Raptors

Marc Gasol à Toronto c’est bien, mais quel rôle pour le gros Marco ? Analyse d’un renfort pas comme les autres

Marc Gasol

On va tous rouler les r quand Marco sera Sixth Man Of the Year en 2020.

Quand la Woj Bomb est tombée jeudi soir, la Raptors Nation est passée par plusieurs états. L’euphorie tout d’abord, puis l’hommage notamment à un Jonas Valanciunas qui restera dans la l’histoire de la franchise, puis enfin les questions. Oui Marc Gasol est un renfort d’exception, mais oui aussi… Toronto a aujourd’hui un objectif clair de Finales NBA, et il faudra pour cela trouver le rôle adequat au pivot espagnol sans pour autant déconstruire un collectif déjà bien en place. Que faire pour transformer l’arrivée de Grogasol en une opération parfaite ? Dat ize de questionne.

Ceux qui ont pu voir le match de cette nuit face aux Knicks l’auront compris, ce New-York – Toronto n’était pas un match comme les autres. Tout d’abord car quand un homme enfile une nouvelle tenue après avoir joué les 838 premiers matchs de sa carrière lové dans une autre, beh on le laisse respirer un peu. Par chance, et c’est le deuxième point à évoquer, un match face aux Knicks n’est jamais un match comme les autres car il permet en général de tester de nouvelles stratégies, comme par exemple jouer uniquement de la main gauche ou encore faire jouer les enfants des joueurs. Pas de précipitation donc à envoyer Marc Gasol au feu, l’important reste ce qu’il se passera à partir du mois d’avril mais ça, on y reviendra un peu plus bas. La production de Big Spain hier ? Pas fantastique évidemment, mais grandement porteuse d’espoir et c’est tout ce qui compte, même si personne n’en doutait vraiment. La question principale aujourd’hui ? Quelle utilisation pour ce renfort de poids et dans tous les sens du terme, quelles solutions pour Nick Nurse afin d’optimiser le niveau d’un groupe déjà au taquet des deux côtés du terrain. Deux faits s’imposent alors et sont à prendre en compte : 1) l’ajout de Marc Gasol est une upgrade plus qu’évidente à la franchise canadienne et on vous invite à vous faire un shot de Javel si vous n’êtes pas d’accord mais 2) ne serait-il pas une solution viable de… le faire sortir du banc ?

Wut ? Marc Gasol ? Sortir du banc ? Who ? Him ? Poke ? Melo ? Bah ouais mon pote, car voir un peu plus loin que le bout de son nez peut vite vous faire prendre quelques longueurs d’avance dans la NBA d’aujourd’hui. Que peut-on dire de ce roster de Toronto, en mettant volontairement de côté le gros Marco ? Que si le « Bench Mob » de 2017/18 a pris un peu de plomb dans l’aile, c’est surtout car Kawhi Leonard a ramené une autre dimension au starting five, et parce que Pascal Siakam est passé de moteur de cette fameuse Bench Mob à quasi All-Star et évidemment titulaire. Fred Van Vleet est sur une bonne série mais est globalement moins en vue que la saison passée, non pas que c’en fasse un joueur mauvais hein, mais une fois encore le cinq majeur de Nick Nurse (Lowry – Green – Kawhi – Siakam – Ibaka) aspire régulièrement une grande partie des responsabilités sur 48 minutes. Un starting five monstrueux en attaque et peut-être encore plus en défense, quasiment du jamais vu d’ailleurs puisque l’on pourrait presque qualifier ces cinq joueurs de two-way players en puissance. Un cinq majeur dominant des deux côtés du terrain, blindé d’automatismes, un banc un peu moins en vue cette saison et qui sera désormais privé de Jonas Valanciunas, C.J. Miles et Delon Wright ? Vous nous voyez arriver gros comme une maison, et même gros comme un popotin de pivot espagnol.

Car, loin de nous l’idée de s’improviser coachs, mais l’idée de voir sortir Marc Gasol du banc prend ici tout son sens. Questions : comment faire pour jouer ces Raptors quand le cinq majeur vous met le bouillon et que c’est Marc Gasol qui rentre en fin de premier quart quand votre équipe commence elle-aussi ses rotations ? Existe-t-il potentiellement un intérieur remplaçant plus talentueux que l’ancien Ourson ? Marc Gasol peut-il être cet homme capable de s’effacer du cinq pour offrir une réelle upgrade à sa nouvelle franchise ? Réponses : aucune solution ou très peu, non, et oui. Voir Marco sortir du banc offrirait aux Raptors un réel apport offensif évidemment, mais également une muraille qui on le rappelle est au palmarès des DPOY, largement de quoi faire passer le second unit des Dinos de « solide » à « injouable ». Un Gasol en sixth man qui ne serait d’ailleurs pas incompatible avec le talent et le tempérament du bonhomme, pas forcément le mec le plus attiré par sa production personnelle. Attention tout de même à l’effet Melo du mec qui prend de plein fouet le virage le plus serré de sa carrière, mais on imagine aujourd’hui davantage Marco dans la position du mec qui se met au service de son équipe plutôt que le contraire, en partant également du principe qu’il n’est plus aujourd’hui le centre d’intérêt principal de son équipe. Mais on en connaît un paquet des mecs comme ça, pas forcément celui qui attire le plus de regard mais possiblement le gars le plus… important du roster, et c’est typiquement ce genre de joueur que Marco Gazouse pourrait devenir à Toronto, ce genre de mec tellement utile quand les joutes printanières débarqueront dans la vie des NBAers.

Le plus fou dans cette histoire ? C’est que si Marc Gasol venait à intégrer le starting five de Nicolas Infirmière, c’est donc Serge Ibaka qui prendrait la place de l’intérieur numéro 1 sur le banc. Et en soit c’est également plutôt intéressant pour les Raptors, et en soit voilà qui prouve que les soucis actuels des Dinos sont de sacrés problèmes de riches. Car quoiqu’il en soit ces nouveaux Raptors s’annoncent monstrueux, et on compte juste sur Nick Nurse et son nouveau joueur pour s’adapter au mieux à cette nouvelle situation. Et vous savez quoi ? On n’est vraiment  pas inquiets pour eux…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top