News NBA

TrashTalk Award – S01 E05 : les publics sont décidément très chambreurs

Ingram

En même temps est-ce qu’ils ont tort ?

Chaque semaine de NBA apporte son lot de grandes gueules, de phrases choc, de provocation, de tacles à la gorge et de joutes verbales en tous genres. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

Candidat nº1 : Rudy Gobert calme Draymond Green

On a le souvenir d’avoir vu Rudy Gobert fondre en larmes à la suite de sa non sélection au All-Star Game, voyant un rêve s’envoler pour cette année.

Pour se moquer du pivot du Jazz, Draymond Green s’était quant à lui fendu d’un tweet pour se moquer du pivot français, insinuant qu’il devait lui aussi pleurer pour avoir été oublié par les coaches.

Une once de trashtalking bien sentie, mais c’était sans compter sur le répondant naturel du natif de Saint-Quentin. Jugez plutôt.

« Ah il a dit ça ? Tant qu’il ne poste rien sur Snapchat tout va bien. »

Rudy Gobert fait bien sûr référence à l’épisode qui a vu l’ailier fort des Warriors publier par erreur ses attributs génitaux en Story sur le réseau social. Une réponse très simple, très efficace et dévastatrice de la part du français. Victoire par KO.

Candidat nº2 : Anthony Davis recale les Celtics

C’est un peu le feuilleton de cette deuxième partie de saison : le potentiel transfert d’Anthony Davis chez les Lakers. Malheureusement pour Los Angeles, le transfert ne s’est pas fait et rien indique que Davis va bien rejoindre les angelinos dans un avenir proche. Suffisant pour donner un peu d’espoir aux Celtics ? Bah non. Davis semble avoir écarté cette hypothèse d’un revers de la main, il a encore en mémoire ce qu’ils ont fait à à Isaiah Thomas.

« Je ne laisserai jamais mon fils jouer pour les Celtics après ce qu’ils ont fait à Isaiah Thomas. Aucune loyauté. »

De quoi fermer définitivement cette parenthèse ? Rien n’est moins sûr, toutefois nous avons bien impression qu’Anthony Davis n’a pas la mémoire courte…

Candidat nº3 : le public des Pacers chambre Brandon Ingram

D’ailleurs, le public des Pacers s’en est bien amusé. Conscient que quasiment tous les joueurs des Lakers sont sur la sellette avec cette rumeur, le public d’Indiana s’est mis à chambrer Brandon Ingram qui se présentait sur la ligne des lancers-francs. Un champ visant à déconcentrer l’ailier afin qu’il manque sa cible.

« LeBron va te transférer »

Une façon aussi polie qu’insolente de rappeler que Brandon Ingram risque de faire ses valises du jour au lendemain afin de permettre aux Lakers d’accueillir Anthony Davis contre la contrepartie souhaitée par les Pelicans. Pour la petite histoire, les Pacers ont humilié les Lakers 136-94 avec un beau troll en bonus donc, mais Ingram a mis son lancer, on se console comme on peut.

Candidat nº4 : le public des Pacers se paie Cleveland

Décidément, les fans des Pacers sont très en verve ! Ils se sont également attaqué à l’ancienne franchise de LeBron James, qui végète aujourd’hui dans les bas-fonds du classement de la NBA. Ce qui veut dire que leur choix de Draft sera forcément élevé. De ce fait, il suffit simplement d’écouter les chants des Pacers pour en savoir plus, Lorsque Colin Sexton se présente à son tour sur la ligne de réparation dans l’enceinte d’Indiana.

« Tankez pour Zion »

À la suite des résultats catastrophiques du début de saison, le principal objectif de Cleveland est vite devenu la prochaine Draft. Même si c’était prévisible avec le départ de l’élu, ce genre de Punchline permet toujours de rappeler qu’ils sont devenus très nuls du jour au lendemain.

Les fans des Pacers savent intimider leurs adversaires, et ça marche puisqu’ils ont gagné ce match également.

Candidat nº5 : le public des Hawks taille LeBron James (et encense Kobe Bryant)

Encore un public ayant décidé de chatouiller les Lakers, et plus précisément LeBron James. En galère avec sa franchise, LeBron se présente aux lancers à la Philips Arena. Ni une ni deux, le public des Hawks, réputé pour sa ferveur sans limite et son vacarme hors du commun, décide de justifier cette réputation.

« Kobe est meilleur »

Bon, dans les faits, il faut tout de même le prouver, mais le troll des fans des Hawks (oui oui il y en a), mérite d’être souligné, vu que l’Elu a loupé son premier lancer-franc. Atlanta a remporté ce match des galériens sur le score de 117 à 113.

Candidat nº6 : Ben Simmons met un taquet à Jusuf Nurkic

Encore un beef aux lancers-francs, mais pas avec le public. Cette fois-ci, c’est entre Ben Simmons et Jusuf Nurkic. Le meneur des Sixers se pointe sur la ligne et loupe le premier, ce qui n’est pas réellement une surprise tant l’aussie est un cancre sur la ligne de réparation. Nurkic en profite pour lâcher un classique « Hell nah », comme s’il s’agissait d’une évidence. Sauf que Ben Simmons ne compte pas se laisser faire et répond du tac au tac.

