Warriors

Preview Warriors – Raptors, Game 3 : Goliath est blessé, c’est l’heure pour David de tenter un coup de maître

David vs Goliath

C’est ce soir ou jamais, c’est Fred Taddei qui le dit.

Source image : reddit

Troisième acte de cette Finale NBA 2019 cette nuit à 3h du matin, avec cette fois-ci des Warriors qui vont faire découvrir à Kawhi et ses ouailles l’enfer d’une finale à l’Oracle. Il faudra bien ça tant le squad de Steve Kerr… est boîteux, avec une centaine – au bas-mot – de petits ou gros bobos à déplorer. C’est peut-être bien le moment pour les Raptors de terrasser la bête, mais il nous semble, on n’est pas sûrs hein, que c’est plus facile à dire qu’à faire. Allez, preview.

Un premier match remporté haut la main par des Raptors à l’unisson, développant un basket giga-rythmé des deux côtés du terrain. Un Pascal Siakam en mode MVP, un Marc Gasol prouvant à tous et en l’espace d’un match ce pourquoi Toronto l’avait signé en février, un Danny Green qui retrouve la route du cercle et un Fred VanVleet incroyable une fois de plus, n’en jetez plus la coupe est pleine. Le Game 2 ? Comme souvent les Warriors auront remis l’église au centre du village, avec un trio Steph/Dray/Klay bien épaulé par le revenant DeMarcus Cousins, le sémillant Quinn Cook, le sanglant Bogut et le clutchissime Andre Iguodala, toujours là au bon endroit et au bon moment. Une victoire malgré tout fêtée au Champomy puisque synonyme également de la perte de Kevon Looney et de la blessure de Klay Thompson, comme si l’absence de KD et les tracas d’Iggy ne suffisaient pas. On est donc ce matin sur un constat mi-figue mi-three-peat côté GS, avec d’un côté le sentiment du devoir accompli grâce à cette victoire arrachée à l’extérieur pour récupérer le home advantage, mais de l’autre un état des lieux peu reluisant compte tenu de la santé de chacun…

Car tout Warriors qu’ils sont, les hommes de Steve Kerr devront être prêts physiquement pour ce Game 3. Une Finale représente toujours le level up en terme d’intensité, de contacts, et bon courage aux Dubs si les mecs sont obligés de jouer avec une béquille, et on ne parle pas de celle qu’ils ont dans le sloggy quand Steph se met à artiller de loin. Quelle phrase incroyablement beauf, poursuivons. On est donc ce soir sur ce postulat : si David Raptors veut terrasser Goliath Warriors, c’est sur ce Game 3 qu’il faudra s’y employer, car la bête n’a jamais semblé aussi mal en point. On connaît les bougres, depuis le temps, et Stevie Kerr est très capable de nous sortir un McKinnie, un Cook voire un… Damian Jones de derrière le buisson, mais si Toronto n’est pas capable de s’imposer face à une équipe privée de 40% de ses qualités… ça s’annoncera tout simplement bien compliqué pour la suite.

Pour résumer ? D’un côté une équipe de champions qui veut prouver que même blessée elle reste une championne, et de l’autre des petits nouveaux qui ne font pas dans le social et qui voudront profiter d’un ennemi à terre pour le piétiner salement. Le rendez-vous est pris pour 3h du matin, le kevlar est repassé et les fusils sont chargés. Parce que ce genre de guerre c’est cool, tant qu’elle se déroule sur un parquet et avec une grosse boule orange.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top