One-on-One

Le Top 30 des joueurs de la saison régulière sur TrashTalk : James Harden (#2) !

James Harden

Le suspense pour la première place devient insoutenable.

Source image : NBA League Pass

Trente jours, trente coups d’œil dans le rétroviseur sur trente joueurs qui ont laissé leur empreinte sur la saison 2018-19. Alors que les Finales NBA battent leur plein, retrouvez le classement made in TrashTalk des plus grands acteurs de la dernière régulière. Six mois de compétition intenses notamment marqués par plusieurs performances historiques : c’est l’heure de faire les comptes !

Trois critères principaux ont été sélectionnés pour établir cette hiérarchie des meilleurs joueurs de la saison régulière 2018-19, avec un ordre d’importance minutieusement défini, comme vous pourrez le voir ci-dessous. Le classement a ensuite été élaboré en fonction des avis de tous les membres de la rédaction, pour former une moyenne du rang final. Ainsi, le Top 30 de cette saison respecte à la fois les responsabilités d’un joueur, sa production quotidienne, et son impact sur les résultats de son équipe.

  1. Les statistiques individuelles
  2. Les statistiques collectives
  3. Leadership au sein de la franchise

Ce système permet notamment de départager certains clients, lorsque ceux-ci ont des tâches nettement différentes. Par exemple, un D’Angelo Russell aura plus de pression et de poids dans la victoire des siens qu’un DeMar DeRozan dans son rôle de co-leader aux Spurs. Du coup, si leurs statistiques pourront être similaires, ce qui les départagera sera le bilan collectif ainsi que le rôle au sein de l’équipe. Sans plus attendre, on prend la direction de Houston pour découvrir notre client du jour !

___

# Statistiques individuelles 2018-19 : 36,1 points, 6,6 rebonds, 7,1 assists et 2 interceptions à 44,2% au tir et 36,8% de loin en 36,8 minutes.

# Résultats collectifs : 53 victoires pour 29 défaites, 4ème de Conférence.

# Meilleur match de la saison (@ New York, le 23/01) : 61 points, 15 rebonds, 4 assists et 5 interceptions à 17/38 au tir et 22/25 aux lancers à La Mecque du basket.

Le départ du MVP 2018 et des Rockets dans cette saison était timide, au point de se retrouver largement en-dehors du Top 8 pendant plusieurs semaines. Et puis, Chris Paul et Clint Capela se sont successivement blessés, laissant le barbu seul à la barre pour une série offensive historique à plus de 30 points par match pendant 32 rencontres dont cinq sorties consécutives au-dessus de 40 points et des pics à 57, 58 et 61 puntos. Lancers-francs ou pas, double step-back ou pas, il faut savoir reconnaître le style inimitable du gaucher qui est devenu l’attaquant le plus inarrêtable de la planète avec les règles actuelles. Mais l’attaque ne fait pas tout et The Beard a aussi fait de grands progrès en défense, au point de recevoir un vote pour une NBA All-Defensive Team en fin de saison. On n’ira pas jusque-là mais il fallait quand même applaudir le changement d’attitude du MVP sortant qui a longuement été moqué pour sa D. Malheureusement, si les statistiques individuelles parlent pour lui et qu’il a montré être un vrai leader en portant son équipe dans les périodes les plus compliquées, il est toujours difficile de remettre un trophée de MVP à la star d’une équipe qui n’a terminé que quatrième de sa Conférence, sixième sur la Ligue toute entière. Ramesse paye le faux départ des Rockets au prix fort et devrait logiquement voir un Grec aux longs bras lui succéder au palmarès du Maurice Podoloff Trophy.

Pour découvrir le Top 30 au complet c’est par ici !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top