Playoffs NBA

Première soirée de Playoffs et déjà… trois braquages à l’extérieur : et dire que c’est parti pour deux mois, la joie est palpable

Feu d'artifice

Un départ de feu !

Source image :

Incroyable. Cette première soirée de Playoffs fut tout simplement incroyable. Quatre matchs, trois surprises dont deux plutôt énormes, et un match dantesque de Stephen Curry pour épicer un peu le tout ? On peut dire que les Playoffs 2019 sont lancés et bien lancés, cœur avec les doigts madame la NBA.

C’est pour ce genre de soirées que l’on a un jour décidé de devenir un NBA fan, si tant est qu’on l’ait vraiment décidé.

Sixers – Nets ? Joel Embiid avait finalement eu l’accord du doc pour jouer ce Game 1 et faire de la raquette de Brooklyn sa proie, mais à l’arrivée ce sont bien D’Angelo Russell, Caris LeVert, Spencer Dinwiddie et Ed Davis qui seront les héros d’une soirée à oublier très vite à Philadelphie. T’es sixième, tu joues un véritable monstre à cinq têtes, ça fait mille ans que t’as pas fait les Playoffs mais rien à secouer t’y vas les yeux fermés et tu fonces dans le tas. Et puis non d’ailleurs, tu fonces dans le tas mais les yeux grands ouverts, de manière intelligente et ordonnée.

Raptors – Magic ? Hum. Quand t’as des champions NBA, des DPOY, des All-Stars, un futur MIP et des MVP des Finales dans ton roster, logiquement Wes Iwundu et D.J. Augustin ne te font pas peur. Oui mais ça c’était sans compter la force de caractère énorme du Magic et un meneur de jeu superstar, celui-là même que beaucoup d’entre-nous s’amusaient à annoncer en début de saison comme le pire meneur titulaire de toute la NBA. Six mois plus tard le type nous plante un game winner et offre un Game 1 à l’extérieur à sa franchise après un match de Hall Of Famer, qu’elle est belle la glorieuse incertitude du sport.

Warriors – Clippers ? Le plat chaud parfait, histoire de se rappeler que si ces Playoffs pourraient nous offrir de bien belles histoires, le boss de fin reste encore et toujours californien. 38 points, 15 rebonds (!) et 7 passes à 11/16 pour Stephen Curry, merci de faire votre cirque dans votre coin et de me laisser saigner la concurrence tranquille. Montrezl Harrell et Lou Williams ont encore transformé le banc des Clippers en usine de production ? Je rachète l’usine, je la rase et j’en fais un parking duquel je me chauffe les poignets.

Et quoi de plus logique que de terminer un récap de soirée de Playoffs par… les Spurs. Les proprios quoi. 257 années de présence en postseason pour les hommes de Gregg Popovich et vous êtes encore étonnés de les voir piéger un deuxième de conférence. Pauvres débutants que vous êtes. Collectif rôdé, Derrick White en mode postérisateur, DeMar DeRozan qui joue les patrons et un piège savamment tendu à de pauvres Nuggets qui s’y attendaient pourtant, et voilà comment on valide une soirée à trois succès à l’extérieur sur quatre matchs, une soirée parfaite pour débuter un run en Playoffs, parfaite également pour nous obliger à remettre le couvert dès ce soir pour voir Luke Kennard crucifier les Bucks et Joe Ingles en claquer 38 face à Houston.

C’est la NBA qu’on aime, celle qui nous fait lever chaque nuit et encore plus le printemps venu. NBA, where amazing happens, surtout au mois d’avril.

Les visiteurs ont tapé :

2 Commentaires

2 Comments

  1. titimerco

    14 avril 2019 à 16 h 38 min at 16 h 38 min

    les spurs logique le grand pop on connais deja
    ce qui me choque c’est Toronto et surtout lowry il faut qu’il sorte du banc en playoff c’est abusé le mec il aurais fait le minimum au scoring on en parlerait pas

    • killerdescore

      15 avril 2019 à 14 h 55 min at 14 h 55 min

      C’est clair ,0 points
      et PG13 aussi il aurait pas du jouer autant mais c’est pas pareil ,et puis il s’est battu le paulo

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top