« Tu racontes beaucoup de merdes pour quelqu’un qui est nul »

Une petite embrouille de bac à sable mais suffisante pour que les arbitres interviennent et avertissent les protagonistes de cesser leur petit cinéma. Les deux zouaves s’en tireront sans technique, mais un petit accrochage de la sorte montre également qu’il faudra compter sur ces deux franchises pour les Playoffs.

Candidat nº7 : Russell Westbrook n’en a rien à foutre

Depuis toujours, Russell Westbrook est habitué à se prendre un lot de critiques dans la gueule. Trop égoïste, pas assez altruiste, toujours aucun titre, ne pense qu’à ses stats, ne tire pas ses coéquipiers vers le haut, se loupe dans les grands moments… On en passe et des meilleures, mais si ces critiques ne sont pas toujours infondées (ça arrive aussi d’avoir des trous d’air), le Brodie semble savoir quoi faire de ces critiques.

« J’ai été doté du talent de n’en avoir rien à foutre. »

Voilà au moins qui est clair, alors continuez de critiquer Russell Westbrook, il continuera de tourner en triple-double et va peut-être réaliser ceci pour une troisième saison consécutive. L’animal a banalisé l’extraordinaire, fallait-il le répéter ?

Candidat nº8 : Larry Nance imite Rasheed Wallace

Rasheed Wallace occupe une place spéciale dans nos coeurs grâce à son trashtalking acerbe. Lorsqu’il commet une faute qu’il estime injustifiée, il prend un malin plaisir à gueuler à tue-tête « Ball don’t lie » (« La balle ne ment pas » pour les anglophobes). Récemment, c’est Larry Nance Jr. qui s’est occupé de rendre hommage au Sheed lors d’une séance aux lancers-francs de Noah Vonleh.

Effectivement, la faute semblait existante mais la flagrante bien sévère, Nance a donc ressuscité l’esprit du Sheed le temps d’une action, devant même se débattre d’un coéquipier voulant l’en empêcher.

Candidat nº9 : Trae Young exclu… pour un regard

Ceux qui ont vu en lui un futur Jimmer Fredette peuvent vite supprimer leurs tweets et leurs prédictions, puisque Trae Young est très chaud en ce moment et plus globalement depuis le début de sa carrière NBA. Certes, les trous d’air existent mais ses stats sont honorables dans le bourbier des Hawks. Malgré son physique de gobelin et sa chevelure approximative, il aime planter des shoots du logo et parler de temps à autres. Dernière victime en date : Kris Dunn.

Oui, vous avez bien vu, Trae Young a été éjecté pour un regard insistant vers Kris Dunn après un panier à 3 points rentré, il semble d’ailleurs ne pas en revenir. On ignore si des mots ont été prononcés de la part du meneur des Hawks, mais vu de loin, ça semble un peu exagéré. Heureusement, les Faucons sont sortis victorieux de ce match. Trae Young a bien gagné le droit d’ouvrir un peu sa gueule mine de rien non ?

Candidat nº10 : Ja Rule se fait troller… puis re-troller

Lors d’un match entre les Bucks et les Wolves au Fiserv Center, remporté 140 à 128 par les locaux, le rappeur Ja Rule s’est fait remarquer d’une bien piètre manière. Après avoir fait un bide en voulant organiser un festival aux Bahamas, il était l’invité du show de la mi-temps, sauf que le public n’a pas vraiment été emballé par sa présence malgré son maillot old-school de Ray Allen. Du coup, le CM des Wolves lui a envoyé une bonne petite pique, faisant également référence à cette vaste arnaque qu’était le Fyre Festival.

« Nous aussi on s’est fait arnaquer, escroquer, embobiner, tromper et induire en erreur. »

Du coup, le rappeur a répondu de façon assez virulente au compte des Wolves et à celui… des Kings, qui ne s’est pas non plus privé pour lui envoyer un bon gros taquet, également en référence à son flop bahaméen, qui se voulait être le Coachella local.

« Vous allez juste vous porter malheur en parlant à Dieu de la sorte… Vous êtes maudits maintenant et vous ne gagnerez pas de titres dans les 30 prochaines années et KAT va partir… Excusez-vous et j’enlève cette malédiction ! Baiser de la mort ! »

« @ Sacramento Kings vous ne gagnerez jamais le titre et KAT vous quitte en fin de saison, la malédiction est forte. »
« On espère que tes connaissances NBA sont meilleures que la logistique du Fyre Fest. »

Boum, toujours réviser ses classiques avant de se lancer.

Du lourd donc pour cette semaine de NBA, avec de la punchline et du tacle en veux-tu en voilà ! La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Sebb

    15 mars 2019 à 11 h 00 min at 11 h 00 min

    N°3 sans discussion, trop fort :-)
    Mentions pour Rudy et Russ…

  2. killerdescore

    15 mars 2019 à 11 h 35 min at 11 h 35 min

    Bravo Davis
    prends toi des vacances tu sait plus ce que tu raconte
    (même si il à tout à fait raison pour le cas d’Isaiah Thomas)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top