Playoffs NBA

Preview Warriors – Blazers, la bataille des bancs : les subs des Dubs ne font que préchauffer dans ces Playoffs

Shaun Livingston

Même en bout de banc, les Warriors ont l’expérience de ce genre de rendez-vous.

Source image : YouTube

Septième et dernier épisode de notre série de previews poste par poste à l’aube d’une Finale de Conférence Ouest tout aussi surprenante qu’excitante entre Warriors et Blazers. On a fait le tour des titulaires, on a fait le tour des coachs, place désormais aux bancs ! Si le rôle des remplaçants est souvent oublié du fait des têtes d’affiches présentes dans chaque cinq majeur, il n’en reste pas moins important. 

Les duels de Bench Mobs, c’est toujours très intéressant. Quel banc apportera le plus à son équipe, quels joueurs de banc pourraient se révéler être des facteurs décisifs sur certains matchs, quel coach utilisera au mieux les atouts qu’il possède sur son banc, les questions autour de l’utilisation du bench ne manquent pas. Allez, on essaye d’y répondre.

# Warriors 

Strength in Numbers ? Le slogan des Warriors de ces dernières saisons semblait avoir pris un petit coup de vieux depuis le début de ces Playoffs. Très peu utilisé par Steve Kerr contre les Clippers et lors des premiers matchs face à Houston, le banc des Dubs semblait un peu fébrile, mais il n’en est rien. En effet, le blessure de Kevin Durant lors du Game 5 face aux Rockets a pas mal changé les choses et a obligé l’ancien GM des Suns a bien plus s’appuyer sur son banc. Résultat ? Les subs des Warriors ont compilé 33 points, 13 rebonds et 8 assists lors du Game 6 face aux Fusées, de quoi bien aider les Splash Brothers à crucifier les hommes de Mike D’Antoni dans le Texas. Emmené par un Kevon Looney toujours aussi précieux (6,7 points à 70% au tir et 4,8 rebonds de moyenne par match depuis le début des Playoffs), le banc des champions s’est donc réveillé au meilleur des moments. Un Shaun Livingston qui malgré ses 33 ans monte au dunk histoire de rappeler à tout le monde qu’il n’est pas fini, une jeunesse Quinn Cook – Jordan Bell qui apporte fougue et intensité et des Jonas Jerebko et Alfonzo McKinnie peu utilisés mais remplis de bonne volonté, et voilà que le banc de Golden State fait de nouveau peur à toute la concurrence. Golden State qui retrouve un banc capable de changer le cours d’un match ou d’une série, c’est tout sauf une bonne nouvelle pour leur adversaire. 

# Blazers

Lorsque l’on a vu Rodney Hood s’écrouler sur le sol du Pepsi Center lors du Game 7 entre Nuggets et Blazers, on a eu très peur pour le banc de Portland. Véritable facteur X de la série avec ses 14,7 points de moyenne face à Denver, l’ancien du Jazz devrait finalement très vite pouvoir revenir sur les parquets, de quoi espérer posséder une meilleure Bench Mob que l’adversaire ? Meilleure, peut-être pas, mais force est de constater que le banc des Blazers fait du bon boulot et monte en pression. Zach Collins, qui avait réalisé une entrée en scène un peu timide, s’est bien rattrapé face aux hommes de Mike Malone et semble peser de plus en plus au fil des matchs. Seth Curry, qui voudra faire bonne impression face à son frère, est lui beaucoup plus irrégulier, mais on le sait, il peut prendre feu à tout moment en sortie de banc, comme ça a été le cas lors du Game 4 face à Denver, et ça, c’est toujours bon à prendre face aux Warriors. Finalement, c’est Evan Turner, le plus expérimenté et celui qu’on attendait le plus qui a été le moins bon élément du banc des Blazers lors de ces Playoffs. Heureusement pour Terry Stotts, l’ancien Sixer, à l’image du banc de Golden State, s’est réveillé au meilleur des moments et a été le facteur X décisif dans la qualification des siens face aux Nuggets. Un Evan Turner qui semble enfin être rentré dans ses Playoffs, un Seth Curry qui prend prendre feu à tout moment, un Zach Collins qui monte gentiment en pression et un Rodney Hood taille patron qui ne devrait finalement louper que peu de matchs face aux Warriors, bah voilà, il est là, il a fière allure et il a tout pour tenir tête au banc des Warriors ce banc des Blazers.

DU COUP, AVANTAGE QUI ? 

La bataille des bancs est loin d’être déséquilibrée, mais l’avantage semble tout de même être du côté de Golden State. Shaun Livingston et Kevon Looney, les deux fers de lance du banc des champions, mais c’est également le cas de gars comme Jordan Bell, savent à quoi ressemblent les joute d’une Finale de Conférence, ce qui n’est le cas d’aucun des gars du banc des Blazers. Même si en terme de talent les deux benches semblent tout à fait équilibrés, l’expérience fait donc une nouvelle fois pencher la balance du côté des Warriors, logique.

Voilà pour cette septième opposition, entre deux bancs aux qualités certaines mais à l’expérience bien différente. Si celui des Blazers est bon depuis le début des Playoffs, celui des Warriors semble enfin avoir retrouver ses certitudes, et ça, ça n’est jamais bon pour les adversaires.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top