Blazers

Les Blazers explosent Golden State grâce à un 4ème quart-temps de folie : les Dubs ont craqué, Steve Kerr aussi

zach collins

Zach Collins a bien foutu sa merde au cours de la grosse victoire des Blazers…

Source image : YouTube

Pour leur dernier match avant la trêve du All-Star Game, les Blazers et les Warriors avaient à cœur de l’emporter afin de partir en week-end l’esprit tranquille. Et à ce petit jeu-là, Damian Lillard et ses potes ont pris le dessus sur leur adversaire du soir en explosant Golden State dans le quatrième quart-temps. 

Pendant trois quart-temps, le double champion en titre et les Blazers se sont tirés la bourre. Le genre de match serré de bout en bout durant lequel aucune des deux équipes ne parvient vraiment à prendre l’ascendant sur l’autre. La preuve, le plus gros écart au cours des 36 premières minutes était de +6 pour Portland, tandis que Golden State n’a jamais eu plus de cinq points d’avance. On s’attendait donc à vivre un finish épique et un money time de feu, avec Damian Lillard, C.J. McCollum, Stephen Curry, Kevin Durant et Klay Thompson en vedettes. On a eu droit à un finish épique, mais pas forcément comme on l’imaginait. Dans le quatrième quart, les Blazers ont véritablement roulé sur les Warriors. 35-12 en 12 minutes, 35-12 ! Les Dubs menaient 95-94 à l’entrée de l’ultime période pour finalement repartir avec une branlée 129-107. Personne n’avait vu venir un tel scénario, même pas Portland. Mais les hommes de Terry Stotts ont pris leur adversaire à la gorge et Golden State n’a jamais été en mesure de répondre, ce qui est quand même assez rare pour être souligné. Limiter une équipe composée de Curry, KD et Klay (DeMarcus Cousins était absent) à 12 points en un quart-temps, c’est tout simplement énorme, surtout quand vous êtes capable d’en planter 35 de l’autre côté du terrain. Rarement ces Warriors-là ont été autant bousculés, d’autant plus qu’ils étaient en pleine bourre avec 16 victoires lors de leurs 17 derniers matchs.

L’un des grands acteurs de cette fin de match improbable, c’est Zach Collins. Quand on regarde ses stats en sortie de banc (4 points, 5 rebonds, 3 contres à 0/4 au tir en  22 minutes), il est loin de sauter aux yeux. Mais alors son impact, il a été crucial avec plusieurs actions qui ont fait basculer le match du côté de Portland. D’abord, alors que le score est de 104-101 en faveur des Blazers, il enflamme le Moda Center avec un méchant contre en transition suite à une grosse bataille dans la raquette de l’autre côté du terrain. Ça, c’est le genre de big play qui donne un vrai coup de boost à une équipe et l’ensemble du public. Sur la séquence suivante, l’ami Zach provoque une faute offensive de Klay Thompson, ce qui frustre ce dernier. Les deux se balancent des mots doux et la tension monte d’un cran. Technique pour les deux, mais avantage Portland. Et puis enfin, à quatre minutes de la fin, Collins attaque la raquette après un pick & roll avec Damian Lillard et retrouve Draymond Green sur sa route. Draymond fait une grosse faute, et les arbitres décident de lui coller une flagrante. Steve Kerr pète véritablement un câble suite à la décision des arbitres, balance sa plaquette et est à deux doigts d’arracher la tête de Ken Mauer. Stevie est évidemment expulsé, et c’est Kevin Durant qui vient le calmer. A ce moment-là, tout reste jouable pour les Warriors qui n’ont que sept points de retard, mais cette séquence va définitivement pousser les Blazers vers la victoire, eux qui terminent la rencontre sur un 19-4 dévastateur.

Un peu dans le dur ces derniers temps avec trois défaites lors de ses quatre derniers matchs, la bande à Damian Lillard tient là une victoire référence face à un poids lourd de la Conférence Ouest. Mais ce qui est vraiment intéressant, c’est que Portland a gagné cette rencontre grâce à un superbe effort collectif des deux côtés du terrain. Les Blazers ne l’ont pas emporté en se basant sur un énorme coup de chaud de Dame, même si le sniper a sorti une pure performance avec 29 points et 8 caviars à 9/15 au tir, dont 6/8 du parking. Cette nuit, Portland a surtout pu compter sur huit joueurs à au moins 10 unités, avec notamment un superbe apport du banc. On a déjà parlé de Zach Collins, mais que dire de Jake Layman, auteur de 17 points à 7/9 au tir ? On n’oublie pas non plus les contributions d’Evan Turner (12 points, 7 rebonds, 5 assists), Seth Curry (11 points) et Rodney Hood (8 points). Le contraste est assez saisissant avec les Warriors, qui ont été portés par le duo Stephen Curry – Kevin Durant (32 points chacun) mais qui ont payé leur rotation limitée (outre Cousins, Andre Iguodala et Shaun Livingston étaient également absents) et la faillite de certains joueurs (coucou Klay). Bref, une victoire complète, collective et très sérieuse (seulement 4 turnovers !) qui servira incontestablement pour la suite.

Après le All-Star break, Portland va devoir attaquer un road-trip assez hard à l’Est, avec pas moins de sept déplacements consécutifs. On sait que les Blazers galèrent un peu à l’extérieur, mais peut-être que cette victoire face à Golden State va leur donner la confiance nécessaire pour bien négocier les prochaines échéances.

Blazers warriors

3 Commentaires

3 Comments

  1. Val

    14 février 2019 à 11 h 24 min at 11 h 24 min

    « A ce moment-là, tout reste jouable pour les Warriors qui n’ont que sept points de retard, mais cette séquence va définitivement pousser les Blazers vers la victoire, eux qui terminent la rencontre sur un 19-4 dévastateur »

    T’as regardé le match ou juste les highlights ?

    Suite à cette séquence c’est 5 lancers + la possession pour Portland soit +12 et la possession qui aboutira à un 3 points de Layman (très bon dans le 4e) donc +15.
    Deuxième chose, il ne manquait pas QUE DeMarcus Cousins mais également Iguadola et Shaun Livingston.

    Un peu de rigueur svp surtout pour faire un article « clickbait ».

    Globalement match intéressant que Portland méritait de gagner grâce au très bon match de son banc, mais la fin de match reste entachée par la perf des refs qui sifflaient à sens unique (fautes offensives sur Klay et Draymond, la flagrante ridicule sur Draymond qui entraîne l’expulsion de Steve Kerr et les 5 lancers.)

    • Nicolas Meichel

      14 février 2019 à 12 h 21 min at 12 h 21 min

      « Suite à cette séquence c’est 5 lancers + la possession pour Portland soit +12 et la possession qui aboutira à un 3 points de Layman (très bon dans le 4e) donc +15. »

      D’accord mais du coup je comprends pas trop le souci, cette séquence a bien poussé les Blazers vers la victoire. Mais merci pour les détails.

      « Deuxième chose, il ne manquait pas QUE DeMarcus Cousins mais également Iguadola et Shaun Livingston. »

      Oui, comme c’est marqué dans l’article, à trois lignes de la fin.

      Allez, bonne journée

      • Val

        14 février 2019 à 15 h 28 min at 15 h 28 min

        Je trouvais juste que la tournure de la phrase portait à confusion, comme si cet incident n’avait pas eu d’effet sur le score du match en lui même et qu’un 19-4 dans le jeu avait suivi. Et étant donné le scénario de la fin de match, ce moment me semblait suffisamment important pour être précisé.

        My bad pour les absences j’avais loupé le passage

        Merci pour la réponse quoi qu’il en soit.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top