou gagnez Imlil, d’où partent de nombreuses randonnées et où l’on peut louer des mules pour porter les sacs/enfants.
À savoir : renseignez-vous sur les dates du ramadan, qui peut affecter les services.

6. Ile du Nord, Nouvelle-Zélande

Pourquoi en mai ? Pour un road trip à moindre coût. Rouler sur des routes superbes et dormir où ça vous chante : il n’y a pas mieux qu’un camping-car pour explorer la Nouvelle- Zélande. Le plein été semble idéal, mais la location du véhicule peut coûter 50% moins cher hors saison. Mai, en automne austral, offre un bon compromis : les prix baissent, sans qu’il fasse trop froid ni que la conduite soit difficile comme en hiver. Restez dans l’île du Nord où il fait plus chaud (14°C à Auckland contre 7°C à Queenstown) et où règne une intense activité géothermique. Réchauffez-vous dans les thermes de Rotorua et du lac Taupo ou dans les bassins d’eau chaude naturels et libres d’accès comme Kerosene Creek (près de Rotorua), qui a une cascade chaude. Bien d’autres activités sont accessibles par tous les temps : rafting sur les eaux des grottes de Waitomo tapissées de vers luisants, visite de Hobbiton, le décor du film Le Seigneur des anneaux, ou marche à l’abri des kauris géants de la forêt de Waipoua.
S’organiser : depuis Auckland, faites un circuit d’une semaine ou deux vers le sud via Wellington. Si vous en avez le temps, voyez aussi le Northland, au nord d’Auckland.
À savoir : les distances peuvent être trompeuses, avec ces routes de montagne qui tournicotent – prévoyez large.

7. Cornouailles, Angleterre

Pourquoi en mai ? Pour découvrir les plus belles plages d’Angleterre avant l’arrivée de la foule. Hérissées de hautes falaises, les côtes des Cornouailles sont d’une beauté à couper le souffle. Requins-baleines, randonnées de premier ordre, patrimoine minier classé par l’Unesco, villages de pêcheurs, châteaux, légendes, histoires de contrebande, thé accompagné de scones à la confiture, plages en tous genres : la région a de quoi satisfaire surfeurs, hédonistes, solitaires, artistes et enfants. Seul problème : la foule en été. Aussi, visitez la région en mai. Les haies sont en fleurs, les jours rallongent, mais les foules de touristes ne sont pas arrivées. Il fait généralement assez doux pour camper, mais, dans le cas contraire, le “glamping” (camping + glamour) permet de dormir dans des yourtes, tentes ou cabines équipées de duvets et de poêles à bois.
S’organiser : à voir notamment, St Ives, réputé pour ses artistes, le château de Tintagel et le Minnack Theatre à fl anc de falaise à Porthcurno – mais le plus grand plaisir reste de dénicher sa crique favorite. Les marcheurs ne manqueront pas l’époustoufl ant tronçon du South West Coast Path.
À savoir : les Cornouailles se trouvent à 480 km à l’ouest de Londres (6 heures de train ou de route).

8. Côte Ouest de la Norvège

Pourquoi en mai ? Pour naviguer dans les fjords sous le soleil. Les navires Hurtigruten sillonnent 365 jours par an la côte ouest de la Norvège, de Bergen, au sud, à Kirkenes, dans l’Arctique (distance 2 400 km). Assurant un lien vital pour les populations qui vivent sur ce littoral sauvage entaillé d’étroits fjords, ils doivent partir quel que soit le temps. Ceci dit, mai-juin est une bonne période pour la visite car les journées sont extrêmement longues et le temps généralement doux. Vers la mi-mai, à Tromsø, dans le Grand Nord, le soleil ne se couche pas – vous verrez défiler des paysages époustouflants sans interruption. Vous profiterez aussi plus facilement des escales. Les bateaux s’arrêtent dans 34 ports, ce qui permet d’aller pêcher dans les îles Lofoten, de rencontrer le peuple Sami au cap Nord ou de randonner près du Geirangerfjord. Mai étant un mois de festivals dans la jolie ville de Bergen, prévoyez d’y rester un peu.
S’organiser : le trajet Bergen-Kirkenes-Bergen prend 12 jours ; des croisières plus courtes et de nombreuses excursions sont possibles.
À savoir : les navires Hurtigruten n’ont rien de luxueux (n’espérez pas les prestations des grands bateaux de croisière).

Voilà pour cette Partie 2, avec quelques billes de plus pour faire passer le temps la saison prochaine lorsque votre équipe aura ramassé un 4-1 des familles au premier tour des Playoffs face aux Nuggets ou aux Pels. Vous y croiserez peut-être CP, JH, RW, DMDR ou même LBJ et AD, et pourrez alors leur profiter de taper un peu la balle avec eux, histoire de leur dégourdir les jambes à une période où ces messieurs ont plus l’habitude de s’encroûter…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top