Celtics

Al Horford en triple-double, et c’est tout Boston qui se régale : victoire des verts contre Miami

al horford
Source image : NBA League Pass

Match intense entre Celtics et Heat cette nuit, match finalement remporté par Boston. Et l’équation reste la même dans le Massachusetts : quand Al Horford va, tout va.

Il est devenu tellement important dans la réussite des siens, depuis le temps, qu’un avenir sans sa présence dans la raquette semble inconcevable. Joueur toujours respecté pour sa polyvalence et son intelligence, Horford avait eu des pépins physiques en début de saison qui l’empêchaient de réellement s’exprimer à 100%. Plus tout à fait dans sa vingtaine non plus, l’ami Alfred. Du coup, pour faire chauffer la machine, ça prend plus de temps. Il aura suffit d’un peu de patience, et cette dose toujours aussi exemplaire de professionnalisme, pour que les choses se mettent en place. Et récemment ? Horford est au top niveau. Si Gordon Hayward représente le talk de Beantown grâce à ses récentes bonnes performances, Al n’est pas laissé de côté et ses dernières performances le demandent : près de 20 points, 8 rebonds et 6 passes de moyenne sur les 10 derniers jours, ça fait mal. Enfin, ça fait surtout mal aux adversaires de Boston, eux qui ne savent pas trop quoi faire face à ce couteau-suisse humain. Il suffisait de voir le secteur intérieur du Heat hier soir pour comprendre tout le casse-tête que représente Big Al, entre la conduite de balle d’un extérieur capable de finir à l’arceau avec la faute, ou de rester en tête de raquette ballon au-dessus de la tête afin de fusiller une passe décisive à un Hayward qui coupait avec agressivité. Ajoutez à cela de la passe et du rebond, et vous obtenez un triple-double généreux dans la victoire des Celtics à domicile.

Il est toujours marrant de voir à quel point certains joueurs sont affiliés à un accomplissement en particulier. Westbrook, par exemple, a le triple-double collé à la peau, lui qui en a réalisé plus d’une quarantaine en une seule saison. Mais Horford, bizarrement, n’a que deux TD en carrière, alors que la polyvalence est justement ce qui est rappelé le plus souvent lorsqu’on parle de lui. Bon, il faut aussi dire qu’Al n’est clairement pas un joueur à statistiques. Ce qu’il fait de plus grand et de plus beau pour le collectif ne se compte pas dans les stats basiques, il faut fouiller et surtout regarder l’intérieur jouer pour comprendre toute son importance, tout ce qu’il apporte et qui ne peut être résumé dans une colonne, avec un chiffre réducteur. Ce sera un écran bien placé, une rotation défensive bien gérée, un roulement vers le panier qui va défoncer la défense d’en face, sa passe allant vers un copain qui donne le caviar à un autre. La très bonne nouvelle pour les Celtics, c’est qu’Horford et donc Hayward semblent atteindre leur pic au meilleur moment. Les Playoffs sont là, les viseurs sont pointés sur la maison verte, mieux vaut avoir des cadres au top que des piliers qui s’effritent. Et si la régulière aura été plus que mouvementée, avec des piques envoyés de partout (sauf sur ce site, évidemment) entre deux défaites troublantes, le constat est là : sans une infirmerie trop pleine avec des phases finales qui arrivent, Boston aura tout son matos à dispo pour ajouter les actes aux propos tenus pendant l’année.

Miami a été distance, puis est revenu, et finalement ce sont les Celtics qui sont repartis avec la victoire. Al Horford réalise son premier triple-double sous le maillot vert, une première qu’il ferait bien de suivre dans des Playoffs qu’on attend avec impatience.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top